ordiRALER2Hello matinal lecteur!  

En ce surlendemain de gueule de bois 1er tour des élections présidentielles (c'est pas la même chose?), j'avais envie de te parler un peu des trucs qui me gavent en ce moment. Attention, les informations ci-dessous ne sont pas hiérarchisées et pourraient être teintées d'ironie. 

1. Les sondages et autres calculs savants selon lesquels tel ou tel candidat serait élu au second tour en fonction de combinaisons mathématiques aussi compliquées qu'imprévisibles. A ces Nostradamus 2.1, j'ai assez envie de dire: vous vous êtes pas assez plantés pour le 1er tour pour que l'on cesse ces spéculations stériles et juste qu'on attende (gosh!) le vrai vote dans quinze jours? Je note d'ailleurs avec une certaine déception que personne n'a demandé à Cheminade pour qui il appelait à voter… 

2. Mes cheveux. Rien à voir, je sais, mais je t'avais prévenu. Pendant ma grossesse, j'avais - dixit Tendrépoux, légèrement fétichiste du tiff - "une chevelure aussi soyeuse et brillante que la toison d'une licorne par un soir de pleine lune". Aujourd'hui, c'est plutôt alerte générale dans la salle de bain tellement on a l'impression que le tapis de sol est fait de cheveux humains. Bref, j'en ai marre: je me suis gavée de compléments alimentaires pour freiner la chute des mes cheveux (ça marche) mais il n'en reste pas moins que les bad hair days se succèdent depuis 6 mois. 

3. La pluie. Autant je suis à fond pour sauver la planète et les nappes phréatiques. Autant je trouve que la  sécheresse, c'est le mal. Autant là, je dois admettre que j'en ai ma claque de me faire saucer dès que je mets un pied dehors. Sortir avec un parapluie? Certes, lecteur malin, mais figure toi qu'il est assez compliqué de pousser une poussette d'une main tout en tenant un parapluie de l'autre et en luttant contre le vent en même temps. Rajoute à cela deux ou trois sacs de course et tu as le portrait d'une mère à la limite de le crise de nerfs. Et puis l'humidité, ça n'aide pas vraiment pour le point précédent. 

4. Les débats politiques. Ou plutôt la cacophonie générale. J'ai eu l'étrange idée de regarder la soirée électorale sur TF1 dimanche soir (je m'étonne parfois moi-même..). Et bien l'enseignement principal de cette soirée a été qu'il est impossible de comprendre quoi que ce soit au discours des uns et des autres tellement on dirait une classe de secondes quand ils "échangent" des idées. Et que je te coupe la parole, et que je t'accuse de m'avoir insulté, et que je m'offusque que c'est pas vrai, et que je noie le poisson dans des considérations puériles plutôt que de parler du fond du problème. Pour un peu, j'aurais entendu ça: 

- I am not d'accord wiz you bicoze you are stupide. And I fink zat…

- Oué, z'y va madame, il m'a traité l'autre bâtard!

- Jean-Kévin, veuillez surveiller votre langage! Toufik, on reprend? 

- Mais il m'a interrompu l'autre! Pfff, on peut rien dire ici, ça fait iech! 

- Ouaaaaah comme il parle à la prof l'autre! Il fait vraiment trop tiep!

- Bon, ça suffit les enfants, on va arrêter le débat parce que là, ça part dans tous les sens. 

- Et voilà, on peut jamais s'exprimer dans cette classe… 

5. Mon hypersensibilité. Depuis que je suis devenue môman, il se passe un drôle de truc chaque fois que je lis ou vois une horreur concernant un enfant: ma gorge se noue, mon coeur se serre et les larmes me montent aux yeux. C'est systématique. Le reportage d'Alexandra Lamy sur les enfants malades pour Envoyé Spécial? J'ai zappé dessus 5 minutes et j'ai pleuré. La scène où on voit la mère et son bébé gelés dans l'eau dans Titanic? J'ai chialé. Les faits divers sordides narrés avec force détails dans tous les JT de France? Je chiale. Les enfants malades à Necker? Je supporte pas de les voir tout pâlots dans leur petit lit avec leurs tuyaux partout et leur regard interrogateur, ça me broie les tripes. Bref, mon hypersensibilité nouvelle me pousse à ne regarder que des vidéos de chatons qui pètent ou de bébés qui rigolent. Je ne suis plus apte à tolérer quoique ce soit d'autre.  

6. Les gens qui râlent. Ne trouves-tu pas ça insupportable, tous ces gens qui se plaignent à longueur de temps de tout et rien? Qui ne savent plus apprécier les petits bonheurs simples de la vie? Qui ne regardent que le négatif? Qui s'apitoient sur leur physique, pestent contre la météo, blâment les politiques et se réfugient dans la mièvrerie et la superficialité plutôt que de se réjouir? Personnellement, j'aime la vie, je chante la vie, je danse la vie! 

Et sur ces bonnes paroles, ami lecteur, je vais aller lire les programmes de Sarkozy et Hollande à Mamerveille, ça l'aidera peut-être à s'endormir (ou à rigoler, qui sait?).