Ingliche Titcheur

14 décembre 2014

Les (més)aventures de Tendrépoux (c'est cadeau!)

cadeau

En cette période de pré-festoiement, quoi de plus catholique et charitable que de te narrer les dernières aventures ridicules de l'être qui illumine mon quotidien (et muscle mes zygomatiques) depuis près de 10 ans? 

Tu commences à bien connaître la bête, lecteur fidèle. Je t'avais raconté ici ses prouesses en bricolage et décrit ses qualités de mécanicien. Comme tu le sais puisque tu lis mon blog depuis le début, Tendrépoux est aussi féru de sports en tous genres et il ne rate pas une occasion pour sculpter son corps de rêve. 

Non content de courir 15 bornes 2 fois par semaine et d'aller "à la salle" (et pas à la selle) (désolée) dès qu'il le peut pour soulever de la fonte, Tendrépoux a aussi décidé qu'il irait au boulot à vélo. Après tout, traverser Paris d'ouest en est à bicyclette est fort agréable, même s'il faudra m'expliquer l'intérêt d'arriver en sueur et ébouriffé au boulot. 

Bref, tout content de sa nouvelle idée, Tendrépoux décida unilatéralement que le VTT qu'il m'avait offert pour mes 25 ans (il y a à peine 3 ans donc) (pouf pouf) et qui prenait la poussière dans l'abris de jardin de ses parents ferait parfaitement l'affaire. Il en changea simplement les pneus pour en faire un vélo de route et investit dans un ravissant gilet jaune et un casque. 

Ah il fallait le voir rentrer tous les soirs, le visage rougi, fouetté par les vents, la goutte au nez et le pantalon rentré dans la chaussette, fier comme bar-tabac (comme dirait l'autre). Mais il ne goûta que brièvement cette douce félicité. Un soir, Tendrépoux m'appela au téléphone: 

- Chérie? 

- Oui, astre de mes jours? Qu'y-a-t-il et où es-tu? J'entends comme un bruit de métro. Tu n'avais pas pris ton vélo ce matin? 

- Si!! (sanglots refoulés) Mais on me l'a volé!

- Mais comment est-ce possible, amour de ma vie? Ne l'avais-tu point garé dans le parking fermé/surveillé par caméra/gardé par un maître-chien 24h/24 de la Slaves&Associates

- Ben non! Je l'avais accroché au grillage en face de l'entrée du boulot, dans la rue. Je ne comprends pas… 

- Ta confiance en la probité de tes concitoyens t'honore, mon bien-aimé, mais dis-moi, tu avais bien acheté un antivol haute sécurité, non? 

- Euh, et bien, pas vraiment. J'ai récupéré un vieil antivol chez mes parents. Je pensais pas qu'on me le volerait! Pffff… Je suis bon pour en racheter un! 

Et Tendrépoux rentra, dépité et en métro à la maison ce soir-là. Tenace, il décida de se rendre dès le lendemain dans une grande enseigne sportive pour se ré-équiper. 

 

Le lendemain, nouveau coup de fil de mon mari.  

- Alors, ça y est? Tu l'as ton nouveau vélo? Tu es content? 

- Ben non. Tu vas pas me croire, mais on m'a volé mon portefeuille ce matin!

- Comment, lune de mes nuits? Tu as été agressé et molesté par une bande de voyous? 

- Euh, pas vraiment non. J'ai laissé ma veste sur le dossier de ma chaise dans la salle de réunion et suis sorti quelques minutes pour prendre un appel téléphonique. Quand je suis revenu, mes poches étaient vides! Plus de portefeuille et plus de chéquier! 

- Et tu avais laissé ton portefeuille et tous tes papiers dedans? 

- Oui! Je n'ai pas pensé que n'importe qui pouvait rentrer dans cette pièce!

- Ta foi en l'espèce humaine te fait honneur, mon héros. Et tu as fait opposition bien sûr? 

- Non pas encore. Je pensais le faire ce soir en rentrant. 

- Mais voyons, mon adoré, il faut le faire immédiatement! Le voleur est peut-être déjà en train de vider ton compte en banque!

Tendrépoux passa donc le reste de la journée au téléphone à faire opposition sur ses cartes bancaires et chéquier, et au commissariat pour déclarer le vol de ses papiers. Il rentra sans le sou et sans vélo. Mais bien décidé à acquérir de nouveau un deux-roues, il entreprit le samedi suivant de se rendre dans son magasin de sport muni du chéquier qui lui restait.  

3 heures plus tard, appel de Tendrépoux. 

- Allo mon amour? Que se passe-t-il? Je commençais à m'inquiéter!

- C'est rien. Je rentre en métro. Je n'ai pas pu acheter le vélo. 

- Mais comment est-ce possible, mon roudoudou? 

- Et bien mon chèque n'est pas passé. Ils ont du appeler la Banque de France pour vérifier le numéro et en fait la banque s'est trompée et a bloqué tous mes chéquiers, pas seulement celui qu'on m'a volé. J'ai passé 3/4h à la caisse, c'était l'horreur.  

- Décidément, soleil de mon existence, tu es maudit! On dirait presque que l'univers essaye de t'empêcher de rouler en vélo! 

