mojito

Aujourd'hui, c'est Thanksgiving. Jour de terreur pour les dindes du monde entier.  Jour de célébration pour nos amis Américains qui vont pouvoir exprimer leur reconnaissance (de ne pas avoir été descendu par un flic de 12 coups de feu par exemple) (au hasard). Pour ma part, je suis reconnaissante de trouver 5 minutes pour écrire ce billet. Ca vaut bien un génocide de volatilus imbecilus 

Les jours défilent et se ressemblent: métro-boulot-pédiatre-copies-pédiatre-boulot-dodo (nan je déconne, j'ai arrêté de dormir depuis 2011). 

J'ai des dizaines d'idées de billets en tête mais pas assez de temps pour les écrire. Alors je vais essayer de rattraper mon retard ici, par ces quelques miscellanées. 

                                                                                                                       *                      *                       *

Je bosse comme une damnée. La fac, c'est super, on bosse 25 semaines par an et le reste du temps on est en vekeichione. C'est vrai. Sauf qu'il faut faire tenir 1 an de cours universitaires sur la moitié de l'année et que les vekeichione ne sont pas vraiment dédiées à faire bronzette sur une plage et à siroter des mojitos mais plutôt à corriger des montagnes de copies et préparer des cours (ce qui n'empêche pas de siroter des mojitos, je te le concède) (d'ailleurs mes cours sont de bien meilleure qualité depuis que je les prépare bourrée) (mais mes étudiants ont toujours d'aussi mauvaises notes).

                                                                                                                       *                      *                       *

Comme j'aime avoir mal, j'ai pris la responsabilité de missions administratives plus ambitieuses les unes que les autres: recruter 10 profs pour dans 3 semaines, révolutionner les pratiques pédagogiques universitaires par l'intégration de technologies innovantes pour un enseignement hybride, créer des partenariats avec des universités copines, inventer une méthode infaillible pour que tout le monde spike ingliche en 3 ans, créer des brochures pour décrire nos jolis cours en anglais à des délégations étrangères qui viennent voir comment c'est bien chez nous… Je m'éclate comme une dingue, je rencontre des pontes de la didactique avec qui j'ai des échanges trop passionnants sur comment améliorer nos enseignements. Je réunionnite comme une malade avec plein de gens de tous horizons qui ont tous des idées plus géniales les unes que les autres pour que nos cours de langue soient les meilleurs de l'univers. Bref, je m'éclate professionnellement comme ça faisait longtemps que ça m'était pas arrivé. J'enseigne l'ingliche et c'est ma joie. 

                                                                                                                        *                      *                       * 

Ca ne m'empêche pas de m'arracher régulièrement les cheveux sur les demandes saugrenues de mes étudiants. Certains ne reculent devant rien pour s'épargner l'effort de venir en cours. N'importe quelle excuse est bonne pour tenter une demande de dispense (normalement réservée aux étudiants étrangers ne pouvant commencer de nouvelle langue). Donc apparemment, ça ne les fait pas ciller de demander à être dispensés de cours parce qu'ils sont (je cite) "trop mauvais en anglais". Logique. Je suis une quiche donc plutôt que de me mettre au boulot pour enfin maîtriser (vaguement) une langue qui ne pourra que me servir plus tard, je préfère m'en faire dispenser. J'aime autant te dire que je les envoie sur les roses ces petits malins. 

                                                                                                                         *                      *                       *

Il y a aussi celle qui m'écrit pour me dire qu'elle a eu 05/20 à son partiel et que c'est un scandale. Que la prof note trop dur. Qu'il y a des élèves quasi bilingues dans le groupe et que du coup, c'est pas juste car eux ont de bonnes notes (gni?). Que la prof elle fait même pas de cours de grammaire et de vocabulaire, alors que quand même, il en faudrait. Je lui ai donc gentiment expliqué que plutôt que de remettre en question la notation de sa prof, elle ferait peut-être mieux de remettre en question la qualité de sa copie. Qu'en L3, après 10 ans d'anglais, elle devait être capable de se faire des fiches de vocabulaire sans qu'on lui tienne son stylo et que si après tous ses cours d'anglais elle était toujours pas fichue de mettre un S à sa putain de 3ème personne du singulier au présent simple, un énième cours de grammaire n'y changerait rien. (Ensuite je me suis descendu un mojito) (oui je vais finir alcoolique à ce rythme là).  

                                                                                                                          *                      *                       *

Enfin, il y a Tendrépoux et mes filles. Tendrépoux aura droit à son petit billet rien qu'à lui car (tu commences à le connaître), il s'est encore rendu coupable de facéties aussi peu glorieuses qu'hilarantes et je m'en voudrais de ne pas te narrer cela dans le détail. Tant pis, je dormirai 1h de moins mais je t'écrirai ce billet.  

Mamerveille et Maprinchesse, quant à elles, semblent vouloir tester le système de santé en ne tombant malades que le samedi soir vers 1h ou les jours fériés. Nous avons donc passé le PIB du Burundi en SOS médecins, pédiatres et autres pharmacies de garde. Les filles sont perfusées au Doliprane et Tendrépoux, ce fourbe, a réussi à esquiver le mouche-bébé, les séances de kiné respiratoire pour la bronchiolite de la petite et le sondage du canal lacrymal de la petite également (qui cumule, la pauvre). Si tu ne sais pas ce que c'est, alors tu n'as pas besoin que je t'affranchisse. Après tout, qui a envie de savoir qu'on peut enfoncer une aiguille de cette taille là dans le canal lacrymal bouché depuis la naissance d'une enfant de 8 mois sans anesthésie? C'est donc moi qui, depuis 1 mois 1/2, me tape les allers-retours chez les divers médecins et qui supporte les techniques plus barbares les unes que les autres pour soigner ma petite dernière. Mais, tu l'auras compris, comme je suis imbibée de Mojito, ça passe. 

 Voilà pour les niouzes. Allez, faut que j'y aille. Ca va être l'heure de l'apéro.