lifeisabiche

Life is a bitch disait l'autre. Certaines femmes font des dénis de grossesse et planquent leur enfant pendant 2 ans dans un coffre de voiture quand d'autres désespèrent de pouvoir enfin connaître les joies de la maternité. Ouais, la vie est une te-pu parfois (réminiscence linguistique de mes années ZEP, bonjour!). 

C'est une bonne amie à moi qui est venue me confier ses difficultés à concevoir un enfant. Elle connaît mon "parcours" (le mot "parcours" étant à la PMA ce que le casier judiciaire est au délinquant) et avait besoin de parler, de poser des questions et d'avoir des réponses. 

Après 4 ans de galère - l'équivalent d'un doctorat réalise-je à l'instant (genre je pourrais être docteur ès ovaires) - je suis donc devenue une espèce d'experte en la matière. J'ai la chance que mon parcours se soit terminé de façon positive et d'avoir une magnifique petite fille de 2 ans en pleine santé (sujet d'un prochain billet) (genre mais quel est cet être hybride, mi-ange mi-démon?). Mais je sais que ce n'est pas le cas de tout le monde. Et lorsque mon amie m'a appelée pour qu'on déjeune ensemble pour parler de ça, je me suis rappelée tout ce qu'on m'a dit à moi, tout au long de ces 4 ans. 

Et je me suis promis de ne pas lui répéter la même chose. Alors, chère amie, si tu lis ces lignes, voici ce que je ne te dirai pas. 

 

Je ne te dirai pas que ça finira par marcher. Je n'en sais rien et les statistiques n'aident pas beaucoup. Une FIV a 22% de chance d'aboutir à la naissance d'un enfant. Presque aussi bien que la nature (25% de chance que "ça marche" par cycle). Super. Mais je ne peux pas te garantir que tu en feras partie. Je ne peux que te le souhaiter. 

 

Je ne te dirai pas d'arrêter d'y penser. C'est impossible. A moins que les scientifiques n'aient enfin trouvé le fameux bouton "OFF" du cerveau. 

 

Je ne te dirai pas que c'est "dans ta tête". Si l'utérus et les ovaires se trouvaient entre les oreilles, je pense que les médecins seraient au courant. 

 

Je ne te dirai pas que les traitements sont faciles à supporter. Ca risque de piquer, gonfler un peu, te rendre un peu touchy et surtout beaucoup te fatiguer. 

 

Je ne te dirai pas que les examens ne sont pas douloureux. La plupart ne le sont pas mais une ponction sous anesthésie générale n'est pas à proprement parler une promenade de santé non plus. 

 

Je ne te dirai pas que la PMA, c'est devenu super banal. Ce n'est pas parce que de plus en plus de couples y ont recours que ça rend l'ensemble plus supportable. Je ne connais personne qui rêve de se faire trifouiller le fondement par des médecins pour faire un enfant. En général, on préfère se faire trifouiller le fondement par son conjoint. Mais c'est une autre histoire. Pouf pouf. 

 

Je ne te dirai pas que ta vie ne va pas changer. Parce qu'arriver à caser une prise de sang et une échographie tous les jours avant le boulot, cela demande un agenda contorsionniste. 

 

Je ne te dirai pas qu'il ne faut pas vivre autour de ça. Parce que si quand même. Ton cycle va déterminer ton calendrier social, il faudra t'y faire. Donc oui, vous allez continuer vos weekends en amoureux, mais pensez à l'assurance annulation dernière minute… 

 

Je ne te dirai pas qu'il suffit d'adopter. On ne fait pas le deuil d'un enfant biologique par le simple fait de déposer une demande d'agrément.

 

Je ne te dirai pas que ton couple en sortira plus fort. Ce n'est pas automatique et il faut y travailler. Il y aura des incompréhensions, des façons de gérer qui diffèrent, des coups de mous et des coups de gueule. Mais il y aura aussi une force, une solidité nouvelles qui vous aideront à traverser cette épreuve ensemble. 

 

Je ne te dirai pas qu'il y a une raison à tout cela. Vous n'êtes pas punis pour un crime commis dans une vie antérieure ou par une instance divine capricieuse. Il n'y pas de justice en PMA. 

 

Je ne te dirai pas qu'il suffit de serrer les dents pour encaisser les annonces de grossesse qui ne manqueront pas de soudainement pulluler. Ca fait toujours un noeud et une boule ici, et même si on est content pour les autres, on a mal pour soi. 

 

Je ne te dirai pas que c'est mal de se dire que, quand même, ils auraient pu galérer un peu eux aussi, pour l'avoir leur bébé. C'est juste humain. 

  

Je ne te dirai pas que la médecine fait des miracles. Je dirai plutôt que les miracles arrivent. La médecine m'a donné le premier il y a deux ans. Et la nature a finalement décidé de m'offrir le deuxième au printemps. J'espère juste que l'une ou l'autre vous apportera très bientôt à tous les deux votre merveille. 

 

Life is a bitch. But sometimes, you get to be the lucky bitch...