Ingliche Titcheur

22 octobre 2014

C'est la rentrée! (comment ça c'est les vacances??)

complaint dpt

Le premier qui me dit que les profs ne sont que des grosses feignasses constamment en vacances ou en grève se prend un stylo rouge dans l'oeil (je laisse le choix entre le gauche ou le droit, magnanime que je suis). Nan parce que j'ai tellement croulé sous le boulot ces 4 dernières semaines qu'il faut que j'attende mes premières vacances (vendredi soir 17h - rhhhaaaa!) pour arriver enfin à reprendre ma plume virtuelle et venir encombrer la toile de mes indispensables élucubrations. 

Il faut dire que cette année, collègues et étudiants semblent s'être donné le mot et rivalisent d'imagination pour inonder ma boîte mail de courriers plus étonnants (pour rester polie) les uns que les autres. Petit florilège, rien que pour toi, lecteur frétillant. 

Il y a cette étudiante qui ne comprends pas pourquoi son cours d'anglais n'apparaît pas dans son emploi du temps. Elle a pourtant bien fait son inscription en cours d'italien. Je lui ai répondu de bien relire ce qu'elle venait de m'écrire et que, normalement, elle devrait comprendre toute seule où était le problème…

Il y a ce collègue, qui enchaîne 3 cours dans 3 salles différentes (mais au même étage) et qui voudrait bien que j'appelle le planning pour régler ce problème insupportable. Apparemment, il a internet mais pas le téléphone… 

Il y a cet étudiant en master qui me demande à être dispensé de cours d'allemand. Il n'est pas bilingue, non, non. Il a juste "une masse de travail" apparemment insurmontable à fournir : son mémoire à rédiger, ses cours de master (jusque là, rien de rare), son petit boulot le soir (ok, il est pas tout seul), et surtout, son service civique de 24h. J'ai pouffé. Puis je lui ai dit qu'il devrait s'en remettre. 

Il y a cette collègue qui m'explique, 3 jours avant la rentrée, que finalement elle ne pourra pas assurer ses cours car elle a trop de boulot (elle a mis 3 semaines à s'en rendre compte). C'est pas grave, j'adore recruter des vacataires 3 jours avant un cours. 

Il y a cet étudiant qui m'écrit qu'il a raté les 3 premières séances de mon TD parce qu'il n'a jamais pu trouver la salle. La première fois "on" lui a dit que le cours avait lieu en 227. La deuxième fois, "on" l'a envoyé en 229. La troisième fois, "on" lui a dit d'aller voir en 231. Je lui ai suggéré de regarder son emploi du temps (où toutes les salles apparaissent) plutôt d'écouter ce qu'"on" lui disait… 

Il y a ce collègue qui vient me voir toutes les semaines dans mon bureau et qui veut passer en revue ses listes d'étudiants (ah bon, il doit mettre à jour sa liste lui-même?), son dossier administratif ("donc en face de "nom", je mets mon nom, c'est ça?"), me demander le code de la photocopieuse (j'en sais rien), ou de l'aider à configurer son ordinateur pour choper le réseau wifi de la fac (je suis la hotline de cette université). 

Il y a cette étudiante qui m'explique qu'elle devra rater systématiquement les dernières 45 minutes de mon cours (qui dure 1h30) parce qu'elle doit prendre son train à 17h18 et qu'elle ne peut pas changer de groupe parce que, vous comprenez Madame, il ne reste de la place que le vendredi et le vendredi j'ai pas cours. 

Il y a ces dizaines d'étudiants étrangers qui attendent que je leur fasse leur dispense de cours de langue parce que c'est difficile de commencer le portugais grand débutant quand on est coréen et qu'on a décidé de faire ses études en France. Et il y a en parallèle mes collègues qui refusent que je les dispense sans leur avoir fait passer au préalable un entretien prouvant qu'ils sont bilingues. C'est sûr que quand on est né en Corée, il y a un gros doute sur le fait qu'on parle couramment le coréen… Quant à moi, mes compétences linguistiques sont telles que le mandarin, le finnois ou le russe n'ont aucun secret pour moi. Je parle même l'elfique. 

Si tu rajoutes à tout cela deux charmantes petites filles de respectivement 3 ans et 6 mois, dont la première a manifestement décidé de muer en troll et de piquer des crises de nerfs pour un oui ou pour un non (et généralement plutôt pour un non), tu comprendras que, quand je ne suis pas occupée à l'université, mes filles veillent à ce que je ne m'approche d'aucun blog, lit ou canapé à la maison. 

Sur ces bonnes paroles, cher lecteur, je te laisse. J'ai accessoirement un cours à préparer, un biberon à donner et une enfant à emmener chez le pédiatre. 

