Bonne-annee-2013-Happy-new-year

Oui bon alors c'est vrai, je n'ai pas écrit depuis quasiment un mois. Pfiou! Le temps file ma bonne dame!  

Aucune "excuse" particulière à te présenter, le ventre au sol, les yeux pleins d'un repentir aussi fallacieux que superflu. Après tout, mieux vaut se taire quand on a rien à dire non? Peu te chaut de savoir que, comme tout le monde, j'étais à la bourre pour mes cadeaux de Noël, que nous nous sommes régalés de chocolats, foie gras et autres mets de réveillon, que Mamerveille a fait sa première descente en luge et ses premiers pas la même semaine, qu'on a versé une larmichette avec Tendrépoux car, tout de même, elle grandit vite notre petite fille, que nous avons eu une gastro testé le nouveau régime des stars, que demain, c'est la rentrée et que mon cartable n'est pas prêt. 

Tu n'en as cure et tu as bien raison. Donc je me suis tue pendant un mois (l'absence d'accent aigu et d'accord au féminin est ici d'importance…). Mais comme 2012, année de la lose (et non pas de la loose comme on a pu le lire partout) (qu'est-ce que ça a pu m'énerver cette confusion débile entre le verbe lose - perdre - et l'adjectif loose - lâche, désserré - qui se prononce "lousse" et non pas "louze"!). Je disais donc, comme l'année 2012 s'achève enfin, je voulais te souhaiter plein de choses sympa pour 2013, année de…: 

- la fraise. Que cette année, elles soient juteuses et sucrées à souhait. Et que tu ne les sucres pas trop. 

- l'aise. Que tu y sois le plus possible, tant dans ta tête que dans ton porte-monnaie. Même si tu ne t'appelles pas Blaise. 

- la charentaise. Puisses-tu te détendre et souffler un peu, dans le brouhaha incessant d'un quotidien trop caféiné.

- la fournaise. Que soleil et chaleur viennent dorer ton existence. 

- l'ascèse. Puisses-tu retrouver paix et harmonie dans ton corps sans abuser de régimes 100% graines de pavot. 

- la foutaise. Puissions-nous être préservés des prochaines annonces de fin du monde et autres débats inintéressants sur la nationalité des uns et des autres. 

- la thèse. Puisses-tu la terminer avec les honneurs. Même si elle traite de la figure du misanthrope unijambiste dans la poésie de Mlle de Courchevel, décédée prématurément dans une avalanche après n'avoir écrit qu'un journal intime en 1995, à l'âge de 12 ans. 

-l'érythropoïèse. Puisses-tu ne jamais avoir à employer ce mot ou à en connaître la définition. 

- la parenthèse. Je vais refermer celle-ci et t'en souhaiter d'agréables tout au long de cette nouvelle année. 

 

Bon et puis on va pas tourner autour du pot, hein, disons les choses franchement, lecteur affranchi, je te souhaite une excellente année 2013, année… 

… du diocèse! (Penses un peu à ta paroisse, et va te confesser: avec toutes les pensées impures que tu as depuis tout à l'heure, tu vas occuper le prêtre pendant un bon quart d'heure!). Tsss.