Et pour la troisième fois, Tendrépoux rentra bredouille et à pied. Quelque peu secoué par ses mésaventures à bicyclette, Tendrépoux décida de réinvestir plutôt dans de nouvelles chaussures de course. Puisque l'univers refusait qu'il pédalât, il allait courir. Exigeant et économe à la fois, il passa des heures sur internet à comparer les performances techniques, les prix et les couleurs des baskets qu'il ciblait. Au bout de quelques jours d'un benchmarking forcené, il s'écria: 

- Ca y est! Je les ai commandées!

- Quoi donc, mon époux? 

- Et bien mes baskets! J'ai réussi à les trouver à plus de 50% sur un site. Je suis vraiment content parce que sur les sites habituels, elles étaient à 75 Euros et là, je les ai pour 65 Euros! 60% d'économies!

- Fantastique, mon amoureux! J'applaudis tes talents et ta persévérance! 

- Merci, mon coeur. C'est juste un peu étrange, je n'ai pas reçu de mail de confirmation de ma commande… 

- Hmmm, étincelle de ma vie, peux-tu me dire sur quel site tu as commandé? 

- Euh, attend que je le retrouve… Voilà! www.bengldsh.com. C'est bizarre parce que ce n'est pas le nom du lien sur lequel j'ai cliqué… Et puis il y avait quand même beaucoup de fautes d'orthographe sur cette page… Oh, non! Tu crois que c'était une arnaque? 

- Je ne sais pas, étoile de mes rêves, mais ta confiance en ton prochain m'éblouit. Tu devrais peut-être consulter ton compte en banque pour voir si tu as été débité. 

- Tu as raison. 

Evidemment, il avait été débité. 2 fois. Par un site chinois. Il a donc fait opposition. Sur sa nouvelle carte bleue. Si.  

5 semaines plus tard, le facteur sonna à la porte. Et nous livra ça: 

 

IMG_2277

IMG_2279

 

Ce n'était pas le modèle commandé, mais bon, c'était arrivé. 

5 semaines plus tard, le facteur re-sonna à la porte. Et nous livra ça: 

 

IMG_2277

IMG_2416

 

La deuxième paire… toujours pas le modèle commandé. Mais Tendrépoux les adore. C'est déjà ça. 

Posté par Titcheur à 17:05 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


27 novembre 2014

Thanksgiving

mojito

Aujourd'hui, c'est Thanksgiving. Jour de terreur pour les dindes du monde entier.  Jour de célébration pour nos amis Américains qui vont pouvoir exprimer leur reconnaissance (de ne pas avoir été descendu par un flic de 12 coups de feu par exemple) (au hasard). Pour ma part, je suis reconnaissante de trouver 5 minutes pour écrire ce billet. Ca vaut bien un génocide de volatilus imbecilus 

Les jours défilent et se ressemblent: métro-boulot-pédiatre-copies-pédiatre-boulot-dodo (nan je déconne, j'ai arrêté de dormir depuis 2011). 

J'ai des dizaines d'idées de billets en tête mais pas assez de temps pour les écrire. Alors je vais essayer de rattraper mon retard ici, par ces quelques miscellanées. 

                                                                                                                       *                      *                       *

Je bosse comme une damnée. La fac, c'est super, on bosse 25 semaines par an et le reste du temps on est en vekeichione. C'est vrai. Sauf qu'il faut faire tenir 1 an de cours universitaires sur la moitié de l'année et que les vekeichione ne sont pas vraiment dédiées à faire bronzette sur une plage et à siroter des mojitos mais plutôt à corriger des montagnes de copies et préparer des cours (ce qui n'empêche pas de siroter des mojitos, je te le concède) (d'ailleurs mes cours sont de bien meilleure qualité depuis que je les prépare bourrée) (mais mes étudiants ont toujours d'aussi mauvaises notes).

                                                                                                                       *                      *                       *

Comme j'aime avoir mal, j'ai pris la responsabilité de missions administratives plus ambitieuses les unes que les autres: recruter 10 profs pour dans 3 semaines, révolutionner les pratiques pédagogiques universitaires par l'intégration de technologies innovantes pour un enseignement hybride, créer des partenariats avec des universités copines, inventer une méthode infaillible pour que tout le monde spike ingliche en 3 ans, créer des brochures pour décrire nos jolis cours en anglais à des délégations étrangères qui viennent voir comment c'est bien chez nous… Je m'éclate comme une dingue, je rencontre des pontes de la didactique avec qui j'ai des échanges trop passionnants sur comment améliorer nos enseignements. Je réunionnite comme une malade avec plein de gens de tous horizons qui ont tous des idées plus géniales les unes que les autres pour que nos cours de langue soient les meilleurs de l'univers. Bref, je m'éclate professionnellement comme ça faisait longtemps que ça m'était pas arrivé. J'enseigne l'ingliche et c'est ma joie. 