Posté par Titcheur à 16:37 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


17 septembre 2014

Tout simplement

300px-gaston-lagaffe-paperasse_1384778559737-jpg

En ce moment, on est en plein boum avec Tendrépoux. Avec l'achat de notre appartement, le déménagement et la naissance de Maprinchesse, on a tellement de paperasse à remplir qu'on approche du record de Valérie Trierweiler en nombre d'arbres assassinés.  

Et entre autres joyeusetés administratives, nous nous occupons en ce moment de communiquer notre nouvelle adresse à la planète entière (c'est-à-dire nos banques - oui, pluriel *soupir*- et grosso modo, tous les gens qui nous prélèvent automatiquement des sommes indécentes tous les mois). Habituée du fait, j'envoie un courrier auquel je joins la seule et unique facture EDF dont je dispose pour notre nouveau logement datant du mois de mai (moins de 6 mois, c'est bon, me dis-je) et poste le tout à destination de notre nouvelle banque, de ma future ex-banque et des futures ex-banques de Tendrépoux (ça va, tu suis?). J'en profite pour demander la résiliation de tous les modes de paiement dont nous n'aurons plus besoin et qui arrivaient à échéance en septembre. Rationaliser que ça s'appelle. Parce que c'est marrant mais les banques, même si elles ont bien vu que tu as déménagé ton salaire chez un concurrent et que tu as vidé tes comptes épargne, semblent ne pas vouloir comprendre que tu n'auras plus besoin de ta carte premier à un bras cinquante par mois. 

Mais bref, là n'est pas le sujet. Tendrépoux et moi souhaitions donc uniquement informer nos banques respectives de notre nouvelle adresse. Le truc ballot quoi. Mais apparemment, pour la banque de mon cher mari, cela relève du parcours du combattant. Voici l'échange de mails de cet après-midi: 


 From: gentilbanquier@vilainebanque.fr

Sent: mardi 16 septembre 2014 15:46
To: Tendrépoux
Subject: Changement d'adresse

Bonjour M. Tendrépoux,

J'ai bien reçu votre courrier pour changement d'adresse par contre la facture que vous avez jointe est datée d'il y a plus de 3 mois.

Pourriez vous me renvoyer par scan en retour de cet email la facture du mois de juillet.

Je vous en remercie.

Vous souhaitant bonne réception.

Cordialement

Gentil Banquier


 De : Tendrépoux@slavesandassociates.com

Envoyé : mardi 16 septembre 2014 16:04

À : Gentil Banquier
Objet : RE: Changement d'adresse 

Bonjour M. Gentil Banquier,

Je vais vous faire parvenir une facture scannée plus récente .

Par ailleurs, j’avais adressé le 26 août une demande de résiliation de service pour ma carte bancaire premium (cf mail joint) – Pouvez-vous me confirmer que la demande a été prise en compte ?

En vous remerciant.

Cdt,

Tendrépoux.


From: gentilbanquier@vilainebanque.fr

Sent: mardi 16 septembre 2014 16:42
To: Tendrépoux
Subject: RE: Changement d'adresse

Bonjour,

Veuillez trouver ci-joint le document pour clôture de forfait de la carte à nous renvoyer signé s'il vous plait. 

Vous souhaitant bonne réception.

Cordialement

Gentil Banquier


De :Tendrépoux@slavesandassociates.com

Envoyé : mardi 16 septembre 2014 16:49
À : Gentil Banquier
Objet : RE: Changement d'adresse

Bonjour, 

Merci. Voici la version électronique signée en double exemplaire.

Cordialement,

Tendrépoux.


From: gentilbanquier@vilainebanque.fr

Sent: mardi 16 septembre 2014 17:01
To: Tendrépoux
Subject: RE: Changement d'adresse

Merci pour votre retour, 

J'ai par contre besoin du justificatif de domicile car j'ai fait le changement d'adresse en même temps que la résiliation de forfait.

Pour être validé il nous faut donc ce justificatif.

Cordialement

 Gentil Banquier


De : Tendrépoux@slavesandassociates.com

Envoyé : mardi 16 septembre 2014 18:39
À : Gentil Banquier

Objet : RE: Changement d'adresse

Bonjour,

Je n’ai pas d’autre justificatif EDF ou GDF pour le moment – en revanche j’ai un justificatif du fournisseur Free ci-joint.

Cdt,

Tendrépoux. 


From: gentilbanquier@vilainebanque.fr

Sent: mercredi 17 septembre 2014 15:37
To: Tendrépoux
Subject: RE: Changement d'adresse

Bonjour M. Tendrépoux,

J'ai bien reçu la facture Free. Il y a un léger souci c'est que cette facture est au nom de votre femme. Il nous faut une attestation d'hébergement de la part de votre femme ainsi qu'une copie de sa pièce d'identité.

Je vous en remercie d'avance.

Vous souhaitant bonne réception.

