Enceinte_blissfulBien le bonjour lecteur juilletiste!

 

Aujourd'hui, pour savourer le fait que je suis enfin en vacances (Yeeeeehaaa!), je vais enfin pouvoir prendre le temps de te pondre un petit billet sur la grossesse. Je sais que tu attends ça depuis des lustres, que tu soupires d'agacement lorsque je poste une énième perle de mes élèves, et que tu trépignes intérieurement "Mais quand est-ce qu'elle va nous donner des détails croustillants la baleine?". 

N'en dis pas plus, impatient lecteur, aujourd'hui ton voeu va être exaucé. 

 

Quand tu es nullipare, il y a plein de choses que tu entends dire sur la grossesse. Entre légendes urbaines et réalité, il y a souvent un léger hiatus. Tu commences à me connaître, j'adore faire ma Titcheur de service et si je peux contribuer à l'avancée du savoir scientifique (et me la raconter au passage), je vais pas me priver. Ma graaaande expérience de primipare enceinte de 5 mois et des poussières me permet donc de tirer quelques conclusions aussi définitives que certaines. Je suis un peu la frère Bogdanov de la grossesse quoi. 

 

1. Au 1er trimestre, 50 à 80% des femmes enceintes souffrent de nausées. C'est le symptôme neumbeur ouane de la grossesse, et ça va du "Oh tiens, je suis un peu barbouillée ce matin" à "Bwahahahaha" (bruit du vidage de tripes). On est loin des petits nuages roses et de la poésie lyrique, je te l'accorde. 

Bon, ben de mon expérience personnelle, et quitte à susciter ton ire et courroux lectrice gerbophile, les nausées n'étaient pas bien méchantes. Elles ont duré genre 2 semaines où je me levais en me sentant légèrement brassée, comme quand tu as un peu abusé du mojito la veille. Rien dont un solide petit déjeuner ne puisse venir à bout (oui, y a pas grand chose qui m'écoeurait non plus). Que veux-tu, il faut bien qu'il y ait un côté sympa à toujours être dans les statistiques basses (15% de chances d'être infertile, bingo!). 

 

2. Quand tu es enceinte, tu développes un odorat surpuissant genre Setter Gordon version Wonderwoman. Ca, ce n'est pas un mythe! Enceinte, tu sens tout. La moindre odeur titille tes narines et est en général interprétée par ton cerveau baigné d'hormones comme dégoûtante. Soudain, prendre le métro devient une épreuve impossible. Déjà, la ligne 13 en temps normal pouvait provoquer des hauts-le-coeur chez une personne au nez bouché, mais là, le mélange d'effluves aussi diverses et ragoûtantes que l'after-shave/déodorant/sueur/parfum capiteux/cheveux gras des autres passagers est une invitation supplémentaire à rester chez toi. 

 

3. Oui parce que, au 1er trimestre, la femme enceinte est également narcoleptique. Garder les paupières ouvertes (surtout les 2 en même temps) relève du défi olympique. Même après une nuit de 12 heures, tu te réveilles fatiguée. Sauf que tu dois aller bosser. Et tenir toute la journée tes classes de nains surexcités. A la limite, ça ça aide. Mais quand tu tombes sur une bonne classe de Terminales bien mous, l'appel de la sieste se fait pressant. D'ailleurs, tu ne donnes plus de devoir sur table car surveiller une classe est aussi dynamisant qu'une rediff' de Derrick à 3 heures du matin. Sur le coup des 21h, littéralement épuisée par ta journée, tu t'effondres comme une crotte, incapable d'attendre Tendrépoux qui n'est toujours pas rentré de la Slaves & Associates et qui devra bouffer ses pâtes devant la télé tout seul pendant que toi, tu le trompes dans les bras de Morphée. 

 

4. Autre légende urbaine de la grossesse: l'humeur. Il paraîtrait que les femmes enceintes sont, hmm… comment dire? Tendrépoux me souffle l'adjectif "chiantes". Je dirais plutôt "émotives". Gavée d'hormones, la femme enceinte peut être une véritable bombe à retardement. Le truc qui te pète à la tronche si tu mets les pieds là où il faut pas. Là, si ton Tendrépoux à toi, lectrice engrossée, n'est pas maître es diplomatie, il peut y avoir des dégâts. Le mien a tout compris et ne relève même plus mes lubies hygiéniques ("Kwuâââ? C'est kwuâââ ces miettes de pain sur le canapé? Nan mais c'est dégoûtant, tu veux que ton enfant naisse dans la crasse et chope le choléra????"). Ni mes crises de larmes impromptues devant la pub Nutella, Le monde de Nemo ou la météo (en même temps, séparer un bébé poisson de son papa poisson, c'est juste inhumain non? Rien que d'y repenser j'ai les larmes aux yeux!).

