I'm_back![1]Hello patient lecteur!  

En cette veille de premier moisiversaire de Mamerveille, je reprends du service. L'appel du clavier est plus fort que la fatigue et les crevasses. En un mot comme en cent: tu me manques, lecteurounet. 

Alors, que te raconter de mes nouvelles aventures de primipare sans dégoûter toutes celles et tous ceux qui se posent encore des questions quant à leur volonté d'engendrer des nains et sans énerver mes collègues primipares voire multipares par un angélisme déplacé ? Hmmm… 

1. Les nuits hachées (menues). 

Certes, une fois mis au monde un nain a tendance à vouloir découvrir cet univers impitoyable à toute heure du jour comme de la nuit. Mais plutôt la nuit. En tant que bon parent, tu accoures donc au moindre pleur à 23h, 1h, 2h12, 4h34 et 6h57. Ah et aussi à 5h23 (mais pour aller faire pipi alors ça compte pas). Certes, tu es déchirée. Mais dis-toi que pendant que tu ne dors pas, tu peux à loisir: 

- t'assurer que ton nain respire

- lire tes mails et répondre au milliard de textos de félicitations que tu as reçus 

- surfer sur des forums en tapant "bébé tète 4 fois par nuit, est-ce normal?" ou encore "bébé n'a pris que 28gr au lieu de 30 aujourd'hui, que faire?"

- re-vérifier que ton nain respire (en même temps, s'il tète, c'est qu'il est encore en vie, mais tu n'es pas très rationnelle à 4h34 du matin)

- faire un sudoku (un fastoche hein, histoire de pas non plus te plomber le moral)

- t'émerveiller de la qualité de succion de Tamerveille

- lire la presse sérieuse pour rattraper ton retard sur ce qui se passe dans le monde ("Kuâââ? Y a une crise en Grèce??? et on ne me dit rien?"). Au bout de 5 minutes, te tourner vers une lecture plus accessible ("Kuâââ? Carla a accouché 9 jours après moi??"). 

- t'endormir comme une merde sur ta naine, elle même endormie au sein et te faire réveiller au bout d'une demi-heure par un Tendrépoux paniqué et persuadé que vous êtes toutes les deux décédées. 

2. L'allaitement (sa race). 

Certes, allaiter est la chose la plus naturelle du monde (mouais). Certes, ton lait est bourré d'anticorps, de minéraux, de vitamines et d'oligo-éléments trop bons pour ton nain. Certes, ton minable bonnet A est un lointain souvenir et ton mari ne te regarde plus dans les yeux depuis longtemps. Certes, la fusion de l'allaitement prolonge agréablement la fusion de la grossesse, ton nain te regarde dans les yeux, sa petite main potelée tendrement posée sur son frigo ton nichon et vous vous noyez avec extase l'un dans l'autre. Certes. 

Ne souhaitant pas briser cette vision idyllique, je ne te parlerai pas de la montée de lait, des crevasses, des engorgements, et autres joies annexes. Suis pas vache non plus (enfin…). 

3. Les couches (atomiques). 

Certes, un nouveau-né est capable de souiller plus de 10 couches par jour. Certes, les pyjamas et leurs saloperies de boutons pression peuvent te rendre chèvre (surtout à 4h34). Certes, ton budget coton-liniment-couches empiète de façon indécente sur ton budget fringues. Mais en même temps, tu peux profiter allègrement de ce moment intime avec ta progéniture pour: 

- lui faire des bisous partout partout sur son petit ventre, ses petits pieds, son petit cou. Profites-en, ton nain ne peut pas encore se défendre! 

- améliorer ton chrono sur l'enfilage de body/pyjama et faire une compèt' avec Tendrépoux (et l'écraser évidemment). 

- oublier une bonne fois pour toutes ton dégoût envers le caca/pipi après t'être fait moult fois faire dessus par ton nain espiègle. 

Bon, là comme ça, on dirait presque que je me plains. Rassure-toi, cher lecteur,  ingrate je ne suis point et je sais reconnaître ma chance. Il se trouve en fait que j'adore la maternité, ma fille me comble et les petits désagréments sus-mentionnés ne sont rien face au bonheur de tenir Mamerveille dans mes bras. 

Et puis je tenais également à te remercier, lecteur chou, pour tous les commentaires et félicitations laissés sur le précédent billet qui nous sont allés droit au coeur à Tendrépoux et moi.