graduation-capHello fidèle lecteur! 

Ton oeil expert n'aura pas manqué de remarquer le léééééger changement sur ce blog. Non? Vraiment? Tu ne vois rien de différent? Alors jette un coup d'oeil à la bannière. A y est? Tu as vu? 

Et bien oui, c'est officiel (l'arrêté ministériel est tout frais): ta Titcheur préférée va quitter sa jolie ZEP pour aller enseigner en fac. Oué. La classe. Je suis trop contente. Aïe follow too much happy (aurait traduit Jean-Kevin sur Google translator). 

Je vais enfin pouvoir arrêter de polluer l'Ile de France en faisant mes 40 bornes quotidiennes pour rejoindre mon lycée en banlieue et retrouver à la place les effluves délicates du métro parisien. Je n'aurai plus devant moi des adolescents pré-pubères aux hormones en furie mais de jeunes adultes post-pubères aux hormones en furie (on verra ce que ça change). Finis les programmes qui changent chaque année, les "perspectives actionelles"  et les mots dans le carnet! Place aux TD et aux étudiants qui tapent leurs cours sur leur PC. Bye-bye les interros de verbes irréguliers (Alleluia! Hosanna au plus haut des cieux!), welcome les 300 partiels deux fois par an. Je continue ou tu as pigé? 

Or donc, à la prochaine rentrée de septembre octobre (p*tain, yes!), je m'en vais rejoindre les rangs des PRAG (professeurs agrégés détachés dans le supérieur). En gros, je garde le même statut (même nombre d'heures à faire, même salaire) mais j'enseigne dans le supérieur à de vrais zétudiants qui ont eu leur bac et tout et tout. Le seul truc qui change: plus d'inspection. Si tu as lu ce billet là, tu sais que ça m'évitera une crise de tachycardie bien fâcheuse, par contre ça veut aussi dire que je progresserai moins vite vu que ma note pédagogique ne pourra plus être remontée. Bon, comme l'inspectrice est passée cette année, j'aurais eu 5-6 ans de répit avant de la revoir de toutes façons donc ça ne change pas grand chose au final. 

Je sens tout de même un certain questionnement de ta part (si, si, je le sens). Mais que va devenir ce blog? te demandes-tu. N'aie crainte, jeune padawan, n'aie crainte. Certes, mes anecdotes de lycée ZEP étaient parfois bien croustillantes, mes perles particulièrement choupi et certains de mes élèves tout à fait uniques. Mais ne sous-estime pas la capacité des nains, même bacheliers, à pondre des énormités ou à nous faire marrer! Je sais d'expérience qu'avoir son bac ne veut pas forcément dire qu'on a le niveau supposé acquis en ingliche. D'où un potentiel de gros LOL d'autant plus intéressant. 

Personnellement, j'ai hâte de reprendre le travail pour retrouver de nouveaux sujets d'écriture, et à ce titre, le monde impitoyable de l'université va me fournir des morceaux de choix à coup sûr! Rien que la rentrée, entre inscriptions pédagogiques et dédale administratif, va être épique, je le sens!