                                                                                                                        *                      *                       * 

Ca ne m'empêche pas de m'arracher régulièrement les cheveux sur les demandes saugrenues de mes étudiants. Certains ne reculent devant rien pour s'épargner l'effort de venir en cours. N'importe quelle excuse est bonne pour tenter une demande de dispense (normalement réservée aux étudiants étrangers ne pouvant commencer de nouvelle langue). Donc apparemment, ça ne les fait pas ciller de demander à être dispensés de cours parce qu'ils sont (je cite) "trop mauvais en anglais". Logique. Je suis une quiche donc plutôt que de me mettre au boulot pour enfin maîtriser (vaguement) une langue qui ne pourra que me servir plus tard, je préfère m'en faire dispenser. J'aime autant te dire que je les envoie sur les roses ces petits malins. 

                                                                                                                         *                      *                       *

Il y a aussi celle qui m'écrit pour me dire qu'elle a eu 05/20 à son partiel et que c'est un scandale. Que la prof note trop dur. Qu'il y a des élèves quasi bilingues dans le groupe et que du coup, c'est pas juste car eux ont de bonnes notes (gni?). Que la prof elle fait même pas de cours de grammaire et de vocabulaire, alors que quand même, il en faudrait. Je lui ai donc gentiment expliqué que plutôt que de remettre en question la notation de sa prof, elle ferait peut-être mieux de remettre en question la qualité de sa copie. Qu'en L3, après 10 ans d'anglais, elle devait être capable de se faire des fiches de vocabulaire sans qu'on lui tienne son stylo et que si après tous ses cours d'anglais elle était toujours pas fichue de mettre un S à sa putain de 3ème personne du singulier au présent simple, un énième cours de grammaire n'y changerait rien. (Ensuite je me suis descendu un mojito) (oui je vais finir alcoolique à ce rythme là).  

                                                                                                                          *                      *                       *

Enfin, il y a Tendrépoux et mes filles. Tendrépoux aura droit à son petit billet rien qu'à lui car (tu commences à le connaître), il s'est encore rendu coupable de facéties aussi peu glorieuses qu'hilarantes et je m'en voudrais de ne pas te narrer cela dans le détail. Tant pis, je dormirai 1h de moins mais je t'écrirai ce billet.  

Mamerveille et Maprinchesse, quant à elles, semblent vouloir tester le système de santé en ne tombant malades que le samedi soir vers 1h ou les jours fériés. Nous avons donc passé le PIB du Burundi en SOS médecins, pédiatres et autres pharmacies de garde. Les filles sont perfusées au Doliprane et Tendrépoux, ce fourbe, a réussi à esquiver le mouche-bébé, les séances de kiné respiratoire pour la bronchiolite de la petite et le sondage du canal lacrymal de la petite également (qui cumule, la pauvre). Si tu ne sais pas ce que c'est, alors tu n'as pas besoin que je t'affranchisse. Après tout, qui a envie de savoir qu'on peut enfoncer une aiguille de cette taille là dans le canal lacrymal bouché depuis la naissance d'une enfant de 8 mois sans anesthésie? C'est donc moi qui, depuis 1 mois 1/2, me tape les allers-retours chez les divers médecins et qui supporte les techniques plus barbares les unes que les autres pour soigner ma petite dernière. Mais, tu l'auras compris, comme je suis imbibée de Mojito, ça passe. 

 Voilà pour les niouzes. Allez, faut que j'y aille. Ca va être l'heure de l'apéro. 

Posté par Titcheur à 18:02 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

22 octobre 2014

C'est la rentrée! (comment ça c'est les vacances??)

complaint dpt

Le premier qui me dit que les profs ne sont que des grosses feignasses constamment en vacances ou en grève se prend un stylo rouge dans l'oeil (je laisse le choix entre le gauche ou le droit, magnanime que je suis). Nan parce que j'ai tellement croulé sous le boulot ces 4 dernières semaines qu'il faut que j'attende mes premières vacances (vendredi soir 17h - rhhhaaaa!) pour arriver enfin à reprendre ma plume virtuelle et venir encombrer la toile de mes indispensables élucubrations. 

Il faut dire que cette année, collègues et étudiants semblent s'être donné le mot et rivalisent d'imagination pour inonder ma boîte mail de courriers plus étonnants (pour rester polie) les uns que les autres. Petit florilège, rien que pour toi, lecteur frétillant. 

Il y a cette étudiante qui ne comprends pas pourquoi son cours d'anglais n'apparaît pas dans son emploi du temps. Elle a pourtant bien fait son inscription en cours d'italien. Je lui ai répondu de bien relire ce qu'elle venait de m'écrire et que, normalement, elle devrait comprendre toute seule où était le problème…

Il y a ce collègue, qui enchaîne 3 cours dans 3 salles différentes (mais au même étage) et qui voudrait bien que j'appelle le planning pour régler ce problème insupportable. Apparemment, il a internet mais pas le téléphone… 

Il y a cet étudiant en master qui me demande à être dispensé de cours d'allemand. Il n'est pas bilingue, non, non. Il a juste "une masse de travail" apparemment insurmontable à fournir : son mémoire à rédiger, ses cours de master (jusque là, rien de rare), son petit boulot le soir (ok, il est pas tout seul), et surtout, son service civique de 24h. J'ai pouffé. Puis je lui ai dit qu'il devrait s'en remettre. 

