20130718-royal-baby-gift-01

J'ai commencé ce blog il y a 6 ans 1/2. Un peu (beaucoup) par thérapie il faut bien le dire. A l'époque, j'étais nullipare, désespérée de jamais avoir d'enfants, en pleine PMA et j'étais fraîchement affectée en ZEP, avec tous les préjugés que l'on peut avoir sur ce type d'établissements quand on y a jamais mis les pieds.  

Aujourd'hui, 6 ans 1/2 plus tard donc, je suis prof en fac, je m'épanouis complètement dans mon travail et je ne fais plus de cauchemar où Jean-Kévin essaye d'énucléer un camarade de classe avec une petite cuillère. Je suis l'heureuse maman de 2 magnifiques petites filles et… j'attends un 3ème petit bébé pour début octobre! 

Et oui lecteur abasourdi: à peine te remets-tu de tes émotions suite au démoulage princier qui a eu lieu hier que je t'annonce la venue prochaine d'une nouveau Royalbaby chez le comte et la comtesse de la Titcheurie. Ca va? Ta tension est retombée? 

Alors, pour anticiper les questions qui, je suis sûre, te taraudent déjà: 

- oui c'était voulu (en tous cas on faisait rien contre)

- oui c'était naturel (il faut croire que mon corps a enfin compris comment ça marchait)

- oui on réalise que ça va être méga chaud puisque Mamerveille aura l'âge canonique de 4 ans et Maprinchesse 18 mois lorsque numéro 3 pointera le bout de son nez. 

- non, on sera pas "déçu" si c'est "encore" une fille (d'ailleurs, le sachiez-tu? Quand tu as 2 enfants du même sexe tu as apparemment 80% de chances pour que le troisième soit aussi du même sexe) (Tendrépoux est prévenu).

- non, on ne déménage pas. Ca ne fait même pas un an qu'on a emménagé dans notre nouvel appart, après des mois de travaux, il est hors de question de déguerpir maintenant. On va se serrer un peu mais ça devrait tenir (avec un ingénieux système de poulies, on met le berceau au plafond, la table à la langer sous le lit et la réserve de couches dans le coffre à jouets). 

- oui je suis bien déchirée. Entre les nausées qui ne s'arrêtent plus (j'en suis à 4 mois de grossesse, quelqu'un veut bien leur expliquer?), les enfants qui s'en foutent un peu que maman soit enceinte et un boulot très prenant, je termine mes journées un peu sur les rotules quand même.

- oui, je profite à fond. Le sentiment que c'est la dernière fois (enfin, très certainement) (enfin, probablement) (bon ok, on verra) fait qu'on savoure tout, même si tout est loin d'être glamour. 

 

Tu t'en doutes, nous sommes aux anges. Déjà parce que, pour la première fois de notre vie, nous avons conçu un enfant tous seuls (c'est bête comme chou d'ailleurs!). Et crois moi, quand tu es passé par des inséminations et des FIV à répétition pendant des années pour tenter de procréer, tu apprécies d'autant mieux la miraculeuse simplicité de la chose. 

On gardera toujours en mémoire le parcours du combattant que cela a été et on pense d'ailleurs avec beaucoup d'émotion à nos amis qui sont en plein dedans et à qui on répète qu'il faut toujours continuer d'y croire, même si c'est dur, même si on n'en peut plus des échecs. Nous sommes conscients d'avoir eu un bol phénoménal  et on souhaite ce même miracle à tous ceux qui sont en pleine galère procréatrice. 

Donc voilà. Un bébé en 2011. Un bébé en 2014. Un bébé en 2015. Une carte famille nombreuse. Un congé mat' de 26 semaines. Une poussette double pour Maprinchesse et Royalbaby. 3 sièges auto dans la voiture. Moins d'adultes que d'enfants à la maison. Rien que de le dire ça me fait tout bizarre (sourire béat aux lèvres).