Carrie_BradshawAvé lector, scriptura te salutat (c'est censé vouloir dire: "Avé lecteur, celle qui va écrire te salue" en latin mais bon, mes cours de latin remontent à loin, très loin, donc tu m'en voudras pas si mes déclinaisons sont pas au poil. Et pis, d'abord, t'es docteur en lettres classiques pour critiquer au moins?).

Aujourd'hui, j'ai été chargée d'une mission sacrée par ma keupine Marine qui a eu la bonne idée de me taguer, . Tu le sais, je suis novice dans la blogosphère, donc il m'a fallu un certain temps pour comprendre ce qu'elle me voulait.

Gni? Taguée moi? Elle voulait dire "tarée" peut-être... En même temps, c'est pas sympa de le dire à tout le monde, même si c'est vrai... Je fouille dans ma p'tite tête de Titcheur et je me rappelle que "tag" en ingliche, ça veut dire "étiquette" (oué je sais je me la pète). Elle m'a étiquettée alors... ça me dit toujours pas ce que je suis censée faire. Bon, je lui écris.
"Mariiiiiine! Ca veut dire quoi "taguer"? Est-ce que tu es en train de me traiter ou bien?"
"Meuh non, pauvre tâche! Ca veut dire que je voudrais que tu écrives un billet sur le sujet que j'ai évoqué dans mon blog et pour lequel je t'ai taguée."
"Ah ok."

Voilà pour l'historique. Tu comprendras donc pourquoi aujourd'hui je te parlerai de mode. Pour toute réclamation, voir Marine bien sûr...

Donc, Titcheur et la mode, c'est, comment dire, une histoire d'amour compliquée. En gros, je suis assez amoureuse de la mode, mais je ne la comprends pas. Elle change d'avis tout le temps, je n'arrive pas à la suivre, et je fais que des boulettes quand j'essaye de lui faire plaisir. Par exemple, le temps que j'accepte la notion de pantacourt et on en était déjà revenu au legging. Aujourd'hui, je porte des pantacourts (l'été, je n'y arrive toujours pas l'hiver car j'ai froid, il me faudrait un chat pour me réchauffer les mollets, parlez-en à mon mari, pipeuplé), mais de leggings, point. J'y arrive pas, c'est tout. Pourtant j'ai essayé, hein. Si, si, sous la lumière flatteuse et devant le miroir déformant d'une cabine d'essayage. Bah ça me va pas. Ca me grossit les genoux figure-toi. Moi, qui suis peut-être folle de la messe mais certainement pas affaissée du genou!

Bref, tu l'auras compris, mis à part beaucoup de bonne volonté, mon rapport à la mode reste assez abstrait. Attention, je dis pas que je m'habille comme un sac non plus! Mais je dois admettre que faire les boutiques à la recherche de THE accessoire qui mettra en valeur THE petite tunique savamment accordée à THE jean taille basse spécial anti-bourrelet, bah, c'est au-dessus de mes forces. Pourtant, je lis ELLE (bon, ok, je saute systématiquement les pages mode, mais honnêtement, si elles veulent vraiment nous faire porter ces fringues, c'est qu'elles nous veulent du mal à la rédaction). Je vois bien ce qu'il faudrait porter dans l'idéal, mais c'est plus fort que moi, j'aurais l'impression d'être déguisée si je portais le dernier look du moment: legging en cuir, cuissardes, et tee-shirt clouté pour le côté rock.
Franchement, tu me vois débarquer en cours accoutrée de la sorte???
Toi, lectrice, serais-tu prête à t'exhbier publiquement dans cette tenue (les soirées déguisées ne comptent pas)?

cutout_leggings

Et toi, lecteur, serais-tu partant pour troquer ton confortable slip kangourou pour ces sous-vêtements beaucoup plus tendances ?

mode_homme

Je ne mentionerai même pas les prix aberrants de ces nippes qui seront passées de mode dans 3 mois.  Avec leurs dossiers spécial mode intégralement conçu en partenariat avec YSL, Stella McCartney ou Chanel, ils me font doucement rigoler. Heureusement, ils pensent parfois au porte-feuille de la ménagère moyenne et proposent des alternatives "abordables" pour les "basiques" must have: Maje, Isabelle Marant, Sandro, Zadig et Voltaire... Que des marques à 150 Euros le débardeur en cachemire (le concept? Soit tu te les cailles en hiver, soit tu cuis en été. Oué mais t'es fashion!)
Sont mieux payés chez Elle qu'à l'Education Nationale apparemment...

Et puis cette manie de nous harceler avec le it-bag qu'il faudra assortir aux it-shoes pour être une vraie it-girl...
Je te distribuerais des it-gnons moi...

Donc, moi concrètement, je mise sur le classique passe-partout. Quand on m'offre des fringues fashion, je suis très contente et même que je les mets. Mais moi toute seule, je n'arrive pas à faire de shopping. Quand j'entre dans une boutique, rien que l'idée de devoir me frayer un passage parmi toutes ces femelles en chasse, trouver ma taille, faire la queue pour essayer la chose, me désaper, enfiler le machin (surtout si c'est un slim ou un truc moulant que t'as pas pris à la bonne taille), me regarder dans la glace, le trouver mal coupé/trop grand/trop petit/moche/pas de la bonne couleur, l'enlever, me rhabiller, repartir bredouille... bah ça me fait faire demi-tour direct. Résultat: j'achète jamais rien. Alors oui, ma garde-robe est assez simple, mais en même temps:
-j'économise mes petits sous de titcheur pour me payer des voyages/des gâteaux/des bouquins/des dvds
-c'est mon mari, cette star de la fashion, qui m'offre des nippes sympas car lui,  il adoooore le shopping, il sait ce qui me va, et il a très bon goût. Pourquoi lui refuser ce plaisir?
-quand vraiment, c'est plus possible, je me fais une razzia chez Zara et je ressors, 10 sacs sous le bras, épuisée mais heureuse.

Voilà, lecteur, ce qu'il en est de Titch' et de la mode. Queen Mum ne manquera pas de t'expliquer que c'est de famille dans les com', et c'est probablement vrai. C'est un peu génétique tout ça. Moi ma Queen Mum elle m'a pas refilé le virus de la fashion, mais celui du délirium. Chacun son truc. DE GUSTIBUS ET COLORIBUS NON EST DISPUTANDUM.
(Oué, je me fais un trip latinophile en ce moment...)