Il y a cette collègue qui m'explique, 3 jours avant la rentrée, que finalement elle ne pourra pas assurer ses cours car elle a trop de boulot (elle a mis 3 semaines à s'en rendre compte). C'est pas grave, j'adore recruter des vacataires 3 jours avant un cours. 

Il y a cet étudiant qui m'écrit qu'il a raté les 3 premières séances de mon TD parce qu'il n'a jamais pu trouver la salle. La première fois "on" lui a dit que le cours avait lieu en 227. La deuxième fois, "on" l'a envoyé en 229. La troisième fois, "on" lui a dit d'aller voir en 231. Je lui ai suggéré de regarder son emploi du temps (où toutes les salles apparaissent) plutôt d'écouter ce qu'"on" lui disait… 

Il y a ce collègue qui vient me voir toutes les semaines dans mon bureau et qui veut passer en revue ses listes d'étudiants (ah bon, il doit mettre à jour sa liste lui-même?), son dossier administratif ("donc en face de "nom", je mets mon nom, c'est ça?"), me demander le code de la photocopieuse (j'en sais rien), ou de l'aider à configurer son ordinateur pour choper le réseau wifi de la fac (je suis la hotline de cette université). 

Il y a cette étudiante qui m'explique qu'elle devra rater systématiquement les dernières 45 minutes de mon cours (qui dure 1h30) parce qu'elle doit prendre son train à 17h18 et qu'elle ne peut pas changer de groupe parce que, vous comprenez Madame, il ne reste de la place que le vendredi et le vendredi j'ai pas cours. 

Il y a ces dizaines d'étudiants étrangers qui attendent que je leur fasse leur dispense de cours de langue parce que c'est difficile de commencer le portugais grand débutant quand on est coréen et qu'on a décidé de faire ses études en France. Et il y a en parallèle mes collègues qui refusent que je les dispense sans leur avoir fait passer au préalable un entretien prouvant qu'ils sont bilingues. C'est sûr que quand on est né en Corée, il y a un gros doute sur le fait qu'on parle couramment le coréen… Quant à moi, mes compétences linguistiques sont telles que le mandarin, le finnois ou le russe n'ont aucun secret pour moi. Je parle même l'elfique. 

Si tu rajoutes à tout cela deux charmantes petites filles de respectivement 3 ans et 6 mois, dont la première a manifestement décidé de muer en troll et de piquer des crises de nerfs pour un oui ou pour un non (et généralement plutôt pour un non), tu comprendras que, quand je ne suis pas occupée à l'université, mes filles veillent à ce que je ne m'approche d'aucun blog, lit ou canapé à la maison. 

Sur ces bonnes paroles, cher lecteur, je te laisse. J'ai accessoirement un cours à préparer, un biberon à donner et une enfant à emmener chez le pédiatre. 

Posté par Titcheur à 16:37 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

17 septembre 2014

Tout simplement

300px-gaston-lagaffe-paperasse_1384778559737-jpg

En ce moment, on est en plein boum avec Tendrépoux. Avec l'achat de notre appartement, le déménagement et la naissance de Maprinchesse, on a tellement de paperasse à remplir qu'on approche du record de Valérie Trierweiler en nombre d'arbres assassinés.  

Et entre autres joyeusetés administratives, nous nous occupons en ce moment de communiquer notre nouvelle adresse à la planète entière (c'est-à-dire nos banques - oui, pluriel *soupir*- et grosso modo, tous les gens qui nous prélèvent automatiquement des sommes indécentes tous les mois). Habituée du fait, j'envoie un courrier auquel je joins la seule et unique facture EDF dont je dispose pour notre nouveau logement datant du mois de mai (moins de 6 mois, c'est bon, me dis-je) et poste le tout à destination de notre nouvelle banque, de ma future ex-banque et des futures ex-banques de Tendrépoux (ça va, tu suis?). J'en profite pour demander la résiliation de tous les modes de paiement dont nous n'aurons plus besoin et qui arrivaient à échéance en septembre. Rationaliser que ça s'appelle. Parce que c'est marrant mais les banques, même si elles ont bien vu que tu as déménagé ton salaire chez un concurrent et que tu as vidé tes comptes épargne, semblent ne pas vouloir comprendre que tu n'auras plus besoin de ta carte premier à un bras cinquante par mois. 

Mais bref, là n'est pas le sujet. Tendrépoux et moi souhaitions donc uniquement informer nos banques respectives de notre nouvelle adresse. Le truc ballot quoi. Mais apparemment, pour la banque de mon cher mari, cela relève du parcours du combattant. Voici l'échange de mails de cet après-midi: 


 From: gentilbanquier@vilainebanque.fr

Sent: mardi 16 septembre 2014 15:46
To: Tendrépoux
Subject: Changement d'adresse

Bonjour M. Tendrépoux,

J'ai bien reçu votre courrier pour changement d'adresse par contre la facture que vous avez jointe est datée d'il y a plus de 3 mois.

Pourriez vous me renvoyer par scan en retour de cet email la facture du mois de juillet.

Je vous en remercie.

Vous souhaitant bonne réception.