Cordialement

Gentil Banquier


De :Tendrépoux@slavesandassociates.com

Envoyé : mercredi 17 septembre 2014 16:03
À : Gentil Banquier

Objet : RE: Changement d'adresse

Bonjour M. Gentil Banquier,

Que doit préciser l’attestation d’hébergement de la part de ma femme ? qu’elle certifie que Tendrépoux, époux de Madame Titcheur, loge bien à l’adresse indiquée sur la facture ?

Merci d’avance.

Cdt,

Tendrépoux.


From: gentilbanquier@vilainebanque.fr

Sent: mercredi 17 septembre 2014 16:06
To: Tendrépoux
Subject: RE: Changement d'adresse

Oui c'est ça tout simplement.

Cordialement

Gentil Banquier


 

"Tout simplement"… Nan mais LOL quoi! Donc déjà tu noteras que la demande de Tendrépoux de résilier sa CB il y a 3 semaines a été tout bonnement zappée (forcément, le renouvellement automatique se faisait en septembre, fallait tenter le coup). Et puis ensuite, tu auras remarqué la très belle tentative de bloquer le dossier en rattachant le changement d'adresse et la demande de résiliation. Bien joué: pas de justificatif de domicile valable = procédure bloquée = facturation de frais supplémentaires si le renouvellement automatique de la carte de crédit se fait et doit être annulé. Respect. Le gars est dans son rôle de banquier sadique. Mais il ne sera pas dit que je ne répliquerai pas. 

Voici donc mon attestation d'hébergement. 

"Je soussignée, Ingliche Titcheur, atteste que mon mari Tendrépoux réside bien avec moi au 123 allée des Bisounours à Paris. 

Je peux même vous certifier que nous partageons le même lit (et ne nous faisons pas qu'y dormir, si vous voyez ce que je veux dire) (vous voyez?). 

S'il vous faut une preuve supplémentaire, je vous invite à consulter le détail de la facture Free (à mon nom) ci-jointe. L'abonnement temporaire à BeIN Sport cet été et l'intégrale de Rocky en VOD, ce n'était pas pour moi.

A faire valoir à qui de droit."

Tout simplement.   

Posté par Titcheur à 21:51 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 septembre 2014

Larmes de rentrée

the-kid-02

- Bon, je sais que ça ne fait qu'une semaine qu'elle est rentrée à l'école mais elle pleure encore beaucoup je trouve…

- T'inquiète, ça finira bien par lui passer! La mienne, ça lui a fait pareil. 

- Ah? Et tu as fait quelque chose pour la rassurer? 

- Pas spécialement, tu sais, le mieux est d'attendre qu'elle s'y fasse. C'est pour tout le monde pareil de toutes façons. 

-Oui mais là, ça prend quand même des proportions inquiétantes… Elle ne veut plus quitter la maison, ne lâche plus Maprinchesse et se planque dès qu'on lui dit qu'il faut y aller. 

- Tu sais, dans ces cas là, le mieux est encore de ne rien faire. Elle va s'habituer à ce nouveau rythme, au fait de ne plus vous voir toute la journée. Ce n'est qu'une question de temps. 

- Mais c'est normal qu'elle pleure autant? Je ne sais plus comment la consoler moi! 

- Elle ne pleure pas toute la journée, j'imagine. Rassure-toi, c'est souvent le moment de la séparation qui est dur et puis ensuite, elle va être tellement occupée à l'école qu'elle n'y pensera même plus. Et petit à petit, elle ne pleurera plus le matin. 

- Tu es sûr? La tienne a fait pareil? 

- Pa-reil! Et puis c'est rentré dans l'ordre. Mais c'est sûr que c'est dur pour nous de les voir se mettre dans cet état. On a vraiment l'impression qu'elles sont malheureuses… Mais c'est la vie, on ne peut pas rester à la maison toute la journée à jouer avec le bébé! 

- Oui et puis, c'est pas comme si on avait le choix!

- Ex-ac-te-ment! Bon et sinon, comment se passe la rentrée de Mamerveille à l'école? Elle ne pleure pas trop? 

- Penses-tu! Elle adore sa classe et son maître et regarde avec dédain ses petits camarades en pleurs.  Elle nous jette à peine un coup d'oeil quand on la laisse et file jouer à la dînette avec ses nouvelles copines… Non, je te dis, si ma femme ne pleurait pas toutes les larmes de son corps à chaque fois qu'elle doit laisser le bébé à la nounou, cette rentrée serait parfaite!

Posté par Titcheur à 15:56 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

03 septembre 2014

C'est la rentrée! (bis) (attention, émotion inside)

Mamerveille

Aujourd'hui c'était au tour de Mamerveille de faire sa rentrée, et pas des moindres! Petite section de maternelle, s'il vous plaît. 

