médaille

Hello lecteur aoûtien! Comment vas-tu (yau de poêle)? Oui, je reviens en grande forme comme tu peux le constater. Je ne suis donc pas décédée suite au vol de 12h avec Mamerveille et sa broncho-pneumonie (cf billet précédent pour ceux qui ne suivent pas) (si, si, je te vois bien, toi au fond près du radiateur). Tout s'est fantastiquement bien passé figure toi. Mamerveille a gentiment dormi dans la nacelle prévue à cet effet et placée devant nous. Nous avons pu déguster notre plateau repas et roupiller sans encombre. Je n'ai donc aucune anecdote particulièrement croustillante à te narrer sur le sujet. Damnède.  

Pourtant, il y avait matière, t'étais-tu sans doute dit, te frottant sadiquement les mains en salivant par avance à l'idée de la galère dans laquelle j'aurais pu m'embarquer. Je te connais, vil coquin! Et ben que dalle. Mamerveille a été fidèle à elle-même: une merveille. Cette enfant est d'une perfection si absolue (étoiles dans les yeux, objectivité maternelle) qu'elle ne me donne pas beaucoup matière à me frapper la poitrine en pleurant "mais pourkwâââ j'ai fait un gosse????". 

Sauf peut-être depuis qu'elle marche à 4 pattes. Soit 3 semaines. Là, j'avoue je découvre enfin les joies de ce sport olympique qu'est le coursage de bébé véloce. C'est bien simple, notre 65m2 parisien est devenu le Stade de France de ma fille. Et elle est adepte de toutes les disciplines bien sûr: 

- touché de prises de courant catégorie poids plume

- secouage de bibliothèque de plus de 50kg

- tirage de fil électrique en longueur

- ouverture/fermeture de porte en relai avec option coinçage de doigt dans les charnières 

- attrapage de produits ménagers dans les placards en hauteur

J'en passe et des meilleures. Tu dois te demander, lecteur horrifié, ce que nous attendons, Tendrépoux et moi, pour sécuriser notre appartement et ainsi éviter un signalement à la DDASS? Par respect pour mon mari, je ne te rappellerai pas ses prouesses en matière de bricolage. Certes, installer 3 cache-prise et 2 bloque-tiroir ne relève pas d'un épisode des Maçons du coeur mais nous attendons toujours le kit de sécurité commandé dernièrement sur internet. 

In ze minetaïme, je trace Mamerveille à la culotte. Ou plutôt à la couche. Ce qui signifie que je n'ai plus une seconde à moi pour m'asseoir/manger/bouquiner (lol)/préparer mes cours pour la rentrée (mdr)/glander (ptdr). Sauf pendant sa sieste où j'ai donc tout juste le temps de rédiger ce petit billet de Ouelcome baque. 

Ah. On me dit dans l'oreillette que Mamerveille s'est enfin réveillée de sa sieste matinale. Je te laisse et vais chausser mes baskets. Je vise la médaille d'or en rattrapage de bébé kamikaze.