Cordialement

Gentil Banquier


 De : Tendrépoux@slavesandassociates.com

Envoyé : mardi 16 septembre 2014 16:04

À : Gentil Banquier
Objet : RE: Changement d'adresse 

Bonjour M. Gentil Banquier,

Je vais vous faire parvenir une facture scannée plus récente .

Par ailleurs, j’avais adressé le 26 août une demande de résiliation de service pour ma carte bancaire premium (cf mail joint) – Pouvez-vous me confirmer que la demande a été prise en compte ?

En vous remerciant.

Cdt,

Tendrépoux.


From: gentilbanquier@vilainebanque.fr

Sent: mardi 16 septembre 2014 16:42
To: Tendrépoux
Subject: RE: Changement d'adresse

Bonjour,

Veuillez trouver ci-joint le document pour clôture de forfait de la carte à nous renvoyer signé s'il vous plait. 

Vous souhaitant bonne réception.

Cordialement

Gentil Banquier


De :Tendrépoux@slavesandassociates.com

Envoyé : mardi 16 septembre 2014 16:49
À : Gentil Banquier
Objet : RE: Changement d'adresse

Bonjour, 

Merci. Voici la version électronique signée en double exemplaire.

Cordialement,

Tendrépoux.


From: gentilbanquier@vilainebanque.fr

Sent: mardi 16 septembre 2014 17:01
To: Tendrépoux
Subject: RE: Changement d'adresse

Merci pour votre retour, 

J'ai par contre besoin du justificatif de domicile car j'ai fait le changement d'adresse en même temps que la résiliation de forfait.

Pour être validé il nous faut donc ce justificatif.

Cordialement

 Gentil Banquier


De : Tendrépoux@slavesandassociates.com

Envoyé : mardi 16 septembre 2014 18:39
À : Gentil Banquier

Objet : RE: Changement d'adresse

Bonjour,

Je n’ai pas d’autre justificatif EDF ou GDF pour le moment – en revanche j’ai un justificatif du fournisseur Free ci-joint.

Cdt,

Tendrépoux. 


From: gentilbanquier@vilainebanque.fr

Sent: mercredi 17 septembre 2014 15:37
To: Tendrépoux
Subject: RE: Changement d'adresse

Bonjour M. Tendrépoux,

J'ai bien reçu la facture Free. Il y a un léger souci c'est que cette facture est au nom de votre femme. Il nous faut une attestation d'hébergement de la part de votre femme ainsi qu'une copie de sa pièce d'identité.

Je vous en remercie d'avance.

Vous souhaitant bonne réception.

Cordialement

Gentil Banquier


De :Tendrépoux@slavesandassociates.com

Envoyé : mercredi 17 septembre 2014 16:03
À : Gentil Banquier

Objet : RE: Changement d'adresse

Bonjour M. Gentil Banquier,

Que doit préciser l’attestation d’hébergement de la part de ma femme ? qu’elle certifie que Tendrépoux, époux de Madame Titcheur, loge bien à l’adresse indiquée sur la facture ?

Merci d’avance.

Cdt,

Tendrépoux.


From: gentilbanquier@vilainebanque.fr

Sent: mercredi 17 septembre 2014 16:06
To: Tendrépoux
Subject: RE: Changement d'adresse

Oui c'est ça tout simplement.

Cordialement

Gentil Banquier


 

"Tout simplement"… Nan mais LOL quoi! Donc déjà tu noteras que la demande de Tendrépoux de résilier sa CB il y a 3 semaines a été tout bonnement zappée (forcément, le renouvellement automatique se faisait en septembre, fallait tenter le coup). Et puis ensuite, tu auras remarqué la très belle tentative de bloquer le dossier en rattachant le changement d'adresse et la demande de résiliation. Bien joué: pas de justificatif de domicile valable = procédure bloquée = facturation de frais supplémentaires si le renouvellement automatique de la carte de crédit se fait et doit être annulé. Respect. Le gars est dans son rôle de banquier sadique. Mais il ne sera pas dit que je ne répliquerai pas. 

Voici donc mon attestation d'hébergement. 

"Je soussignée, Ingliche Titcheur, atteste que mon mari Tendrépoux réside bien avec moi au 123 allée des Bisounours à Paris. 

Je peux même vous certifier que nous partageons le même lit (et ne nous faisons pas qu'y dormir, si vous voyez ce que je veux dire) (vous voyez?). 

S'il vous faut une preuve supplémentaire, je vous invite à consulter le détail de la facture Free (à mon nom) ci-jointe. L'abonnement temporaire à BeIN Sport cet été et l'intégrale de Rocky en VOD, ce n'était pas pour moi.

A faire valoir à qui de droit."

Tout simplement.   

Posté par Titcheur à 21:51 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 septembre 2014

Larmes de rentrée

the-kid-02

- Bon, je sais que ça ne fait qu'une semaine qu'elle est rentrée à l'école mais elle pleure encore beaucoup je trouve…

- T'inquiète, ça finira bien par lui passer! La mienne, ça lui a fait pareil. 

- Ah? Et tu as fait quelque chose pour la rassurer? 

- Pas spécialement, tu sais, le mieux est d'attendre qu'elle s'y fasse. C'est pour tout le monde pareil de toutes façons. 

