emergency_survival_kitBonjour, matinal lecteur! 

Je vois que mon petit effet a fonctionné et que tu t'es rué sur ton ordinateur, à peine réveillé, l'haleine encore chargée du café fraîchement ingurgité, le cheveu encore en épi et l'oeil torve. Ca me flatte beaucoup, tu sais! 

 

Nous terminons donc aujourd'hui ce petit kit de survie spécial Homme avec la fameuse phase du verdict. Là encore, crois-moi d'expérience, mieux vaut y être préparé, car ça peut faire mal...

 

Survivre à l'échec. 

 

Ne te fie pas trop aux contes de fées, lecteur crédule, il est rare que la PMA marche du 1er coup. Et ça, c'est quelque chose que TU devras garder à l'esprit car, crois moi, ta compagne aura beau connaître les statistiques de réussite, elle y croira toujours à fond à chaque fois. Et il n'y a rien que tu pourras faire pour l'empêcher de s'imaginer enceinte pendant 15 jours. 

 

Par contre, tu peux l'aider à surmonter l'annonce en général lapidaire de l'échec de votre tentative. Si ta femme est normale, elle aura fait une bonne demi-douzaine de tests de grossesse avant sa prise de sang pour se "préparer psychologiquement". Sache en fait, que même si les 6 tests sont négatifs, elle espérera quand même que la prise de sang sera positive. Et si par miracle, les tests étaient positifs, elle n'y croira pas tant qu'elle aura pas vu son taux d'hormone de grossesse. Après tout ce que tu as déjà traversé, ça ne devrait même plus t'étonner. 

 

Comme il y a plutôt 80% de chances que ça n'ait pas marché, suis ces quelques petits conseils pour aider ta femme (et toi même, ne nie pas que ça t'a fichu un coup aussi, grand sensible!) à surmonter cette épreuve.  

 

- Va casser la gueule au secrétaire médical (oui, c'était un homme) qui s'est cru autorisé à brandir la feuille de résultats en criant à toute la salle d'attente un "C'est négatif, Madame", alors que ta femme était allée fébrilement chercher les résultats de sa prise de sang faite à l'aube et que vous comptiez ouvrir l'enveloppe tous les deux, pour pouvoir vous soutenir ou exulter en même temps. Profites-en pour expliquer à cet indélicat les notions de "confidentialité" et de "vie privée" ainsi que le concept, certes un peu abstrait, de "mêles toi de tes fesses, connard!" (tu peux faire fi des règles de politesse dans ce cas, tu as mon feu vert). 

 

- Evite de dire à ta femme: "De toutes façons, on s'en fout, on est bien tous les deux on a pas besoin de bébé qui hurle la nuit et qui pue de la couche". Même si c'est peut-être vrai, ta compagne n'est pas prête à l'entendre, et pourrait te traiter de "connard de mec qui n'aime pas les enfants", ce qui serait fâcheux, conviens-en (tu noteras qu'en PMA, les règles de politesse s'appliquent finalement rarement…). 

 

- Laisse la pleurer. Et pleure avec elle si ça te fait du bien. Après tous les efforts fournis, la fatigue accumulée, les espoirs déçus et les hormones en chute libre, elle a bien le droit de craquer un peu. Et de descendre la tablette de chocolat. Et le pot de glace. Et que tu la trouves quand même mince, belle et désirable. Un peu de comfort food  et de mensonges n'ont jamais fait de mal à personne… 

 

- Console-la par tous les moyens. Ceux-ci peuvent inclure un petit voyage en amoureux pour se changer les idées (de préférence au soleil, rapport à la vitamine D), un soin-massage en spa pour qu'elle se reconnecte avec son corps (hyper important de se reconnecter!), une prise en charge totale de toutes les tâches ménagères pour lui permettre de se reposer un peu (mais si, mais si, tu peux le faire…), ou encore l'achat de bijoux coûteux (oh, ça va! on peut tenter le coup non?). 

 

Normalement, les choses rentrent dans l'ordre assez rapidement. Et même s'il y a toujours une certaine douleur en fond de tâche, la perspective d'une nouvelle tentative finit toujours par redonner de l'espoir (c'est bête un être humain, hein?). 

 

Tu as donc 3 mois devant toi avant le prochain essai pour te regonfler à bloc et te préparer psychologiquement à gérer ton Hulk à toi, ta Dr Jekyll et Mrs Hyde personnelle. Good luck!