images

Cela ne t'aura pas échappé, perspicace lecteur, mais en ce moment, je suis enceinte. En cloque. Epanouie. En communion totale avec mon corps. D'ailleurs c'est bien simple, je ne m'habille plus qu'en couleurs pastel, je fais du yoga prénatal et j'apprends la respiration du dauphin asthmatique. Je porte avec grâce et élégance mon gros ventre et mes vergetures et je n'ai bien sûr pas pris un gramme de plus que les 8kg autorisés à mon terme actuel. Je mange bio et me lave les cheveux avec du gel intime, on ne sait jamais. Insupportable, n'est-ce-pas? On dirait moi il y a 2 ans lorsque j'attendais Mamerveille. Hé oui, lecteur chou, figure-toi que je faisais partie de ces radasses femmes pour qui la grossesse n'est que béatitude et qui en plus s'en vantais dans des billets sirupeux à t'en coller la nausée. J'étais chiante hein? 

 

Rassure-toi, aujourd'hui je me mange le second effet Kiss Cool et je commence à mieux comprendre toutes mes congénères pour qui ces 9 mois n'ont pas été un "bed of roses" comme on dit en ingliche. Et je te parle même pas de pathologies graves ou pénibles qui t'obligent à rester alitée pendant des semaines ou qui te font accoucher prématurément. Non, je te parle simplement de ces petits maux de grossesse, et autres "bobos" décrits d'un ton méprisant et avec force litote dans la plupart des ouvrages spécialisés (genre elles vont arrêter de geindre les grosses, elles avaient qu'à prendre la pilule si elles voulaient pas être en cloque). 

 

Bref, enceinte, tu n'as pas le droit de te plaindre. Tous les bouleversements que ton corps subis sont forcément directement envoyés des cieux et il serait insultant et ingrat de t'en plaindre, pense un peu à toutes ces femmes qui n'arrivent pas à avoir d'enfants et qui tueraient des chatons à coup de stylo bille pour être à ta place. Ben justement, en tant que nana qui en a bien soupé pour concevoir, je me sens parfaitement en droit de te révéler la vérité vraie sur ce que la grossesse peut aussi être. Si tu es chanceuse, tu ne connaîtras peut-être que quelques-uns des désagréments cités ci-dessous (voire aucun, cf moi il y a de 2 ans). Si tu es vernie, tu auras peut-être droit à tout en même temps (mes condoléances). 

 

Petit abécédaire des "bobos dont il ne faut surtout pas se plaindre car ça ternit la mythologie de la grossesse": 

 

A comme Anémie. Ou carence en fer. Ou l'ironie de ne pas être autorisée à s'envoyer un bon steak tartare alors que c'est tout ce que ton corps te réclame.  Une femme enceinte anémiée se reconnaît à ses crises de narcolepsie répétées et à son teint blanc endive. 

 

B comme Brûlures d'estomac. Une des joies digestives préférées des femmes enceintes, la bonne vieille brûlure qui te vrille l'oesophage et le diaphragme, te coupe le souffle et te donne l'impression d'avoir confondu ta limonade avec un verre de lave en fusion. Se traite par l'ingestion d'une pâte au goût infâme mais qui a le mérite de calmer rapidement l'incendie interne qui te consume. 

 

C comme Congestion Nasale. Ou syndrome du nez bouché en permanence. Pour des nuits magiques, faites de narines bouchées, de toux d'irritation et de reniflements pénibles pour le conjoint. Se traite par l'utilisation excessive de mouchoirs (mais attention aux saignements de nez), spray d'eau de mer et par le mépris. 

 

D comme Dos qui tue. Lombaires, trapèzes, cervicales,… tout fait mal dans le dorsal. Remède: te faire masser par ton conjoint. Si celui-ci "déteste ça" (dixit Tendrépoux, dorénavant privé de "massage" lui aussi), tu peux toujours supplier ton médecin de te prescrire quelques séances de kiné ou aller voir ton ostéopathe pour qu'il tente de soulager tes douleurs. J'ai testé et dois admettre que j'ai bien été soulagée… pendant 3 jours.  

 

E comme Etourderie. Tu me diras, ce n'est pas un bobo, ça. WRONG! L'étourderie est une véritable plaie psychologique qui vient en général contribuer à compliquer tes journées déjà bien remplies. S'enfermer dehors parce qu'on a claqué la porte trop vite (alors qu'on a envie de faire pipi), ne plus savoir où on a garé la voiture (alors qu'on vient de perdre les eaux), égarer sa barre chocolatée (alors qu'on est en pleine hypoglycémie)… sont autant de petites misères que tu vas certainement payer chèrement. 