-Oui mais là, ça prend quand même des proportions inquiétantes… Elle ne veut plus quitter la maison, ne lâche plus Maprinchesse et se planque dès qu'on lui dit qu'il faut y aller. 

- Tu sais, dans ces cas là, le mieux est encore de ne rien faire. Elle va s'habituer à ce nouveau rythme, au fait de ne plus vous voir toute la journée. Ce n'est qu'une question de temps. 

- Mais c'est normal qu'elle pleure autant? Je ne sais plus comment la consoler moi! 

- Elle ne pleure pas toute la journée, j'imagine. Rassure-toi, c'est souvent le moment de la séparation qui est dur et puis ensuite, elle va être tellement occupée à l'école qu'elle n'y pensera même plus. Et petit à petit, elle ne pleurera plus le matin. 

- Tu es sûr? La tienne a fait pareil? 

- Pa-reil! Et puis c'est rentré dans l'ordre. Mais c'est sûr que c'est dur pour nous de les voir se mettre dans cet état. On a vraiment l'impression qu'elles sont malheureuses… Mais c'est la vie, on ne peut pas rester à la maison toute la journée à jouer avec le bébé! 

- Oui et puis, c'est pas comme si on avait le choix!

- Ex-ac-te-ment! Bon et sinon, comment se passe la rentrée de Mamerveille à l'école? Elle ne pleure pas trop? 

- Penses-tu! Elle adore sa classe et son maître et regarde avec dédain ses petits camarades en pleurs.  Elle nous jette à peine un coup d'oeil quand on la laisse et file jouer à la dînette avec ses nouvelles copines… Non, je te dis, si ma femme ne pleurait pas toutes les larmes de son corps à chaque fois qu'elle doit laisser le bébé à la nounou, cette rentrée serait parfaite!

Posté par Titcheur à 15:56 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,



03 septembre 2014

C'est la rentrée! (bis) (attention, émotion inside)

Mamerveille

Aujourd'hui c'était au tour de Mamerveille de faire sa rentrée, et pas des moindres! Petite section de maternelle, s'il vous plaît. 

 

Ca fait environ 8 mois qu'elle nous parle tous les jours de l'école, de ce qu'elle y fera, de sa maîtresse, des jeux qu'il y aura, des copains qu'elle s'y fera, des toilettes où elle fera pipi et de comment ça va être trop bien. C'est te dire son niveau d'expecteichieun

 

Ce matin, elle s'est levée zen. A bu son biberon devant un petit dessin animé. S'est habillée. A mis ses sandales et son gilet fraîchement marqué à son nom. Et a enfilé son petit sac à dos brodé à son prénom (pas par moi, rassure-toi, j'ai deux mains gauches pour ces choses-là) (et les créneaux, ajoute Tendrépoux, le fourbe) (tout ça parce que j'ai rayé notre bagnole toute neuve en la sortant de notre parking) (pffff…). 

 

Tendrépoux, Maprinchesse et moi l'avons accompagnée à l'école (oui, on a fait la rentrée en famille, que veux-tu, on ne galère pas pendant des années pour faire des mouflets sans avoir quelques séquelles psychologiques). Nous avons cherché son nom dans les listes des 4 classes de maternelle, nous sommes un peu perdus dans les couloirs avant de trouver sa salle. Elle a accroché son petit sac à son porte-manteau et est rentrée dans la classe où l'attendait Maître J. Eh oui, pas de maîtresse, mais un maître. Mais ça, Mamerveille ne s'en est pas aperçu tout de suite puisqu'elle s'est précipitée sur les jouets avec enthousiasme, oubliant jusqu'à notre existence en une nano-seconde. Emus, mais fiers, nous nous sommes présentés au maître. Mamerveille est venue saluer poliment ce gentil monsieur barbu avant de retourner à ses jeux. 

 

Puis Maître J. demanda l'attention des parents pour nous informer d'une réunion parents-profs lundi soir. Un silence respectueux régnait, les adultes sortant leurs smartphones pour noter le rendez-vous pendant que les enfants se taisaient, légèrement intimidés. Tous sauf une. Mamerveille, qui avec la candeur resplendissante de ses 2 ans 3/4, s'écria d'une voix sonore: "Mais elle est où la maîtresse?". 

 

Voilà, voilà. C'était la rentrée de Mamerveille. 

Posté par Titcheur à 14:57 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 septembre 2014

C'est la rentrée! (vraies larmes inside)

going-home-31

Il n'y a pas si longtemps, j'aurais fait - comme tous mes collègues titcheurs - ma pré-rentrée. Je serais arrivée en retard pour la réunion plénière, j'aurais papoté pendant tout le discours du proviseur avec mes collègues d'espagnol ou de SVT en sirotant un mauvais café, et je me serais jetée sur mon emploi du temps pour découvrir, un jour avant de commencer les cours, à quelle sauce j'allais être mangée. Mais ça, c'était avant. 

 

Maintenant je suis iouniversity titcheur, et du coup ma rentrée à moi ça sera le 29 septembre. Encore un mois de glandage préparations de cours et de réunions administratives avant de retrouver mes chers étudiants. Youhouhouhou (danse du stylo rouge)!

