Poisson d'avril

Toutes les bonnes choses ont une fin. Je pensais que cela arriverait un peu plus tard. A vrai dire, j'ai été prise de court. Il y a encore un mois je te narrais mes aventures de parturiente, espérant t'arracher un sourire avec mes misérables bobos de grossesse. Et puis plus rien. Silence radio. Forcément. 

Le 1er avril 2014, en fin d'après midi, nous avons eu droit, Tendrépoux, Mamerveille et moi à un très joli poisson d'avril: Maprinchesse est née! Un bon gros mois en avance, après des semaines à la retenir le plus possible au chaud, entre contractions et fissure de la poche des eaux, aller-retours aux urgences et séjour en "grossesse à risque", angoisse et désir d'enfin la connaître. Et voilà. 2,5 kg d'amour brut ont débarqué dans nos vies, et depuis 18 jours, nous sommes quatre. 

Je redécouvre cette odeur enivrante du nouveau-né, ses petits cris animaux, la chaleur de son petit corps contre le mien, les nuits un peu trop courtes, les tétées un peu trop longues mais tant pis, c'est si bon. Les câlins, les bisous, les bains avec sa grande soeur, les "je peux lui faire un bisou maman?". Les couches taille micro (si, si, ça existe), la poussette-tank, le porte-bébé, les petits bodies tout mignons. 

Tout est familier et nouveau en même temps. On croit mieux savoir la deuxième fois. On pense que tout sera plus facile, moins douloureux, parce qu'on l'a déjà vécu. Ce n'est qu'en partie vrai. L'accouchement, les suites de couches, l'allaitement… tout cela est censé être si "naturel" alors que c'est un véritable séisme physique et psychologique. La seule chose que j'ai retrouvée intacte, c'est cet ouragan d'amour qui m'a envahi à la seconde où j'ai vu Maprinchesse. Cette sensation vertigineuse qu'un nouvel espace infini s'est ouvert dans mon coeur, là, à côté de sa soeur et de son père, et lui est totalement dédié. Pour toujours.

Alors voilà. Toutes les bonnes choses ont une fin. Cette grossesse s'est terminée un peu plus vite que prévu et nous a pris au dépourvu pour bien des raisons (as-tu déjà accouché le lendemain de ton déménagement? Non? Ah. Alors il faudra que je te raconte). Mais la nouvelle vie qui commence et que je regarde dormir paisiblement dans son berceau, là, juste à côté de moi, recèle des promesses de bonheur que j'ai hâte de découvrir.