5949532026_mots-d-excuse

Cher lecteur,  

Je te prie d'excuser mon absence depuis le 24 mai dernier. Crois bien que cela n'a rien de personnel et qu'il n'y a aucune bouderie fallacieuse ou minauderie de blogueuse derrière mon silence. Juste, j'ai un paquet de bonnes excuses. 

1. J'avais dentiste. Pas tous les jours depuis 4 semaines, sot. Nan, juste une fois. Mais c'était la 3ème fois de ma laïfe que j'y allais alors tu peux t'imaginer l'angoisse. Je tiens à préciser tout de suite que ma dentition est parfaite et mon haleine aussi fraîche que celle d'un koala (ça bouffe de l'eucalyptus toute la journée les koalas donc forcément, ça sent bon du bec non?). J'ai juste jamais eu de problème aux dents ce qui fait que non seulement je n'ai aucun plombage qui fasse bipper la sécurité dans les aéroports, mais j'ai aussi très peu de liens avec cette engeance bizarre que l'on nomme "dentiste" (faut quand même être un peu spécial pour se farcir des chicots tordus toute la journée). Bref. J'avais rendez-vous pour une bête détartrage et c'est ça qui m'a empêché d'écrire. Bah oui. 

Parce que du coup, mon appréhension de la boucherie séance est inversement proportionnelle à mon expérience en la matière. En un mot comme en cent: j'ai fouetté ma race, rêvant chaque nuit que mes dents tombaient une à une, ou se mettaient à pousser au milieu de ma bouche, ou, pire!, ballotaient (comme quand tu as 6 ans et que tu perds tes dents de lait). 

Car on ne m'ôtera pas de l'idée qu'il est quand même suspect que les instruments suivants: 

 

dents

sonde-dentaire-pour-mesurer-le-cul-de-sac---holtex-1097307

… servent à préserver ta dentition plutôt qu'à te faire sauter les ratiches… J'ai donc passé un certain temps à me préparer psychologiquement à cette séance de détartrage ce qui, tu en conviendras, m'a laissé peu de temps pour écrire. Mais tu me connais, lecteur, je ne me suis pas défilée et me suis rendue à mon rendez-vous le coeur vaillant. J'ai laissé des traces d'ongles sur les accoudoirs et l'empreinte de mon corps en sueur sur le fauteuil mais je suis ressortie de la séance avec toutes mes dents et les jambes en coton. 

2. Mamerveille a un rhume. Depuis l'épisode Dr. Housesque de son séjour à l'hosto, son père et moi sommes un peu tendus lorsqu'il s'agit de la santé de notre progéniture adorée. En l'occurrence elle a juste le nez qui coule, mais la dernière fois qu'elle avait "juste 38°C de fièvre", ça a fini avec des tuyaux partout. On se méfie quoi. Mais bon, il semblerait qu'elle ne couve pas Ebola donc pas d'inquiétude. C'est juste qu'un nain un tant soit peu malade est un nain collant. J'ai donc Mamerveille dans les bras 24/24, et il n'est pas facile de taper à l'ordinateur avec 8,4 kg de morve d'amour sur les genoux. Et le premier qui me parle d'écharpe de portage - trop pratique pour avoir son nain contre soi tout en gardant l'usage de ses deux mains - se prend un cours particulier de bricolage avec Tendrépoux et le reminder suivant: si je savais faire des noeuds avec une écharpe sans faire tomber ma gosse ou sans l'harnacher à l'envers, ça se saurait… 

3. Tout mon temps libre est consacré à la recherche d'un mode de garde pour Mamerveille. Naïvement, je pensais que mon profil de prof qui ne travaille pas les mercredis ni les vacances scolaires intéresserait tout un tas de fantastiques assistantes maternelles qu'il me faudrait néanmoins refuser puisque j'aurais eu une place dans la super crèche bio-commerce équitable en bas de chez moi. Hinhinhin (rire grinçant). Autant m'imaginer que mes élèves aient retenu plus de 10 verbes irréguliers sur leurs 8 ans d'ingliche à l'école. 

Parce que figure-toi, lecteur nullipare mais néanmoins fort intéressé par mes propos, figure-toi que: 

- aucune crèche n'a voulu de Mamerveille (elles ne savent pas ce qu'elles ratent, et je leur souhaite de tomber sur des mini Jean-Kévin qui leur pourrissent l'heure de la sieste - oui, une mère déçue devient mauvaise). 

- ne vivant pas dans un château, je me vois mal bosser dans mon 60 m2 en compagnie d'une nounou et de ma fille. Je ne me vois pas non plus déménager ma bibliothèque sur mon lieu de travail pour pouvoir y préparer mes cours. L'option nounou à domicile est donc exclue. 

- les assistantes maternelles veulent toutes travailler à temps plein. Et celles qui veulent bien de mon temps partiel de feignasse d'enseignante habitent trop loin ou ne veulent qu'un enfant *qui marche*. Si toi aussi tu lèves un sourcil étonné face à cette requête, laisse moi t'expliquer: les ass'mat' (pour les intimes) gardent plusieurs mouflets de tous âges (en général 3). Si elles ont déjà 2 bébés, il leur faut impérativement un nain mobile pour partir en promenade car bizarrement, se farcir la poussette double plus un nain de 8kg en porte-bébé, ça les rend pas jouasse. Mamerveille ne marche pas encore, mais tôt ou tard ce sera le cas. Sauf que manifestement, il aurait fallu que je puisse assurer qu'elle sera capable de parcourir d'un pas vif et assuré la distance domicile-square dès le 3 septembre. La lose quoi. 

- me reste l'option de la garde partagée. Avec quelques contraintes bien pourries du style: il faut impérativement que la garde se fasse à 100% chez l'autre famille (toujours rapport au fait que je bosse beaucoup à la maison toussa toussa); ce serait bien qu'on ait les mêmes horaires et vacances et que la nounou soit un croisement entre Mary Poppins et Tony Micelli. 

Tu t'en doutes, je suis pas dans le caca.  

Mais, me revoilou! Et pour me faire pardonner de t'avoir laissé en plan si longtemps, voici un florilège des mots d'excuse les plus bidons produits par des nains (ou plutôt leurs parents) à leurs profs. Les fautes d'orthographe sont d'origine et la plupart des exemples cités viennent d'un opus publié par Patrice Romain, un collègue facétieux.



"Johnny n’était pas la samedi matin. C’est bien beau de faire des réformes mais ont ferait mieux de s’attaqué au problème du samedi matin qui emmerde tout le monde, enfin moi en tout cas. En plus il a pas classe tout les samedi j’y comprend rien. Se mot est valable pour l’année. Merci d’avance de votre compréhension."


"Vous me demandez un mot d’excuse pour le retard exceptionnel de Charlotte. Soit. Ne pensez-vous pas cependant qu’à l’heure où se prépare peut-être la 3e Guerre mondiale il y a des choses plus importantes dans la vie? Salutations distinguées."


"Vous dites sur la feuille que mon fils a triché. Franchement, y’a jamais eu un but daccordé avec un hors jeu que l’arbitre avé pas vu? Alors si vous l’avé pas pris en flagrant délis, c’est trop tard! Merci davance."


"Veuiller escusé mon fils qui en se moman na pas le tant de faire ses devoirs passque je suis encore enceinte passque mon ex mari est revenu me voire et sa na pas loupé pourtan sétait juste une fois. Du cou je vomi tout le tant et Franck pleure a la maison passque je cri et il doit socupé de ses frères et sœurs mais moi je ne peus pas."


Et mon préféré: 

"Demain mon fils sera absent car je pense qu'il sera malade vu que c'est l'examen..."