 

Ca fait environ 8 mois qu'elle nous parle tous les jours de l'école, de ce qu'elle y fera, de sa maîtresse, des jeux qu'il y aura, des copains qu'elle s'y fera, des toilettes où elle fera pipi et de comment ça va être trop bien. C'est te dire son niveau d'expecteichieun

 

Ce matin, elle s'est levée zen. A bu son biberon devant un petit dessin animé. S'est habillée. A mis ses sandales et son gilet fraîchement marqué à son nom. Et a enfilé son petit sac à dos brodé à son prénom (pas par moi, rassure-toi, j'ai deux mains gauches pour ces choses-là) (et les créneaux, ajoute Tendrépoux, le fourbe) (tout ça parce que j'ai rayé notre bagnole toute neuve en la sortant de notre parking) (pffff…). 

 

Tendrépoux, Maprinchesse et moi l'avons accompagnée à l'école (oui, on a fait la rentrée en famille, que veux-tu, on ne galère pas pendant des années pour faire des mouflets sans avoir quelques séquelles psychologiques). Nous avons cherché son nom dans les listes des 4 classes de maternelle, nous sommes un peu perdus dans les couloirs avant de trouver sa salle. Elle a accroché son petit sac à son porte-manteau et est rentrée dans la classe où l'attendait Maître J. Eh oui, pas de maîtresse, mais un maître. Mais ça, Mamerveille ne s'en est pas aperçu tout de suite puisqu'elle s'est précipitée sur les jouets avec enthousiasme, oubliant jusqu'à notre existence en une nano-seconde. Emus, mais fiers, nous nous sommes présentés au maître. Mamerveille est venue saluer poliment ce gentil monsieur barbu avant de retourner à ses jeux. 

 

Puis Maître J. demanda l'attention des parents pour nous informer d'une réunion parents-profs lundi soir. Un silence respectueux régnait, les adultes sortant leurs smartphones pour noter le rendez-vous pendant que les enfants se taisaient, légèrement intimidés. Tous sauf une. Mamerveille, qui avec la candeur resplendissante de ses 2 ans 3/4, s'écria d'une voix sonore: "Mais elle est où la maîtresse?". 

 

Voilà, voilà. C'était la rentrée de Mamerveille. 

Posté par Titcheur à 14:57 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 septembre 2014

C'est la rentrée! (vraies larmes inside)

going-home-31

Il n'y a pas si longtemps, j'aurais fait - comme tous mes collègues titcheurs - ma pré-rentrée. Je serais arrivée en retard pour la réunion plénière, j'aurais papoté pendant tout le discours du proviseur avec mes collègues d'espagnol ou de SVT en sirotant un mauvais café, et je me serais jetée sur mon emploi du temps pour découvrir, un jour avant de commencer les cours, à quelle sauce j'allais être mangée. Mais ça, c'était avant. 

 

Maintenant je suis iouniversity titcheur, et du coup ma rentrée à moi ça sera le 29 septembre. Encore un mois de glandage préparations de cours et de réunions administratives avant de retrouver mes chers étudiants. Youhouhouhou (danse du stylo rouge)!

 

Néanmoins (naiveurzelaisse pour les bilingues), quelqu'un a fait sa rentrée aujourd'hui: Maprinchesse. Et oui, mon bébé d'amour de 5 mois tout rond a commencé l'adaptation avec la nounou (t'ai-je déjà parlé de la nourrice de mes enfants, cette perle?) ce matin. 

 

On aurait pu croire que la deuxième fois, j'aurais été rodée. On aurait même pu s'imaginer que j'aurais eu hâte de reffourguer ma progéniture pour retrouver un peu de temps pour moi. On aurait eu tort. Mais alors méga tort. 

 

Parce que 5 mois, c'est encore tout petit (et là, je remercie le ciel d'avoir accouché prématurément en avril et d'avoir pu enchaîner le congé maternité avec les vacances scolaires car laisser ma toute-petite à 2 mois 1/2 m'aurait probablement conduit à la dépression nerveuse ou à des actes de barbarie sur d'innocents chatons). 

 

Parce que j'avais eu la chance de pouvoir prendre un congé parental et ne laisser Mamerveille qu'à 11 mois. Et que je culpabilise un peu de ne pas pouvoir offrir ça à sa petite soeur (mais il paraît qu'on a un crédit immobilier à rembourser me souffle Tendrépoux) (ce rabat-joie). 

 

Parce que j'ai vraiment eu l'impression qu'on m'arrachait une partie de moi ce matin. 

 

Parce que, dorénavant, Maprinchesse sentira le parfum de la nounou plutôt que sa douce odeur de bébé. 

 

Parce que la parenthèse enchantée se referme doucement. 

 

Parce que je n'ai pas encore eu ma dose de Maprinchesse: ses sourires, ses bisous baveux, son petit cou tout chaud dans lequel je dépose des baisers affamés, son petit être qui se blottit contre moi, ses grands yeux bleu-gris qui me dévisagent d'un air rieur, ses premiers éclats de rire que je ne cesse d'essayer de provoquer par des grimaces improbables… 

 

Alors voilà. Maprinchesse a fait sa rentrée ce matin. 2 interminables heures loin de sa maman. 

