Panneau_dormirGood morning lecteur! J'ai bien failli rater mon tag sur 26 semaines (merci Lilas), mais ouf l'honneur est sauf puisque voici mon billet sur la lettre G. (Ici, l'auteur aurait bien tenté de faire un jeu de mot sur le point G, mais c'est quand même le matin - si, midi, c'est le matin, tu fais pas de grasse matinée toi le samedi? - tu en es peut-être qu'au petit-déjeuner, faut pas pousser). 


Gynéco: médecin aux motivations suspectes qui sait lire sur les lèvres (mouarf).  


GPS: engin démoniaque te demandant toujours de "faire demi-tour dès que possible" sur l'autoroute, de tourner à gauche alors que c'est sens interdit ou qui persiste à te faire sortir à Nevers pour prendre la nationale quand tu fais Paris-Lyon sur l'A6. Te fout les jetons en te balançant un "virage à droite imminent" alors que t'as encore 900 m à faire et a le don de perdre le signal de réception quand tu passes sous un tunnel un peu long, te laissant seul avec toi même et ton sens de l'orientation pourri le temps qu'il retrouve son satellite de merde. Possède néanmoins l'immense qualité de servir de bouc-émissaire tout trouvé lors de voyage en couple: "saloperie de GPS sa race! Il m'a dit de tourner à gauche alors que y a pas de rue à gauche!" (au lieu de se prendre un "quand on sait pas reconnaître sa gauche de sa droite, on se pose pas en co-pilote!" auquel on rétorquait "quand on veut pas laisser sa femme conduire parce qu'on est un gros macho, et qu'on écoute pas ses instructions, on s'étonne pas si on est paumé!"). On adore le détester ce truc. 


Grosse: "est-ce que tu me trouves…?" Question rhétorique idiote posée par la femme à son mari qui ne se rappelle jamais, le fourbe, qu'il faut toujours y répondre par la négative sous peine de déclencher une guerre nucléaire dans le foyer conjugal. Même si c'est pas vrai, qu'on s'est effectivement un peu embourbée là, là et là, qu'on a de la cellulite ici, ici et ici et qu'on en est à notre deuxième tablette de chocolat. 


Gymnastique: à envisager si le mari sus-mentionné persiste à répondre OUI à la question précédente. 


Gin-Tonic: à envisager si le mari sus-mentionné continue quand même à répondre OUI à la question qui fâche malgré les cours de gymnastique. 


Grossesse: seul moment où la femme acceptera que son mari lui confirme qu'elle a bien pris 3 kilos et que ça se voit (si, si, je t'assure, on voit bien que tu es enceinte de un mois 1/2, ne t'inquiète pas). Excuse néanmoins limitée dans le temps puisqu'après neuf mois, on retourne à la case départ: 

- Est-ce que tu me trouves grosse? 

- Euh… non, enfin, si mais c'est normal tu viens d'avoir un bébé ma chérie!

- Quoi!!! Je le savais, non seulement tu me trouves obèse, mais en plus tu vas me quitter parce que j'ai la peau du bide qui pend et des vergetures. Ouiiiinnnnn! 

- Euh, chérie, tu crois pas que tu sur-réagis un peu là? 

- Nan! Je sur-réagis pas! C'est pas toi qui a 10 kilos à perdre et qui ressemble à un éléphant de mer échoué!

A ce moment là, si ton mari n'a pas fait des études poussées en diplomatie par temps de guerre civile, ça va être très dur de s'en sortir. 


Gougnaffier: "de toutes façons, tu n'es qu'un…". Fin de la discussion précédente si le mari ne s'en est pas sorti autrement que par un "si tu veux, je te paye un abonnement à la salle de sport". 


Grand fou: "Viens ici…". Fin de la discussion précédente si ton mari est parvenu à te convaincre qu'il trouve tes nouveaux bourrelets tes nouvelles rondeurs particulièrement excitantes. 


Gentleman: ton mari s'il te supporte quand t'es aussi chiante que ça. 


Good bye!