asterixBien le bonjour lecteur et désolée pour mon absence bloguesque de ces derniers jours mais littéralement débordée j'étais. Comment peut-elle être débordée avec 15h de cours par semaine te dis-tu? Bon alors outre le fait que 1h de cours devant élèves (surtout les miens) équivaut à 2h de jogging en montée par temps de pluie en terme d'épuisement physique, et que pour 1h de cours, il faut bien 1h de préparation, bah ça fait un total de 30h auxquelles tu peux rajouter facilement 6h de transports hebdomadaires (quand y a pas un abruti pour planter sa caisse en plein milieu de MON autoroute et créer des bouchons monstres auquel cas tu peux multiplier par 2), plus 12h de communications téléphoniques avec la MGEN pour essayer de comprendre pourquoi mes frais médicaux ne sont pas remboursés, plus 3h d'attente chez le médecin parce que, comme tout le monde, j'ai chopé une laryingite sa race et que sans voix, j'ai du mal à exercer ma profession, moins 10h de sommeil parce que je tousse la nuit, plus 4h de gestion administrative au lycée parce que oui, je suis montée en grade et ai la chance d'être coordinatrice de ma matière.

Donc, d'après mes calculs savants et en prenant en compte le théorème de Pythagore et la racine carrée de pi, ça me fait des semaines à la con de 45h de n'importe quoi. CQFD. Bref, je suis épuisède comme diraient mes élèves.

Mais le pompon sur le gâteau, la cerise qui a fait déborder la goutte d'eau, c'est la kafkaïenne embrouille que j'ai eu avec la MGEN (la Sécu des profs) ces 3 derniers mois. J'ai eu de gros frais médicaux au mois de juillet. Gros comme un mois de salaire d'un employé de la Sécu  pour te donner une idée de la chose. Donc j'ai vite vite envoyé mes feuilles de soin, en faisant bien attention à suffisamment affranchir l'enveloppe, j'ai fait une prière à Saint-Antoine de Padoue histoire de couvrir mes arrières, bref, j'ai verrouillé l'envoi de mon dossier. D'habitude, je suis remboursée dans la semaine, donc quand 3 semaines plus tard, aucun virement salvateur n'est venu soulager mon pauvre compte en banque, j'appelle le numéro à 4 chiffres de la MGEN. 

La gentille dame au bout du fil m'assure que c'est normal, c'est le mois d'août, le processus est un peu plus long, mais mon dossier est en cours de traitement, que je rappelle la semaine prochaine si rien n'arrive. Une semaine plus tard, rien. Je rappelle donc, tombe sur un adorable monsieur, très compatissant, qui regarde sur son ordinateur où en est mon dossier, me dit également qu'il doit être en train d'être traité, qu'il ne faut pas m'inquiéter que tout va bien. Je te passe les 5 autres appels (un par semaine, je voulais pas non plus avoir l'air de les harceler), où je tombe sur 5 personnes différentes qui me donnent chacune des explications diverses et variées quand à ce qui peut bien retarder le traitement des feuilles de soin: 

- Ah bah c'est normal, les feuilles de soin papier ça prend beaucoup plus de temps, on doit à peine en être à celles de fin juin. 

Barbie grosse menteuse! Les autres feuilles de soin que j'ai envoyées au cours du mois de juillet ou d'août (oui, je suis souvent malade, je coûte un bras à la société et j'assume) m'ont déjà été remboursées!

- Mais vous êtes sûre que vous avez bien envoyé vos feuilles de soin? 

Naaaaan je les ai encadrées et accrochées au mur!

- Bon, on va déposer une réclamation, comme ça votre dossier sera traité en priorité. 

C'est ça, réclame. Si ça pouvait m'éviter d'appeler tous les jours, ça m'arrangerait. 

- Ah je vois que vous avez déposé une réclamation il y a 15 jours et que vous avez appelé 20 fois depuis le mois d'août! Ben euh, je peux re-faire une réclamation si vous voulez!

- Bouhouhouhou (craquage au téléphone)!!! J'en ai marre, snif, je ne comprends pas pourquoi personne ne sait où est mon dossier, snif, je voudrais juste qu'on me rembourse parce que la banque me harcèle, je vais finir interdit bancaire si ça continue et je terminerais dans la rue à faire la manche, c'est ça que vous voulez, snif? (tentative désespérée pour attendrir mon interlocuteur). 

Courrier reçu 3 jours plus tard:

"Chère assurée, 

Suite à votre réclamation, il apparaît que vos feuilles de soin ont été égarées par notre service. Merci de nous renvoyer des duplicatas dans l'enveloppe fournie avec ce courrier."

Perdues? Merci Saint-Antoine, maintenant c'est à Sainte-Rita et Saint-Jude (patrons des causes désespérées) que je fais des sacrifices humains prières... Je te passe les démarches pour retrouver les médecins concernés, les montants exacts, etc. En une semaine, je reconstitue le dossier et décide de le remettre en mains propres à un être humain dont je prendrais le nom et les coordonnées pour avoir quelqu'un à traquer pour me venger s'ils reperdent tout. 

C'est le jour J. Je suis dans l'antre de la bête. Je serre d'une main tremblante l'épaisse enveloppe contenant mon dossier. Au guichet de l'accueil, je tends mes feuilles en expliquant ma situation. La dame de l'accueil les prend et m'explique qu'elles partiront demain par transporteur vers leur centre de traitement et qu'en une semaine je serai remboursée. Méfiante, je lui demande de m'envoyer un email pour me confirmer le départ du dossier - et accessoirement avoir une preuve écrite... Je rentre chez moi, avec le sentiment d'avoir fait une grosse, très grosse erreur. Le lendemain, email de la dame:

"Après vérification dans le fichier informatique, il apparaît qu'un virement de XXX Euros vient d'être effectué sur votre compte en remboursement des frais de santé du mois de juillet. Je détruis donc vos duplicatas et clos le dossier."

J'ai pleuré. Si. Ca a coulé tout seul. Des larmes de soulagement mêlé à une rage sournoise. Le sentiment d'avoir été baladée pendant 3 mois par un système tellement déshumanisé qu'il en est devenu abscons. L'impression d'avoir affaire à une chose tentaculaire dont le bras gauche ne sait pas ce que le bras droit fait. Et puis la sensation pénible que ce ne sera certainement pas la dernière fois...