 

Néanmoins (naiveurzelaisse pour les bilingues), quelqu'un a fait sa rentrée aujourd'hui: Maprinchesse. Et oui, mon bébé d'amour de 5 mois tout rond a commencé l'adaptation avec la nounou (t'ai-je déjà parlé de la nourrice de mes enfants, cette perle?) ce matin. 

 

On aurait pu croire que la deuxième fois, j'aurais été rodée. On aurait même pu s'imaginer que j'aurais eu hâte de reffourguer ma progéniture pour retrouver un peu de temps pour moi. On aurait eu tort. Mais alors méga tort. 

 

Parce que 5 mois, c'est encore tout petit (et là, je remercie le ciel d'avoir accouché prématurément en avril et d'avoir pu enchaîner le congé maternité avec les vacances scolaires car laisser ma toute-petite à 2 mois 1/2 m'aurait probablement conduit à la dépression nerveuse ou à des actes de barbarie sur d'innocents chatons). 

 

Parce que j'avais eu la chance de pouvoir prendre un congé parental et ne laisser Mamerveille qu'à 11 mois. Et que je culpabilise un peu de ne pas pouvoir offrir ça à sa petite soeur (mais il paraît qu'on a un crédit immobilier à rembourser me souffle Tendrépoux) (ce rabat-joie). 

 

Parce que j'ai vraiment eu l'impression qu'on m'arrachait une partie de moi ce matin. 

 

Parce que, dorénavant, Maprinchesse sentira le parfum de la nounou plutôt que sa douce odeur de bébé. 

 

Parce que la parenthèse enchantée se referme doucement. 

 

Parce que je n'ai pas encore eu ma dose de Maprinchesse: ses sourires, ses bisous baveux, son petit cou tout chaud dans lequel je dépose des baisers affamés, son petit être qui se blottit contre moi, ses grands yeux bleu-gris qui me dévisagent d'un air rieur, ses premiers éclats de rire que je ne cesse d'essayer de provoquer par des grimaces improbables… 

 

Alors voilà. Maprinchesse a fait sa rentrée ce matin. 2 interminables heures loin de sa maman. 

 

Mercredi, ce sera au tour de Mamerveille, pour sa rentrée en petite section. Histoire de bien m'achever. 

Posté par Titcheur à 15:32 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

26 juillet 2014

Qui ne tente rien…

appeal-your-grade

Aujourd'hui, tout se négocie: les appartements, les prêts bancaires, le cageot d'abricots sur le marché. Et les diplômes universitaires apparemment. Si. Je te jure. 

Je reçois plusieurs fois par an, en général en fin d'année lorsque les moyennes sont tombées (et quelques illusions avec), des mails pathétiques d'étudiants en master (oui oui, en master) qui viennent plaider leur cause. 

Et voilà ce que ça donne. 

 

De: grosfumiste@gmail.com

A: inglicheticheur@univ-de-la-balle.fr

Madame, 

Je sollicite votre haute bienveillance pour examiner mon cas. J'ai obtenu une moyenne de 9,15/20 à mon année de Master 1. Or pour pouvoir prétendre à m'inscrire en deuxième année, il faudrait que j'ai la moyenne. J'ai eu une année très compliquée entre mes études et mon travail (et la mort de mon poisson rouge) et je suis conscient que mes résultats laissent à désirer mais il est vraiment crucial que je passe en deuxième année. 

Pourriez-vous donc augmenter ma note d'anglais et la passer de 11 à 13/20 afin que j'arrive à la moyenne générale? 

Merci pour votre aide. 

Grosfumiste

 

Ou encore: 

 

De: têteenlair@hotmail.fr

A: inglicheticheur@univ-de-la-balle.fr

Madame, 

Je vous écris car je viens de me rendre compte que le calendrier des épreuves de rattrapage était en ligne et j'ai raté mon épreuve d'anglais qui avait lieu hier. Comment faire pour réparer cette erreur qui n'est vraiment pas de ma faute, la faculté ne m'ayant pas avertie des dates des rattrapages? 

Je suis prête à vous rendre un devoir maison ou à passer un oral avec vous. 

Cordialement, 

Têteenlair

 

Plus original, cette étudiante qui m'écrit suite à la session de rattrapage que je surveillais et corrigeais.

 

De: jauraisessayé@wanadoo.fr

A: inglicheticheur@univ-de-la-balle.fr

Madame, 

Je suis une des étudiantes qui a passé l'épreuve de rattrapage avec vous aujourd'hui. Je vous écris pour vous demander votre indulgence dans la correction de ma copie. 

J'ai vraiment besoin de valider mon année, donc il est très important pour moi que j'aie la moyenne à cette épreuve. Je vous remercie de prendre en compte ma demande. 

Respectueusement, 

Jauraisessayé

  

Donc pour récapituler, certains étudiants (pas tous, hein, heureusement!) estiment que: 

1) les notes que les profs leur donnent ne représentent rien de concret. Ce sont juste des chiffres abstraits qui ne reflètent aucun niveau spécifique. Donc changer un 11/20 en 15/20 ne devrait pas poser problème hein? Peu importe si je suis une quiche en ingliche, l'important c'est de valider mon diplôme, même si je n'ai pas le niveau requis. Comme ça, je pourrais mettre sur mon CV que je suis bilingue alors que c'est pas vrai. On n'est plus à une demi-vérité près. 