 

Mercredi, ce sera au tour de Mamerveille, pour sa rentrée en petite section. Histoire de bien m'achever. 

Posté par Titcheur à 15:32 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,



26 juillet 2014

Qui ne tente rien…

appeal-your-grade

Aujourd'hui, tout se négocie: les appartements, les prêts bancaires, le cageot d'abricots sur le marché. Et les diplômes universitaires apparemment. Si. Je te jure. 

Je reçois plusieurs fois par an, en général en fin d'année lorsque les moyennes sont tombées (et quelques illusions avec), des mails pathétiques d'étudiants en master (oui oui, en master) qui viennent plaider leur cause. 

Et voilà ce que ça donne. 

 

De: grosfumiste@gmail.com

A: inglicheticheur@univ-de-la-balle.fr

Madame, 

Je sollicite votre haute bienveillance pour examiner mon cas. J'ai obtenu une moyenne de 9,15/20 à mon année de Master 1. Or pour pouvoir prétendre à m'inscrire en deuxième année, il faudrait que j'ai la moyenne. J'ai eu une année très compliquée entre mes études et mon travail (et la mort de mon poisson rouge) et je suis conscient que mes résultats laissent à désirer mais il est vraiment crucial que je passe en deuxième année. 

Pourriez-vous donc augmenter ma note d'anglais et la passer de 11 à 13/20 afin que j'arrive à la moyenne générale? 

Merci pour votre aide. 

Grosfumiste

 

Ou encore: 

 

De: têteenlair@hotmail.fr

A: inglicheticheur@univ-de-la-balle.fr

Madame, 

Je vous écris car je viens de me rendre compte que le calendrier des épreuves de rattrapage était en ligne et j'ai raté mon épreuve d'anglais qui avait lieu hier. Comment faire pour réparer cette erreur qui n'est vraiment pas de ma faute, la faculté ne m'ayant pas avertie des dates des rattrapages? 

Je suis prête à vous rendre un devoir maison ou à passer un oral avec vous. 

Cordialement, 

Têteenlair

 

Plus original, cette étudiante qui m'écrit suite à la session de rattrapage que je surveillais et corrigeais.

 

De: jauraisessayé@wanadoo.fr

A: inglicheticheur@univ-de-la-balle.fr

Madame, 

Je suis une des étudiantes qui a passé l'épreuve de rattrapage avec vous aujourd'hui. Je vous écris pour vous demander votre indulgence dans la correction de ma copie. 

J'ai vraiment besoin de valider mon année, donc il est très important pour moi que j'aie la moyenne à cette épreuve. Je vous remercie de prendre en compte ma demande. 

Respectueusement, 

Jauraisessayé

  

Donc pour récapituler, certains étudiants (pas tous, hein, heureusement!) estiment que: 

1) les notes que les profs leur donnent ne représentent rien de concret. Ce sont juste des chiffres abstraits qui ne reflètent aucun niveau spécifique. Donc changer un 11/20 en 15/20 ne devrait pas poser problème hein? Peu importe si je suis une quiche en ingliche, l'important c'est de valider mon diplôme, même si je n'ai pas le niveau requis. Comme ça, je pourrais mettre sur mon CV que je suis bilingue alors que c'est pas vrai. On n'est plus à une demi-vérité près. 

2) on devrait pouvoir bénéficier d'une épreuve de rattrapage pour l'épreuve de rattrapage. Avec un prof prêt à sortir un sujet de sa poche, ou mieux de se libérer pour faire passer un oral ou corriger un devoir maison pompé sur internet. Ben voyons.

3) la notation devrait tenir compte du vécu de chacun. Parce que certains méritent plus que d'autres mais sans forcément fournir le travail requis. Argument imparable: "j'ai vraiment besoin de valider cette UE" (ah bon parce que les autres qui se sont sortis les doigts du fondement pendant l'année non?). Ca s'appelle comment déjà? Ah oui: noter à la tête du client. 

Donc au risque d'en décevoir certains, je rappelle ces quelques éléments de base: 

- Si tu veux valider ton année, je te suggère de bosser. 

- Si tu veux avoir 14/20 plutôt que 12/20, je te suggère de bosser. 

- Si tu veux avoir une bonne note à ton rattrapage, je te suggère de bosser. 

- Si tu ne veux pas rater l'épreuve de rattrapage, je te suggère de te renseigner plutôt que d'attendre qu'on t'envoie une invitation. 