 

5. 5ème idée reçue: la femme enceinte est épanouie. "Epanouie" ou adjectif euphémisant voire totalement hypocrite pour dire "grosse". Oui, parce qu'un jour sur deux (si tu as de la chance lectrice en cloque), tu vas trouver tes rondeurs séduisantes: ce ventre rebondi qui pointe fièrement, dessinant de nouvelles courbes sous tes tee-shirts que tu portes moulants exprès, tels une adresse au monde entier criant ta félicité de primipare. Tu t'extasies devant ta nouvelle poitrine puisque tu as pris 3 bonnets et tu fais semblant de t'offusquer quand ces messieurs ne te regardent pas dans les yeux. 

Les autres jours, il est plus que probable que tu sanglotes devant ton miroir qui révèle, sous ton bide proéminent, des cuisses cellulliteuses et quelques vergetures naissantes. Ou que tu descendes, effarée, de ta balance en te demandant comment tu as pu prendre 1kg en une nuit alors que tu es presque sûre de ne pas être passée par la case frigo en te levant pour aller faire pipi pour la 3ème fois cette nuit. 

 

6. Ce qui m'amène à la légende la plus incroyable mais pourtant solidement ancrée dans la psyché de bien des obstétriciens: la femme enceinte est censée prendre 1kg par mois. Soit 9 kilos. Allez, 12 si tu es un peu mince à la base et que tu fais un peu de rétention d'eau. Au delà, tu n'es qu'une grosse vache sans volonté qui s'empiffre de muffins chocolat-banane en secret. 

Personnellement, je ne me suis pas fixé pour objectif d'atteindre le quintal au bout de 9 mois. J'étais même assez fière de moi quand, à la fin du 1er trimestre, ma balance n'affichait qu'un petit kilo en plus. J'ai vite déchanté en entrant dans le second trimestre. Celui de l'épanouissement, qu'ils disent. Ah bah, pour m'épanouir, je m'épanouis! Mais pour dire vrai, je ne sais pas ce qui m'agace le plus: le fait de prendre 2 kilos par mois (au lieu des sacro-saints 250 grammes par semaine généreusement octroyés par les sage-femmes) alors que je ne mange pas plus qu'avant (je lève la main droite et je le jure), qu'en plus j'ai arrêté l'alcool (sainte femme que je suis!), et la charcuterie (ainsi que les mille autres aliments interdits). Ou alors les cris d'orfraie de ceux (enfin surtout celles) qui me disent "Oh mon dieu mais ton ventre est énooooorme! Tu n'es qu'à 5 mois et on dirait que tu vas accoucher!" A ces connasses personnes de peu de tact, j'ai toujours envie de répondre: "Et toi tes bourrelets, tu en fais un élevage ou bien c'est pour aller avec les poteaux qui te servent de cuisses?" (bon, ok, c'est méchant et gratuit et ça ne marche pas sur tout le monde, mais que ça ferait du bien!). Et puis je te rappelle que la femme enceinte est émotive et qu'elle n'est pas apte à entendre un autre discours que celui que Tendrépoux me répète religieusement depuis 5 mois: "Je te trouve tellement belle et radieuse, tes cheveux sont si soyeux, ton teint si éclatant, tes formes si appétissantes! La grossesse te va si bien mon amour!" 

 

7. Ce qui nous conduit tout droit à la légende urbaine n°7: les hommes sont complètement largués pendant la grossesse de leur femme. Je m'insurge et m'inscris en faux. Tendrépoux est un primipare absolument parfait. Limite ce serait bien qu'il termine les 4 derniers mois à ma place tellement il communique trop bien avec son enfant rien qu'en me tripotant le bide et en lui racontant des histoires avec sa grosse voix de papa. Il faut le voir dévorer son Laurence Pernoud le soir dans le lit, prendre des notes devant "L'Odyssée de la Vie" ou surveiller la cuisson de ma viande, vérifier que le fromage est bien pasteurisé ou hésiter entre deux modèles d'écharpe de portage. Cet homme est fait pour la maternité, ça crève les yeux!

 

Je pourrais continuer encore longtemps sur ces mythes qui raisonnent aux oreilles des nullipares dont je faisais partie il y a peu, mais je t'en garde un peu pour plus tard, lecteur repu. Je t'invite par contre à partager ta riche expérience dans les commentaires!