werewolfLecteur, je crois que je viens de piger un truc flippant. Je t'explique. J'ai re-eu mes Secondes aujourd'hui. Deux heures d'affilée! Comme tu le vois, j'ai survécu puisque j'ai pu écrire ces mots. Mais je faisais pas la fière avant d'entrer en classe (intérieurement bien sûr, car comme avec les pitbulls, si tu leur montres que t'as peur, ils te bouffent un membre). Par contre, j'étais prête à en découdre avec le premier qui contesterait mon autorité légitime et naturelle (oué je me suis fait un peu de pep talk pendant le week end…).

Eh bé figure toi qu'ils ont été sages comme des images. Même Jean-Kév'. Certes, il a parlé tout seul pendant toute l'heure, tel un schizophrène au téléphone avec lui-même, mais il ne me gênait pas. Thomas n'a pas pété, Ayoub n'a pas (trop) bavardé et on a pu AVANCER DANS LE COURS. Si. L'émotion m'étreint rien qu'en tapant ces quelques mots. Ça m'a presque redonné le goût d'enseigner. Presque j'ai dit.

Mais le truc flippant que j'ai pigé, dans un éclair de lucidité proche du génie, c'est qu'en fait mes Secondes sont lycanthropes. Des loups garous quoi. Nan, pas les lavettes à poils de Stephanie Meyer, les vraies bêtes du Gévaudan avec des dents et des poils et des griffes et une haleine de bouc (si tu crois que j'exagère, c'est que t'as pas vu un adolescent depuis longtemps, surtout un garçon en pleine puberté, garni d'un appareil dentaire façon usine à gaz et peu friand du gant de toilette).

Suis mon raisonnement. Pendant la journée, comme aujourd'hui lors de mon cours de 12h, ils sont (presque) normaux. Ils écoutent en classe, prennent des notes, participent vaguement, et se taisent quand on les reprend. Par contre, quand vient la nuit (dès 14h 16h ces derniers mois), ils se transforment en bêtes sanguinaires assoiffées de chair de prof, prêts à te dépecer un agrégé de leurs griffes acérées ou plus prosaïquement à te rendre complètement chèvre (l'animal du diable, quand je te dis que c'était sous mon nez!) par leurs comportements anti-sociaux.

Tout s'explique! C'est parce qu'ils ne sont pas complètement humains qu'ils deviennent de véritables furies ingérables. C'est l'obscurité ambiante qui réveille la noirceur de leur visage autrement angélique acnéique. Comme si, une fois le soleil couché, un gène anthropophage anthropomorphe se manifestait dans leur ADN et les transformait radicalement.
CQFD comme on dit.

N'empêche, ma théorie explique vachement de choses: pourquoi ils voulaient absolument éteindre les lumières pour regarder le film vendredi (tu parles! c'était pour mieux me tailler en pièces, heureusement qu'un reste d'instinct de survie m'a poussée à garder les lumières allumées!); pourquoi ils avaient de l'écume dans la bouche (ou un chewing-gum, de loin, dans la pénombre, on voit pas bien); pourquoi ils retiennent les prétérits de bleed, bite, hurt, beat, burn, break, strike et pas de sleep, dream, feel, forgive, learn, sing

Je sais donc ce qu'il me reste à faire pour mes cours du vendredi: apporter un revolver chargé d'une balle en argent. Comme ça, loups-garous ou pas, je suis au moins sûre d'obtenir le silence (ou une garde à vue). Mouahahahahahaha (rire démoniaque)!!!