 

Sinon, un petit billet de 200 glissé dans la copie et on pourra peut-être trouver un terrain d'entente… 

 

PS: à tout hasard pour ceux qui douteraient de mon intégrité, je précise que je plaisante. J'agis toujours en fonctionnaire de l'Etat de façon éthique et responsable! Et puis je prends beaucoup plus cher que 200 euros pour monter une note…  

Posté par Titcheur à 14:54 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 juillet 2014

Des nouvelles de Dédé

Dédé

Je n'aurais jamais cru qu'une simple plante verte (même pourvue de jolies fleurs blanches) puisse susciter autant d'intérêt et d'émotion. Alors à la demande générale, voici des niouzes de Dédé, mon Arboreus Decedus, dont je te narrais la lente agonie il y a quelques jours.  

Et bien suite à la mobilisation générale et à une intervention musclée de Queen Mom (t'ai-je déjà parlé de mon exquise génitrice?) à coups de sécateur et d'arrosage intensif, j'ai la joie de t'annoncer que Dédé a repris du poil de la bête. Non seulement il n'est pas décédé, mais de nouvelles feuilles ont fait leur apparition. Tu verras que bientôt ses magnifiques fleurs blanches refleuriront. 

Merci donc à toi, lecteur fidèle, pour tes précieux conseils botaniques (ta mère) (désolée, les jeux de mots pourris sont ma raison de vivre). Avec un bon coaching, je finirai peut-être par avoir la main verte. Qui sait, si ça se trouve l'année prochaine j'aurai un potager sur mon balcon et je te raconterai les aventures de mon séquoia d'appartement. En attendant, je propose de créer une page Facebook à Dédé afin que je puisse te tenir informé de son état de santé. Nan je déconne, j'ai une vie tout de même. 

Posté par Titcheur à 12:52 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 juillet 2014

Awesome

awesomeness

 C'est pas pour me vanter mais: 

Je connais tous les verbes irréguliers d'anglais. 

J'ai lu tout Jane Austen. Et tout Shakespeare. Dans le texte. (Entre autres). 

Je réussis très bien le gratin dauphinois et le boeuf bourguignon. Et la raclette me souffle Tendrépoux (le méchant). 

Je connais par coeur toutes les chansons des Beatles. 

Je ne fais jamais de fautes d'orthographe. 

Je joue parfaitement "Imagine" au piano. 

Je fais très bien les créneaux. 

Je peux changer une couche en moins de 30 secondes. 

Je peux retenir ma respiration pendant 30 secondes. 

Je sais désimlocker et jailbreaker un Iphone. 

Je sais réparer un lave-linge.

Je suis arrivée à l'étape 68 de "Ouverture Facile" (ne clique pas sur le lien si tu tiens à ta vie sociale). 

Je sais faire ça avec mes doigts. 

Je suis incollable sur les protocoles de FIV. 

Je peux encore réciter "Le corbeau et le renard". 

Je sais recoudre un bouton et faire un ourlet. 

J'ai mon permis de conduire, ma 3ème étoile et un certificat de baptême de plongée. 

J'ai un excellent relationnel avec les chats, les chiens, les furets et les enfants. 

Les personnes âgées m'adorent. 

 

Et pourtant… 

 Je suis infichue de maintenir une plante verte en vie plus d'une semaine. Je suis une serial killeuse de ficus. On me surnomme "Flower killer", "l'Equarrisseuse des jardins" ou encore "l'Arme Fatale du Végétal". 

Ci-joint, ma dernière victime: Arboreus Decedus ou Dédé pour les intimes. 3 semaines. Mon record. 

IMG_1965

RIP Dédé...

Posté par Titcheur à 10:11 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 juin 2014

J'y vais mais j'ai peur

Shadock

Cela ne t'aura pas échappé, lecteur informé, en ce moment un événement capital mobilise les médias. Non pas la grève SNCF. Ni le mondial de foot. Mais enfin, lecteur, tu le fais exprès? Je te parle du bac bien sûr! Si, tu sais, cet examen sanctionnant la fin des études en lycée et que 85% des candidats obtiennent.  

Comme chaque année, les journaux télévisés ont fait leur sujet sur la fameuse "épreuve de philo", avec interview d'élèves transpirants d'angoisse avant l'examen, et en ressortant au choix 1) en larmes "j'ai complètement foiré, ça y est, c'est sûr, j'ai raté mon bac/ma vie"; 2) un peu trop sûr de soi "j'ai trop déchiré, j'ai casé Schopenhauer et son mythe de la caverne et le "Je pense donc je suis " de Voltaire"; 3) sobrement satisfait "oui, bon, rien de rare dans cette épreuve. En se fondant sur Nietzsche, Kant et Hegel, on faisait un plan en 3 parties tout à fait classique." Cette année, petit suspense supplémentaire (merci la SNCF): les candidats vont-ils arriver à l'heure (ou tout court) à leur épreuve? La grève des cheminots va-t-elle remettre en cause la validité de l'examen, si tous les candidats ne sont pas sur un pied d'égalité? 

