dream-job-next-exit-pic

Cela fait une éternité que je ne t’ai pas parlé de l’être exquis qui partage ma vie, le bien nommé Tendrépoux. Aux dernières nouvelles, il était consultant, bossant pour la Slave & Associates dont je me suis plaint et re-plaint à moult occasions. 

Et bien après 16 ans de bons et loyaux services, de deadlines impossibles, de nocturnes interminables, de vacances annulées, de « COPIL » à pas d’heures, de « slides » à pondre, de livrables à produire, de clients à satisfaire à toute heure du jour et de la nuit, Tendrépoux en a (enfin) eu assez! 

La goutte d’eau? Oh, une broutille! Lui qui a toujours grimpé les échelons de sa boîte grâce à son investissement, que dis-je, sa dévotion sans faille, voilà que le grade supérieur (d’associé, pour être précise) lui échappait. Non pas qu’il n’en fût pas capable! Tu me connais, je ne tolère pas la médiocrité. Ses boss l’avaient « positionné »: il s’est défoncé pendant 2 ans pour atteindre ses objectifs et mener ses missions à bien, on l’a envoyé en formation-spécialement-réservée-aux-futurs-associés-du-groupe aux USA pendant 15 jours… Bref, il était dans les rangs pour être enfin promu. Oui mais voilà: comme il travaille dans un groupe international, il était en concurrence avec d’autres personnes d’Europe du Nord. Nous apprîmes par la suite qu’il y avait 15 candidats pour 1 promotion. What are the odds?   Sans surprise, et malgré ses capacités hors normes et son intellect digne d’un frère Bogdanov, Tendrépoux n’a pas eu sa promotion.  

Qu’à cela ne tienne! lui dirent ses patrons. On te promet, l’année prochaine c’est pour toi (si tu remplis bien tes objectifs bien entendu) (et si Saturne est bien alignée avec Uranus). L’année passe. Tendrépoux trime, sue, ne dort plus la nuit, passe ses week ends en conf’ call et ses vacances scotché à ses mails. Arrive le moment de la promotion: il n’est même pas sur la liste des promouvables. Grosse déception. Son boss lui bredouille des explications vaseuses comme quoi c’est compliqué, que tout cela est très politique, que Jupiter devait être en Verseau, mais que dans deux ans, c’est presque quasiment sûr, enfin tout du moins plutôt assez probable, il pourra passer associé. 

Tendrépoux en a avalé des couleuvres en 16 ans chez Slaves & Associates. Mais il faut croire que celle-ci était un peu trop grosse finalement. 

 

Quoiqu’il en soit, en 4 mois Tendrépoux avait négocié son départ et trouvé un emploi dans une nouvelle entreprise. A taille plus humaine, sa nouvelle boîte est un peu dans l’esprit « start up »: tout est à construire, les équipes de direction ne sont pas encore montées, le projet est titanesque et il ya du boulot mais le big boss est quelqu’un d’ultra motivant et d’inspirant. Bref, une bouffée d’air frais dans la carrière de l’être qui illumine mon quotidien. 

Maintenant qu’il a passé sa période d’essai, on voit bien la différence! Avant il ne rentrait pas avant 21h, maintenant il est là dès 21H30! 

Avant il rouvrait son PC tous les soirs pour « finir un truc « , maintenant il le rouvre mais pour « envoyer deux-trois mails ». 

Avant il bossait bien trop souvent le week end, maintenant c’est quasi systématique. 

Avant il avait des objectifs difficiles à atteindre, maintenant ils sont presque impossibles. 

Avant il était épuisé, maintenant il est éreinté. 

Avant il n’en pouvait plus de sa boîte, maintenant il l’adore. Et c’est LA toute la différence (subtile, j’en conviens). Parce que tout changer pour que rien ne change, ce serait ballot (« con » me souffle-t-on dans l’oreillette). Mais bon, l’homme de ma vie est comme ça: entier dans ce qu’il entreprend! Alors tant qu’il supporte (et que je supporte qu’il supporte), ça ira. 

Le nom de ce paradis terrestre? La Bourreaux and co. Oui je sais, ça fait rêver!