 

F comme Fatigue. Grand symptôme du 1er trimestre (et du 3ème aussi). La fatigue ou IPDP (Irrépressible Poids Des Paupières) viendra agréablement s'inviter au détour d'une réunion hyper importante ou d'un dîner entre amis. Ne compte plus non plus arriver au bout du moindre film pendant 9 mois. 

 

G comme Gingivite. Ca pique, ça saigne, ça te pourrit tes brosses à dents. Ca se rappelle à toi quand tu manges un peu trop acide (ou quand tu manges tout court). Génial. 

 

H comme Hémorroïdes. Ne nous voilons pas la face, cher lecteur, je t'ai promis de te dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité. Et les demoiselles hémorroïdes font malheureusement partie du quotidien d'une femme enceinte, surtout vers la fin quand le poids du bébé et le transit ralenti compromettent les bowel movements comme on dit en ingliche. Marche en canard, larmes aux yeux quand tu t'assois/tu te lèves/marches, tu ne regarderas plus jamais une cuvette de toilette de la même façon et tu apprendras à te mettre de la crème à des endroits inhabituels. 

 

I comme Insomnies. Paradoxalement, tu as beau être épuisée par ton état (voir lettres A et F), il arrive que tu ne puisses plus dormir. Ton ventre te gêne, le bébé donne des coups, tu ne trouves pas de position confortable, tu fais des cauchemars atroces à base de bébé-alien ou tu boucles sur des questions existentielles (vais-je être une bonne mère? Vais-je avoir une épisio? Vais-je avoir mal? Retrouverai-je jamais un corps normal?…). Bref, tu évacues la nuit ce que tu refoules si bien le jour. 

 

J comme Joie de vivre. L'image d'Epinal de la femme enceinte est celle d'une nana qui rayonne autant que la meuf de la pub Activia, trop contente de bien faire caca parce qu'elle mange du bon yaourt. Or, il faut être honnête, tout n'est pas que jubilation et félicité dans la grossesse. Mais on n'a pas trop le droit de le dire. Parce qu'à toutes les angoisses que peut ressentir une femme enceinte, il y a ces magnifiques réponses toutes faites: 

- "C'est bon, ça fait 10 000 ans que les femmes mettent au monde des enfants, tu vas pas faire ta chochotte parce que tu as peur d'accoucher."

- "Nan mais profite! Et pense un peu à toutes ces femmes qui rêveraient d'être à ta place et d'avoir tes nausées!"

- "Vous avez mal au dos/des nausées/des brûlures d'estomac/du mal à dormir/des hémorroïdes/des varices/une sciatique/mal au ventre/des fuites urinaires (etc…)? Il n'y a rien à faire Madame à part accoucher. Je peux vous prescrire du paracétamol si vous voulez."

 

K comme Kilos en trop. C'est le principe, tu me diras. D'ailleurs, le terme "grossesse" en français montre bien qu'une femme enceinte doit prendre du poids. Oui mais pas trop. Assez pour bien faire pousser bébé mais Dieu la préserve d'avoir pris trop de gras qu'elle gardera forcément A VIE, qu'elle ne pourra plus jamais se regarder dans le miroir sans grimacer d'horreur, qu'elle ne pourra plus jamais décemment se montrer en maillot de bain l'été sauf à vouloir effrayer les foules et qu'elle aura de la chance si son mari ne la quitte pas pour une nullipare filiforme. Pose donc ce cookie grosse vache!

 

L comme Ligaments. Ou tu apprends au détour d'un faux mouvement que tu en as dans le bas du ventre. Et qu'ils peuvent faire mal. Très mal. La solution: avancer en restant pliée en deux. La position verticale est très surfaite finalement. 

 

M comme Masque de grossesse. Ou la grosse blague des peaux mates qui d'habitude bronzent super bien mais qui, sous l'effet des hormones, peuvent se retrouver maculées d'hideuses taches brunes. Qui ne partent pas. Même avec la crème méga décapante du dermato. Mon conseil? si tu ne veux pas te retrouver avec un tatouage facial raté pendant des années, ne sors plus sans une couche épaisse d'indice 50 sur le visage. Même l'hiver par temps de brouillard. 