Nous avons donc eu droit à du grand journalisme d'investigation avec infiltration dans une famille qui se lève à 5h du matin pour accompagner en voiture le candidat tout nerveux et éviter les bouchons. Gagné! A 6h12, il est devant la grille (fermée) de son centre d'examen et devra patienter 2 heures à se ronger les ongles avant l'épreuve (mais au moins il y est). Moins de chance pour cette candidate peu prévoyante qui arrivera avec une heure de retard à son examen (mais c'est pas grave, hein, elle aura une heure de plus pour composer). 

Mais la grande nouveauté de cette année, c'est cette pétition qui circule sur les réseaux sociaux depuis quelques jours (non, je te mets pas le lien, tu vas quand même pas aller la signer!). Apparemment, certains élèves de Terminales S ont trouvé leur épreuve de maths trop difficile. Et celle de physique-chimie aussi. Ainsi que celle de SVT. Ah, et on me souffle dans l'oreillette que l'épreuve d'anglais était anormalement difficile elle aussi. Apparemment, les questions faisaient bien partie du programme mais étaient formulées de façon différente que d'habitude et, surtout, ô injustice insupportable, n'étaient pas tout à fait au même format que ce sur quoi les élèves s'étaient entraînés toute l'année. 

Tu me diras, je ne suis pas prof de maths, comment je peux savoir, moi, si les questions sont plus ou moins difficiles. Certes. Ce que je sais par contre c'est que: 

- les sujets sont élaborés par des profs. Qui enseignent. Qui sont donc au courant du niveau de leurs élèves. Qui sont relus et corrigés par d'autres profs afin d'aboutir à un sujet équilibré. Donc à moins d'être tombé sur une équipé de sadiques (ce qui reste possible), y a pas de raison que la session 2014 soit plus infaisable que celle de 2013. 

- tout le programme peut être sujet d'examen. Même les points qui semblent insignifiants ou moins importants. Cela dérange certainement ceux qui font des impasses sur certains aspects du programme, mais on ne peut pas faire de prédictions sur ce qui tombera ou tombera pas. Donc mieux vaut tout réviser. 

- un sujet, ça se lit, ça s'analyse et ça se comprend. Avant de se jeter sur son stylo pour rédiger directement une réponse sur sa copie, il faut lire la question. La relire et s'assurer de l'avoir bien comprise. Oui, même en sciences. Et si la question est un peu alambiquée, ou pas claire, alors on la retourne dans tous les sens, on se creuse le ciboulot, on réfléchit, au lieu de jeter l'éponge au bout de 5 minutes en décrétant que "pfff, de toutes façons, ça veut rien dire, c'est trop dur". Ce n'est pas la question qui est trop dure, c'est l'élève qui manque de persévérance. Mais il est tellement plus facile de rejeter la faute sur le sujet plutôt que de se remettre en question. Tellement plus facile d'aller râler sur Facebook et de signer une pétition numérique que de se dire qu'on aurait pu passer un peu plus de temps à travailler qu'à poster des photos de chatons bourrés sur le ouèb. 

Je vois déjà la levée de bouclier des bons élèves qui estiment avoir travaillé comme des fous toute l'année et qui trouvent, eux aussi, que les sujets étaient trop durs. J'entends leurs récriminations mais là aussi, je ne suis pas d'accord. A force d'entendre que le bac est donné, que tout le monde l'a du premier coup sans trop faire d'effort, on en vient à déduire qu'il DOIT être facile et ne poser aucune difficulté. Vous avez travaillé dur toute l'année? ENCORE HEUREUX! Comme si c'était un exploit alors que c'est juste ce que vous êtes censés faire! Vous avez trouvé les questions difficiles malgré tout le travail fourni? Et alors? Ca arrive de sécher sur un sujet alors qu'on se sentait bien préparé. Ca s'appelle la vie et elle n'est pas toujours juste. Mais ne vous inquiétez pas, cela ne vous empêchera pas de l'avoir votre bac. Voire votre mention. Les consignes de correction données aux examinateurs sont si laxistes que c'en est à se demander pourquoi on s'emmerde à corriger autant de copies (un jour je te raconterai comment ça se passe, un jury de bac). 

Alors effectivement, si personne n'est content (les élèves parce que c'est "trop dur", et les profs parce que c'est "trop facile"), pourquoi continuer à s'infliger ce rituel chaque année? 

