Images-of-flowers-19

Mercredi 27 juillet. Le square est presque vide, déserté par sa population de privilégiés déjà partis en vacances. Mes filles jouent joyeusement et je savoure un moment de calme, assise sur un banc, un vent chaud caressant mes jambes encore bien trop pâles. Juste le temps de dresser un petit bilan, de mettre en mots toutes ces belles choses que je ne veux pas oublier. 

 

Mamerveille a 4 ans 2/3. Elle parle. Tout le temps. Elle conjugue les verbes avec fantaisie, manipule la langue avec volupté. Elle est obsédée par les drapeaux (merci l'Euro de foot) et l'Angleterre et veut apprendre à parler anglais (je n'y suis honnêtement pour rien mais j'admets que je jubile). C'est une petite fille très sociable, très entourée à l'école de filles mais surtout de garçons dont elle préfère les jeux. Sa lubie du moment: faire des "parcours" gymnastiques au parc, imaginés par son père. Elle saute, elle grimpe, elle rampe, elle escalade et glisse. Elle a appris à faire du vélo sans les petites roues en un jour (fierté parentèle bonjour). Et quand elle ne construit pas un château dans le bac à sable, elle sautille gaiement. C'est la joie de vivre incarnée. Bon évidemment c'est aussi une vraie naine capable de geindre ou de piquer des colères pour des broutilles. De répéter "j'ai faim" non stop pendant tout le trajet de retour du parc et de ne s'arrêter qu'une fois à table. Elle aime un peu trop la Reine des neiges à notre goût (quand en serons-nous libérés-délivrés ??) et est complètement obsédée par ses cheveux que je dois coiffer et attacher dès son réveil. C’est simple, quand elle se lève elle tient son doudou d’une main et un élastique de l’autre qu’elle me tend sans mot dire. Mais c'est surtout une petite fille très sensible et douce, qui se laisse gentiment marcher dessus par ses deux petites sœurs qu'elle surprotège et qui se fait des « petits sentis » (sic) de son doudou qu’elle trimballe absolument partout avec elle et qu’elle gardera toute sa vie m’a-t-elle expliqué l’autre soir.

Bref, Mamerveille grandit et a hâte d'être au CP pour être enfin adulte et pouvoir aller seule à l'école (sic). D’ailleurs, elle m’a annoncé hier qu’elle avait épousé Thomas mais que c’était quand même Gaëtan son amoureux. 

 

Maprinchesse a 2 ans. C'est une petite fille espiègle à qui on donnerait le bon dieu sans confession avec son petit carré blond de petite fille modèle et ses grands yeux noirs. Elle a un sourire de canaille qui creuse deux petites fossettes adorables sur ses joues et qui nous fait complètement craquer. Elle est obsédée par les chapeaux, elle aime sortir coiffée d'un béret, d'un bonnet, d'une tiare mais un vieux slip ou un brassard de piscine font aussi l'affaire. Elle commence à bien parler même si la phrase qu'elle prononce le plus est "moi aussi". Elle veut tout faire comme sa grande sœur: elle s'essaye à la trottinette, se hisse sur la pointe des pieds pour appuyer sur le bouton de l'ascenseur, mange seule, et suit Mamerveille dans tous les mauvais coups. Leur lubie du moment: se relever en silence une fois couchées et se rendre discrètement dans notre chambre pour sauter sur notre lit. En général, épuisés et trop heureux de siroter un apéro en se racontant notre journée, Tendrepoux et moi nous congratulons d'avoir des filles si faciles et qui devaient être bien fatiguées pour se coucher sans histoires. Il faut attendre un gloussement plus fort qu'un autre pour attirer notre attention, et nous faire réaliser que les lits des filles sont vides et que notre chambre est à sac. Maprinchesse et Mamerveille sont très proches et se soutiennent mutuellement. Quand l'une se fait gronder l'autre arrive à la rescousse pour la consoler. Nous passons notre vie à être attendris en somme. 

Maprinchesse reste cependant un gros bébé de deux ans. Qui me fait des câlins et des bisous et me dit qu'elle est "le gros bébé de maman". Parce que disons qu'elle n'apprécie pas trop que Royal Baby lui ait chipé la position de petite dernière aussi vite. Tiraillée entre l'envie de faire des trucs de grande trop cools comme sa grande sœur et le regret de quitter le douillet statut de bébé comme sa petite sœur, Maprinchesse a une position délicate dans la fratrie. Heureusement elle a un caractère très indépendant: elle aime jouer seule et se raconter ses petites histoires. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et au square je dois souvent surveiller qu'elle n'aille pas mettre une raclée au "grand" de 3 ans qui a eu l'outrecuidance de la doubler au toboggan. Là où Mamerveille s'excuse de demander pardon, Maprinchesse fonce dans le tas. 

 

Royal Baby a 10 mois. Sa blondeur et ses yeux bleus détonent par rapport à ses sœurs. Ses yeux! On se noie dedans et je peux passer des heures à contempler les nuances d'azur qui s'y succèdent selon la lumière. Deux petites quenottes ornent son large sourire et elle rit aux éclats quand on l'embrasse dans le cou. Elle marche à quatre pattes depuis quelques jours et découvre le monde avec délice. Elle touche à tout, attrape tout, et est tellement heureuse de cette indépendance fraîchement conquise qu’elle sourit tout le temps. Un vrai rayon de soleil. Elle a un caractère très affirmé: il faut voir les jouets voler à travers la pièce lorsqu'elle en a fini avec ou la cuillère de purée valser quand elle n'a plus faim. Elle n'aime rien tant que de se retrouver au milieu de ses deux sœurs, de leurs jeux comme de leurs disputes. Elle a une très grande complicité avec Mamerveille qui s'occupe beaucoup d'elle. Elles peuvent piquer un fou rire rien qu'en se regardant. Maprinchesse est plus circonspecte à son endroit. Qui est cette chose qui attire tous les regards et qui ne sait rien dire d'autre que des "babo" incompréhensibles? Elles commencent à interagir mais de façon assez épisodique. 

Royal Baby à ses petits gestes de bébé adorables: elle se caresse les cheveux quand elle boit son biberon, s’amuse à attraper ses pieds quand on la promène en poussette et aime prendre son bain avec ses aînées et les éclabousser à grands coups de mains dans l'eau. Mais ce qu’elle aime par-dessus tout, c’est lécher les chaussures de ses soeurs quand elle arrive à mettre la main dessus. De tempérament farouche, il faut beaucoup de temps pour l'apprivoiser. Il faut compter une bonne semaine pour qu’elle accepte qu’un inconnu (genre son grand-père) la prenne dans ses bras. Ca devrait donner des choses intéressantes à la rentrée quand elle ira à la crèche…  

 

Mercredi 27 juillet. Une journée ordinaire et unique pourtant. Les événements tragiques du mois de juillet n’ont fait que renforcer mon envie de profiter de ces bonheurs simples mais précieux et de les graver dans le temps. Il y a tellement d’amour à donner et à recevoir…