camisoleBonjour, je m'appelle Kimberley. Je suis élève dans la classe de seconde de Mme Titcheur. Aujourd'hui, c'est moi qui vais vous parler car ma prof n'est pas en l'état. Je vous explique, lecteur (oui, moi je vous vouvoie, je fais preuve de respect pas comme Mme Titcheur qui se permet des familiarités incroyables à votre égard). 


Je suis ce qu'on peut considérer comme une bonne élève. Excellente même. J'ai 18 de moyenne partout, je travaille consciencieusement, je ne rends jamais un travail en retard, je participe en classe et j'essaye d'apprendre même quand Jean-Kévin ou Régis ont décidé de pourrir le cours. D'habitude Mme Titcheur arrive à peu près à obtenir le silence et à nous faire avancer, mais hier, elle eut un comportement des plus étranges. 


Pour commencer, elle arriva avec 10 minutes de retard et, sans un mot d'excuse, ouvrit la porte, balança son sac sur son bureau et s' avachit dans sa chaise. Elle mâchait un chewing-gum de manière extrêmement bruyante et vulgaire et avait encore l'oreillette de son mp3 collée à l'oreille - apparemment, elle écoutait du Eminem. Nous nous assîmes, un peu interloqués. Jean-Kévin ricanait comme à l'accoutumée. Je sortis mes affaires, ouvris mon manuel à la page 58 et révisai mentalement le cours, prête à le réciter lorsqu'une sonnerie de téléphone portable retentit. Un truc horrible à base de pets et de bruits de toilettes! 

Immédiatement, les regards se tournèrent vers Régis, mais le bruit ne venait pas du fond de la classe. Nous nous regardâmes, morts de rire, et nos regards convergèrent vers le bureau de Mme Titcheur. C'était son téléphone! Mais ce qui me choqua le plus, c'est qu'elle y répondit. 

- Oué! Salut ma belle comment ça va? Non tu me déranges pas, je suis en cours là! Oh tu devrais voir leur tronche à ces petiots, on dirait qu'ils sont encore plus mous que d'habitude! Oué… Oué… Car-ré-ment! … Bon, on se voit très bientôt pour prendre un thé hein? Oué… allez, ciao!


C'est là que Régis intervint: 

- Bah dites donc M'dame, faut pas vous gêner!

- Quoi??? Mais c'est pas moi! J'ai rien fait! Vas-y on peut plus regarder l'heure sur son téléphone maintenant!


Désarçonné, Régis resta bouche-bée. Mme Titcheur n'avait toujours pas fait l'appel ni commencé le cours. Elle sortait ses affaires au compte-goutte: pochette, manuel, trousse, feutres pour le tableau… dans des gestes volontairement lents. La classe commençait à s'impatienter. Enfin, elle nous demanda: 

- Bon, y a des absents? Nan parce que j'ai oublié la liste d'appel… Pas d'absents? Parfait. Bon, on fait quoi aujourd'hui? 

Je levai la main: 

- Euh… ben on en était à l'écologie et le global warming. On devait finir le texte et les exercices. 

- Ah bah j'ai tout oublié chez moi. Faut dire que ce matin en partant, je pensais que j'aurais le temps de repasser chez moi et puis finalement non alors j'ai rien préparé du coup. 

- On fait quoi alors? 

- Ben je sais pas moi! Débrouillez-vous! Pourquoi ce serait toujours à moi de trouver des solutions? 

- Vous n'avez rien d'autre? 

- Non. Je vous dis j'ai oublié toutes mes affaires, mais vous avez bien vos livres non? Vous n'avez qu'à l'ouvrir à la page que vous voulez et lire. 

Personne ne savait quoi dire alors nous nous exécutâmes. Un silence étrange régnait dans la classe. Je levai le nez de temps à autre pour observer mon professeur: elle se balançait sur sa chaise en faisant claquer son chewing-gum, faisait des boulettes de papier avec ses fiches de cours et s'amusait à viser la poubelle. Les autres élèves, d'habitude si prompts à se dissiper, n'osaient piper mot. 

Jean-Kévin, peut-être moins patient que les autres, brisa le silence: 

- Bon m'dame, ça suffit votre numéro maintenant! Vous nous faites cours ou faut qu'on appelle le CPE? 

- Oh! Je rêve, c'est encore sur moi que ça tombe! J'ai rien fait et vous vous en prenez à moi! De toutes façons, c'est toujours la même chose…

- Mais enfin, madame, qu'est-ce qui vous prend? 

- Mais c'est vous, là, qui me prenez la tête! J'vous fais rien et vous m'accusez! C'est bon quoi!

- Vous n'allez pas nous faire cours? 

- Non. 

- Et pourquoi? 

- Parce que j'ai pas envie. C'est bon, pour une fois que c'est moi qui n'ait rien préparé, vous allez pas m'en pondre une pendule!

- Bah qu'est-ce qu'on fait alors? Et le programme? 

- Le programme? Mais quel programme? Y avait un programme? On m'a rien dit à moi! De toutes façons, c'est vous qui aviez raison, maintenant, avec les traducteurs automatiques, ça sert plus à rien que vous appreniez l'anglais.


C'est là qu'il se passa quelque chose d'incroyable. Jean-Kévin se leva et se dirigea vers le bureau de Mme Titcheur. Il ramassa ses affaires, les déposa délicatement dans son sac et alla poser le tout au fond de la classe. Il revint la chercher, l'aida à se lever doucement et l'accompagna à la table du fond où il avait posé ses affaires. Elle avait le regard hagard, et le suivit sans mot dire. De la voix la plus douce que je lui connais, Jean-Kévin lui dit alors: 

- Tenez Madame, asseyez-vous. Vous allez vous reposer, et nous on va se débrouiller.


Puis il se tourna vers moi et me dit: 

- Kimberley, tu es la seule à parler anglais correctement. Finis le cours à la place de Mme Titcheur. 

Vous ne me connaissez pas, lecteur, mais je suis quelqu'un de timide et réservé d'habitude, mais là les circonstances étaient telles que je me suis exécutée. 

Il ne restait qu'une vingtaine de minutes de toutes façons alors je repris là où nous en étions restés la dernière fois, toute la classe travailla sérieusement pendant que Mme Titcheur rêvassait, le regard perdu à travers la fenêtre, en se balançant sur sa chaise. Quand la sonnerie retentit, nous la vîmes partir comme une fusée vers la porte et n'entendîmes qu'un grand "Rhhhhhâââââ!!" résonner dans le couloir. 


Voilà, lecteur, ce qu'il est advenu de votre Titcheur. Aux dernières nouvelles, elle faisait le tour de la cité en mini moto sans porter de casque et s'est fait arrêter par la police pour détention de LSD et trafic de cartouches d'encre.