 

N comme Nausées. Le grand classique des "petits maux" de la grossesse si souvent décrits dans les manuels. "Ahlala! Vous avez envie de vomir (ou vous vomissez) toutes les 15 minutes! C'est pas de chance! Mais rassurez-vous, ça passera au 2ème trimestre. Encore 10 semaines à patienter!", "Ahaha, alors tu es encore allée dire bonjour à la cuvette des toilettes? Ahahaha! C'est merveilleux la grossesse!",  "Tu as perdu 3 kg en 1 semaine? Pfff, tu as trop de la chance…"

Franchement, tu dirais ça à un ami qui se tape une gastro? Parce que c'est vraiment ça, les nausées du 1er trimestre: l'envie permanente de rendre son repas, des hauts-le-coeur à la moindre odeur un peu forte, des vertiges et l'envie qu'on te laisse décéder dans ton coin. Le traitement? Personnellement, j'ai passé 3 mois avec des bracelets d'acupuncture aux poignets, à me gaver de gélules de gingembre, de Nux Vomica et à manger régulièrement pour ne pas avoir le ventre vide. Ca a marché. De temps en temps. 

 

O comme Odorat exacerbé. Oui, c'est un réel problème (cf lettre N). Car avoir le flair d'un chien de chasse en rut quand il faut prendre le métro pour aller bosser n'est pas ce qu'on peut appeler un super pouvoir. A la limite, cela t'aide à identifier une viande un peu douteuse qui traîne dans ton frigo, mais en général cela te permet seulement de réaliser que 1) un déo ne fait vraiment que se superposer aux odeurs corporelles, 2) la mauvaise haleine est un problème de société, 3) les transports en commun sont une invention du démon, 4) on peut vomir dans une poubelle sans que personne ne le remarque. 

 

P comme Périnée décédé. Ou tu apprends qu'entre tes jambes existe un muscle fort utile pour, par exemple, te retenir de faire pipi (voir lettre U) ou plus simplement soutenir tous tes organes internes. Ou tu t'aperçois que s'il est déjà si douloureux alors qu'on t'a même pas encore fait d'épisiotomie et si lax alors qu'aucun être humain n'est encore passé par là, tu peux déjà prendre une carte de fidélité chez le kiné pour le rééduquer sur les 8 prochaines années. 

 

Q comme Questions. Une des vraies plaies de la grossesse. En voici le top 5: 

- "C'est une fille ou un garçon? Ah une fille? C'est bizarre vous le portez comme un garçon!" (ou l'inverse).

- "C'est quoi le prénom?" 2 réponses possibles: "Ah? Vraiment? Mais vous pouvez encore changer d'avis hein" ou "Ohlala, si on peut rien demander…"

- "C'est pour quand? Dans 3 mois? Hein, mais vous avez pris combien de kilos?"

- "Vous allez le nourrir?"

- "Une 2ème fille? Vous allez être obligée de faire le troisième pour avoir un garçon…"

 

R comme Régime. Enceinte, il ne faut surtout pas y être. On t'explique en long et en large que ce n'est vraiment pas le moment de se priver. Mais paradoxalement, tu n'as pas le droit à la viande pas assez cuite (adieu tartare, steak saignant, entrecôte et autre bavette), au poisson cru (au revoir sushi, saumon fumé et tartare de coquille St-Jacques), au lait cru (byebye cher fromage), aux aliments dont tu n'es pas sûre qu'ils ont bien été lavés et préparés (ciao les restos). Et puis il ne faut surtout pas abuser du sucre (attention au diabète gestationnel) ou du gras (les kilos en trop madame!), pas de caféine (auf wierdersehen mon café et mon Coca), pas d'alcool évidemment (mère indigne). Les plats en sauce ne sont pas bons pour les remontées acides et trop de sel favorise la rétention d'eau. 

Donc en gros, si, on est au régime pendant 9 mois (dit-elle en croquant dans un Twix). 

 

S comme Sciatique. Ou ton corps de jeune fille t'annonce en personne qu'il te quitte pour une autre. Combinée aux douleurs ligamentaires et dorsales, une sciatique contribuera à te donner une démarche originale, à base de contorsions ridicules pour passer de la position assise à debout et de petits cris affligeants quand ton nerf se coince.  

 

T comme Transit de merde. Sans jeu de mots. Constipation ou diarrhée. Les deux si tu as de la chance. Combiné aux hémorroïdes et au périnée en vrac, c'est le glamour le plus total garanti pendant 9 mois. Plus efficace que l'Ile de la Tentation si tu veux savoir où en est ton couple. 