On nous rabâche que c'est un examen coûteux et qui empiète sur tout le mois de juin. Certes. Mais il a le mérite d'être égalitaire. La même épreuve pour tout le monde. L'anonymat des copies garanti. Une correction par des professeurs qui ne connaissent pas les élèves. On ne peut pas en dire autant du contrôle continu, alternative présentée comme idéale par certains. Plus d'examen stressant, plus de logistique compliquée, de coûts exorbitants, de risques de fuites des sujets. Mais aucune équité non plus! Autant de sujets que d'établissements (voire de classes), donc aucune garantie que le niveau d'exigence soit le même partout sur le territoire. Des correcteurs trop proches de leurs élèves, et potentiellement incités par la hiérarchie à bien noter (pour le classement de l'établissement) et potentiellement soumis à des pressions de la part des élèves ou de leurs familles (quand on voit que les étudiants en master n'hésitent pas à venir marchander leur note…). Bref, autant enterrer toute idée d'examen de fin de lycée, ce sera plus honnête intellectuellement. 

Personnellement, je pense qu'il faut conserver le bac (en en réformant certains aspects, notamment les langues, mais c'est un autre et vaste sujet). Cela reste un grand moment dans la vie scolaire de tous. Un de ces jalons qui marquent la vie. Qui vont nous aider à nous construire, même si on ne l'a pas. Parce qu'il nous pousse à nous poser des questions: ai-je assez travaillé? Qu'est-ce que je veux faire avec ce bac? et si je ne l'ai pas, quelle direction vais-je prendre? 

Le bac est un rituel. Quasi initiatique. Le seul moment dans la scolarité (je mets de côté le brevet des collèges) où toute une génération d'élèves se mobilise autour d'un examen qui les fera passer à l'âge adulte. Qui leur ouvrira la porte des études supérieures s'ils souhaitent en faire. Qui les obligera un peu à travailler. Qui leur apprendra à gérer leur stress, à organiser leur travail sur plusieurs mois, à réviser régulièrement (dans l'idéal, hein, on sait que ça bachotte à fond sur les 3 dernières semaines en espérant que ça passe), à travailler plusieurs matières en même temps, à appliquer des méthodes de travail. Bref, à s'entraîner pour la vraie vie d'après. Celle où personne ne vous tient par la main pour vous dire quoi faire et comment le faire. 

 On a tous des souvenirs de notre propre bac. Perso, je ne me remets toujours pas de mon 8/20 en hisoire alors que j'avais 14/20 de moyenne toute l'année. Je me souviens encore de mon oral d'anglais et du sujet de philo. Et je me rappelle du jour des résultats, du stress parce que même si on pense avoir réussi, on ne sait jamais, et de la délivrance de voir mon nom sur la liste des reçus avec mention (assez bien si tu veux tout savoir). Et toi, lecteur, quels sont tes souvenirs de bachelier? 

PS: Ah oui. J'ai jeté un coup d'oeil au sujet d'anglais. Et là, gros LOL. Difficile???!!! Bateau, très certainement! Galvaudé, convenu, classique, chiant à mourir, possible également. Mais difficile, il faut arrêter 5 minutes. Déjà, parce que le sujet de langue est commun aux 3 séries générales (S, ES et L) et que, bizarrement, aucune pétition ne circule chez les ES et les L pour se plaindre de cette épreuve. Et deuxièmement, même les questions sont formulées avec des termes complètement transparents afin d'être sûr que tout le monde comprenne bien (genre la question 1 où est utilisé le terme "voyage" plutôt que "trip" ou "travel", des fois que ce serait trop incompréhensible…). 

Posté par Titcheur à 11:35 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

19 juin 2014

Who who is it who passes at the radio? (traduction Jean-Kevin)

nameless_cover-portrait

Hé oui, quand je te dis que je reviens, c'est que je reviens, lecteur ébahi. Tu n'auras plus à attendre 2 mois pour lire ma douce prose. 

Aujourd'hui, petit billet promo pour des musiciens dont je t'ai parlé à plusieurs reprises, ici, ici et là aussi: les NAMELESS. Alors oui, c'est le groupe de mon frère, mais honnêtement, si leur musique n'était pas géniale, je ne t'en parlerais pas autant. Tu doutes, lecteur sceptique?

Qui d'autre que de créatifs jeunes gens pourraient imaginer mélanger le coaching d'entreprise et le Kamasutra dans un clip aussi audacieux que réussi? Oui, oui, ils l'ont fait, regarde: 

 

Qui d'autre que de talentueux musiciens seraient invités dans l'émission de Manoukian "On va tous y passer" sur France Inter, pas plus tard que tout à l'heure (dans 30 minutes, allume ta radio!)? 

Qui d'autre que de véritables bêtes de scène se produiraient au Point Ephémère à Paris le 10 juillet, que si tu veux y assister dépêche toi d'acheter tes billets , ça se remplit très vite et c'est toujours désagréable de se faire refouler à l'entrée alors que tu as mis tes habits de lumière et payé une baby-sitter le prix d'un rein?  

Qui d'autre que 4 garçons dans le vent viendraient de sortir un EP du tonnerre, que pour 4 euros tu as une playlist au top? 

Ils n'ont peut-être pas de nom, mais en tous cas, ils ont du talent! 

Posté par Titcheur à 10:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,



Fin »