Chat_bott_Est-ce le manque de soleil de ce mois de novembre grisâtre qui me tape sur le cerveau ? Un besoin d’affection exacerbé par les horaires de débiles de mon tendre consultant ? Une façon de détourner mon esprit de mon obsession procréatrice du moment ? Difficile à dire, mais le fait est, cher lecteur, que je prendrais bien un chat.

Oui, tu sais, ce truc à 4 pattes avec des poils, des moustaches, des griffes et des humeurs déstabilisantes. Nan pas Queen Mum, sot, tu veux vraiment te faire suicider dans les commentaires !

Nan, sérieusement, parfois je me remémore avec émotion l’époque où j’avais des chats. Enfin, un à chaque fois mais j’en ai eu toute une succession. C’est bête la propension de ces animaux-là à se faire écraser par des voitures ! Ils étaient tous noirs et s’appelaient tous Spot. D’ailleurs, je soupçonne mes parents d’avoir tenté de nous faire croire que c’était toujours le même chat. On était pas des lumières, mais quand même, on se doutait bien que quelque chose n’allait pas quand, du jour au lendemain, le chat avait perdu 1 kg et s’était fait une tâche blanche sur le pelage...

J’ai toujours adoré la grâce de leurs mouvements, leur impossible sens de l’équilibre, leurs gestes de pattes quand ils se nettoient derrière les oreilles, leurs miaulements attendrissants quand ils veulent te dire quelque chose, leur concentration de grands fauves quand ils se préparent à sauter sur leur proie (un oiseau, une souris, un bout de ficelle, ton doigt de pied…). Et surtout, j’adore quand ton chat bondit sur ton bureau pendant que tu bosses et te pourrit en jouant avec ton stylo qui danse sur des copies imbéciles, en piétinant ces dernières de ses délicats coussinets, en se frottant contre la lampe qu’il fait immanquablement tomber et en glissant sa tête sous ton menton d’un air de dire : « Laisse tomber ces copies idiotes, viens t’occuper de moi, je te laisserai peut-être me caresser le ventre. »

Bon, c’est vrai, il y a aussi quelques traits de caractère qu’il faut comprendre et supporter.

D’abord, un chat, c’est quand il veut, s’il veut. Une caresse ? C’est lui qui décide s’il a envie. Si tu tombes sur un mauvais moment, la sanction est immédiate : la bête se retourne et t’expose son joli derrière, la queue dressée en point d’interrogation, d’un air de dire « Parle à mon c… » Jouer ? Y a des jours où une ombre au mur le fait grimper au rideau (il y a des chats un peu fous tout de même) et des jours où tu peux lui agiter  sous le museau un bouchon au bout d’une ficelle pendant 3 plombes sans qu’il daigne t’accorder autre chose qu’un regard méprisant du style « Pauvre tâche, tu penses vraiment que ton jeu primaire m’intéresse ? ».

Et pis, ça change d’avis tout le temps un chat. En général au beau milieu de la nuit d’ailleurs. Sais-tu le nombre incalculable de fois où tu peux te faire réveiller vers 2 heures du mat’ par l’animal grattant et miaulant à ta porte pour entrer dans ta chambre ? Tout ça pour ressortir 5 minutes plus tard parce qu’il s’ennuie. Pourquoi le chat a-t-il toujours envie de jouer avec toi (comprendre : sauter sur tes pieds, griffes sorties, dès que tu bouges un orteil sous ta couette) pile au moment où Johnny Depp allait t’embrasser (Quoi ? Rêver, c’est pas tromper que je sache) ?
Pourquoi un chat qui ronronne se croit-il également obligé de te malaxer les cuisses avec ses griffes ? Pourquoi pense-t-il que le cadavre d’une souris/serpent/oiseau/poupée Barbie, qu’il exhibe fièrement tel un trophée, sera accueilli par autre chose qu’un beuglement de dégoût de ta part ? Et c’est quoi cette manie de faire ses besoins dans les plantes vertes ? De gratter sa litière jusqu’à faire crisser le plastique sous ses pattes ?

Sont un peu cons les chats quand même…

Mais surtout, la question ultime est : comment convaincre mon mari, cet astre, accessoirement super allergique aux poils de chat, que notre couple est mûr pour avoir un chat ?
J’ai pensé aux arguments suivants pour persuader mon homme :
- Si notre couple survit au chat, il survivra à tout
- Quand tu pars faire des loopings en windsurf et que je reste toute seule à la maison, un chat sera un fidèle compagnon sur lequel je pourrais reporter toute mon affection (plutôt que sur Johnny Depp)
- Queen Mum adore les chats et nous le gardera quand on partira en vacances/en week end/faire le tour du monde, etc…
- J’ai pas encore chopé la toxoplasmose. Tu voudrais pas que notre enfant naisse aveugle, père indigne ?
- J’ai des coupons de réductions chez Whiskas
- Ca te fera un cure de désensibilisation gratos
- Si on prend un chat, on prend aussi un chien
- C’est moi qui m’en occupe le lundi, mercredi et vendredi.
- C’est trop môôôôôgnon !
- Si tu préfères, on prend une chatte (rhôôô, ça va, on peut rigoler !)
- On en prendra un qui en est déjà à sa huitième vie

T’en penses ? ça peut marcher ? En attendant, je me console avec Simon’s Cat, le chat le plus kiffant du monde.