 

U comme fuites Urinaires. Ou comment apprendre à arrêter de rire, tousser et éternuer. Ou pourquoi investir en actions Tena. Tu me diras, avec tous les maux précédents, on ne devrait plus être à un bobo près. Seule une personne qui ne s'est jamais uriné dessus en public peut penser un truc pareil. 

 

V comme Varices (Vulvaires si tu as de la chance). Grâce à ta circulation sanguine toute pourrie, tu auras peut-être la chance, jeune primipare, de te retrouver avec de jolies veines toutes bleues et toutes gonflées. Sur le mollet, la cuisse ou plus haut si tu fais partie des happy few dont l'entre-jambe sera concerné. Là encore, rien à faire à part porter de graciles bas de contention et d'espérer que l'accouchement te rendra des veines correctes. Sinon, ne t'inquiète pas, une petite séance de laser chez le dermato et il n'y paraîtra plus (demande lui une liposuccion, une abdominoplastie et un remodelage du périnée tant que tu y es, il te fera peut-être une réduc). 

 

W comme WC.  Apparemment la pièce où tu passeras la plupart de ces 9 mois si tu as bien lu ces quelques lignes (voir lettres H, N, O, T, U). 

 

X comme la croix que tu peux faire sur ta vie sexuelle si tu concentres au moins 3 des "bobos" suivants: périnée avarié, hémorroïdes, sciatique, nausées ou fuites urinaires (quoique, il paraît que c'est un trip chez certains…). Là encore, y a pas de règles (ou de justice, comme tu préfères): certaines joueront à la bête à deux dos jusqu'à leur terme ("Bah quoi? j'vois pas où est le problème, la position de la chèvre afghane est très confortable à 9 mois de grossesse") quand d'autres auront la libido en veilleuse ("NE ME TOUCHE PAS! C'est ta faute si je suis dans cet état, n'en rajoute pas!"). 

 

Y comme Yeux secs. Ah oui, n'oublions pas ce petit bobo là, personnellement expérimenté par ta Titch récemment opérée de la myopie. La sécheresse oculaire est un vrai désagrément lié aux hormones: tu ne produis plus assez de larmes, du coup t'y vois que dalle. Ce qui est particulièrement rageant quand tu as dépensé un mois de salaire pour te faire opérer de la myopie. Paraît que ça revient après la mise bas. Y a intérêt. 

 

Z comme Zombie. C'est un peu le portrait qui a pu ressortir de ce catalogue peu glorieux mais pourtant réaliste. Rassure-toi, un peu de maquillage, un chouïa d'abnégation et beaucoup de mauvaise foi te permettront de continuer à faire croire à ton entourage que la grossesse n'est que paillettes et confettis. 

 

D'ailleurs, n'exagérons rien, ce tableau apocalyptique ne concerne pas toutes les femmes. 

Il y en a qui n'auront rien. 

Il y en a qui supporteront tout stoïquement sans rien dire. 

Il y en a qui se plaindront à demi mots, mais pas trop, pour ne pas déranger. 

Il y en a qui vont hurler leur misère pendant 9 mois.

Et alors? Je trouve insupportable qu'on relègue au rang de "petits bobos" tous ces désagréments qui, combinés, peuvent littéralement pourrir la vie. Pourquoi, parce qu'une femme serait enceinte, serait-il subitement parfaitement normal qu'elle souffre de tous ces maux sans qu'on puisse y apporter d'autre réponse que "ça ira mieux après l'accouchement" ou "prenez un doliprane"? 

Ne pourrions-nous pas, au minimum, l'autoriser à se plaindre un peu et arrêter de lui dire que "c'est pour la bonne cause"? Pourquoi forcément minimiser les douleurs ressenties et les traiter de vulgaires "bobos"? Cela fait-il moins mal de vomir tripes et boyaux quand on est enceinte que quand on a une gastro? La sciatique d'une femme enceinte est-elle moins pénible à supporter que celle d'un sportif de 40 ans? La grossesse n'est pas une maladie, on nous le répète suffisamment. Soit. Mais cela reste un état exceptionnel qui bouleverse le corps et l'esprit. Qu'on autorise les femmes enceintes à exprimer leurs douleurs et leurs peurs au lieu de vouloir absolument les faire taire sous prétexte qu'elles vivent une expérience transcendantale et miraculeuse. Qui cela gêne-t-il?