2) on devrait pouvoir bénéficier d'une épreuve de rattrapage pour l'épreuve de rattrapage. Avec un prof prêt à sortir un sujet de sa poche, ou mieux de se libérer pour faire passer un oral ou corriger un devoir maison pompé sur internet. Ben voyons.

3) la notation devrait tenir compte du vécu de chacun. Parce que certains méritent plus que d'autres mais sans forcément fournir le travail requis. Argument imparable: "j'ai vraiment besoin de valider cette UE" (ah bon parce que les autres qui se sont sortis les doigts du fondement pendant l'année non?). Ca s'appelle comment déjà? Ah oui: noter à la tête du client. 

Donc au risque d'en décevoir certains, je rappelle ces quelques éléments de base: 

- Si tu veux valider ton année, je te suggère de bosser. 

- Si tu veux avoir 14/20 plutôt que 12/20, je te suggère de bosser. 

- Si tu veux avoir une bonne note à ton rattrapage, je te suggère de bosser. 

- Si tu ne veux pas rater l'épreuve de rattrapage, je te suggère de te renseigner plutôt que d'attendre qu'on t'envoie une invitation. 

 

Sinon, un petit billet de 200 glissé dans la copie et on pourra peut-être trouver un terrain d'entente… 

 

PS: à tout hasard pour ceux qui douteraient de mon intégrité, je précise que je plaisante. J'agis toujours en fonctionnaire de l'Etat de façon éthique et responsable! Et puis je prends beaucoup plus cher que 200 euros pour monter une note…  

Posté par Titcheur à 14:54 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 juillet 2014

Des nouvelles de Dédé

Dédé

Je n'aurais jamais cru qu'une simple plante verte (même pourvue de jolies fleurs blanches) puisse susciter autant d'intérêt et d'émotion. Alors à la demande générale, voici des niouzes de Dédé, mon Arboreus Decedus, dont je te narrais la lente agonie il y a quelques jours.  

Et bien suite à la mobilisation générale et à une intervention musclée de Queen Mom (t'ai-je déjà parlé de mon exquise génitrice?) à coups de sécateur et d'arrosage intensif, j'ai la joie de t'annoncer que Dédé a repris du poil de la bête. Non seulement il n'est pas décédé, mais de nouvelles feuilles ont fait leur apparition. Tu verras que bientôt ses magnifiques fleurs blanches refleuriront. 

Merci donc à toi, lecteur fidèle, pour tes précieux conseils botaniques (ta mère) (désolée, les jeux de mots pourris sont ma raison de vivre). Avec un bon coaching, je finirai peut-être par avoir la main verte. Qui sait, si ça se trouve l'année prochaine j'aurai un potager sur mon balcon et je te raconterai les aventures de mon séquoia d'appartement. En attendant, je propose de créer une page Facebook à Dédé afin que je puisse te tenir informé de son état de santé. Nan je déconne, j'ai une vie tout de même. 

Posté par Titcheur à 12:52 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 juillet 2014

Awesome

awesomeness

 C'est pas pour me vanter mais: 

Je connais tous les verbes irréguliers d'anglais. 

J'ai lu tout Jane Austen. Et tout Shakespeare. Dans le texte. (Entre autres). 

Je réussis très bien le gratin dauphinois et le boeuf bourguignon. Et la raclette me souffle Tendrépoux (le méchant). 

Je connais par coeur toutes les chansons des Beatles. 

Je ne fais jamais de fautes d'orthographe. 

Je joue parfaitement "Imagine" au piano. 

Je fais très bien les créneaux. 

Je peux changer une couche en moins de 30 secondes. 

Je peux retenir ma respiration pendant 30 secondes. 

Je sais désimlocker et jailbreaker un Iphone. 

Je sais réparer un lave-linge.

Je suis arrivée à l'étape 68 de "Ouverture Facile" (ne clique pas sur le lien si tu tiens à ta vie sociale). 

Je sais faire ça avec mes doigts. 

Je suis incollable sur les protocoles de FIV. 

Je peux encore réciter "Le corbeau et le renard". 

Je sais recoudre un bouton et faire un ourlet. 

J'ai mon permis de conduire, ma 3ème étoile et un certificat de baptême de plongée. 

J'ai un excellent relationnel avec les chats, les chiens, les furets et les enfants. 

Les personnes âgées m'adorent. 

 

Et pourtant… 

 Je suis infichue de maintenir une plante verte en vie plus d'une semaine. Je suis une serial killeuse de ficus. On me surnomme "Flower killer", "l'Equarrisseuse des jardins" ou encore "l'Arme Fatale du Végétal". 

Ci-joint, ma dernière victime: Arboreus Decedus ou Dédé pour les intimes. 3 semaines. Mon record. 

IMG_1965

RIP Dédé...

Posté par Titcheur à 10:11 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,



Fin »