catueSalut lecteur! Tu es toujours là? Oué, je sais, j'ai pas écrit depuis super longtemps mais j'ai plein d'excellentes excuses:
- comme tu le sais, j'ai tourné 30 cette semaine et j'ai fêté ça samedi
- comme tu t'en doutes, j'ai mis tout dimanche à m'en remettre
-  comme tu l'ignores peut-être encore, Charlie a décidé d'arrêter son blog et ça, ça m' a littéralement traumatisée.

Car moi-même je commence à avoir de plus en plus de mal à trouver des sujets à mes billets. Hé oui, passée la "lune de miel" des premiers mois où raconter simplement qui je suis constituait un sujet aussi vaste que varié (la fille qui s'envoie des roses), arrive un point où il faut se renouveler et rester intéressante. Mais ne t'inquiète pas, si la fréquence de mes billets baisse un peu, je serais tout de même fidèle au rendez-vous avec mes histoires à deux balles (pas comme certains lâcheurs qui ont intérêt à pointer leur nez dans les com').

Ceci étant dit, faut quand même que je te raconte ma fête d'anniversaire (tu vois à quoi j'en suis réduite quand je manque d'inspiration). C'était vraiment une vraie belle fête: avec pleins de gens, un buffet libanais, un barman qui servait des cocktails et de la musique dansante. Oué, on a carrément fait les choses en grand, on s'est payé les services d'un barman, Américain nœud-papilloné prénommé Joshua (ce qui n'a pas manqué de me rappeler l'épisode de Friends où Rachel se délecte de ce prénom "Josh-oua" – bref, pouf pouf). Il nous a fait des mélanges aussi délicieux qu'euphorisants et je dois dire qu'il est la raison principale de mon encéphalogramme plat dimanche. Le buffet libanais, lui, s'est chargé de mon haleine.

J'avais aussi tous mes amis autour de moi, certains même ayant fait le déplacement depuis Nice juste pour le week end (qu'ils soient bénis sur 5 générations pour cette belle marque d'amitié), et tous étaient dans une forme exceptionnelle pour un 20 février. Tellement en forme qu'on a dansé jusqu'à 2h59 du matin. Tellement en forme qu'on aurait pu continuer à danser toute la nuit si notre chaîne n'avait pas rendu l'âme sur le coup des 3h, dans un pschiiitttt accompagné d'une douce odeur de cramé. Le décès a été constaté dans les minutes qui ont suivi et la chaîne est partie retrouver la Bidulebox, elle aussi victime d'un mauvais coup de talon aiguille ou autre objet pointu ayant sectionné le câble d'alimentation. En une soirée, je me suis retrouvée complètement disconnected: plus de musique, plus d'internet, plus de téléphone et plus de TV.

Hé ben la soirée était tellement bonne que le sentiment d'horreur pure qu'une telle situation n'aurait pas manqué de susciter en moi en temps normal s'est juste mué en un sincère "Rien à péter! Joshua, ressers nous donc un verre!". Faut dire que tous mes contacts étaient là, tous mes amis Facebook que j'avais requestés avant de les adder étaient présents physiquement dans leurs habits de fêtes. Et pis de toutes façons, mon cadeau d'anniversaire, c'était un MacBook Pro de folaïe, que rien que d'écrire ce billet dessus, j'en ai des tremblements de plaisir. Si.
Mon statut pendant cette soirée? Happy like a hippo!

Voilà, tu as là l'explication à mon silence de ces derniers jours. Vu la qualité de l'écriture, je dois encore avoir quelques grammes d'alcool dans le sang mais avec le soleil qu'il fait, ça devrait vite s'évaporer. Et pis au lieu de critiquer, raconte moi plutôt comment c'était pour toi, ta soirée d'anniversaire de 30 ans (ou 20 si t'es jeune, ou 40 si tu te souviens déjà plus de tes 30).