White_ChristmasMe revoilou plus vite que prévu. Disons que la météo pourrie partout en France, notamment dans un p'tit patelin de rase montagne où je passais quelques vacances soi-disant de ski en compagnie de mon épousé, libéré momentanément par la Slaves & Associates, ainsi que Mi Broteur et sa chérie et le Doudou, dans un 25 m2, a eu raison de nos velléités pourtant sincères de passer le réveillon 2010 ensemble. On est donc rentré. Oué. J'aurais pu aussi dire que tu m'a tellement manqué qu'un jour de plus sans t'écrire m'aurait paru une éternité mais tu risques de prendre un peu la grosse tête.

Déjà, tu le sais, là où j'étais je ne captais pas internet. Rien, Nada. Zitch. Plus aucune connexion avec le monde virtuel. L'angoisse quoi. Du coup, j'ai plein de petites choses que je voulais te dire et que j'ai pas pu te dire faute de lien avec le vrai monde. Je me rattraperai donc un petit peu tous les jours, alors sois gentil, et même si on est le 31 décembre, fais comme si on était encore la veille de Noël.

Or donc, l'endroit tellement perdu que les technologies modernes ne s'y sont pas encore aventurées, c'était Morzine en Haute-Savoie. J'y ai passé une semaine 3 jours (merci la Slaves & Associates!) avec ma jolie-famille, composée de jolie-maman, joli-papa, jolie-sœur, joli-frère et leur petiote de 3 ans que j'appellerai ici la Choute. Je te vois déjà commencer à ricaner, vil lecteur: "Ouha, l'autre hé, elle va nous raconter son Noël infernal avec sa belle-mère! On va avoir droit aux remarques acerbes autour de la dinde et aux règlements de compte et autres histoires de famille". Mais je t'arrête tout de suite. Ma belle-famille est tellement cool et sympa, que j'ai pas encore trouvé d'angle d'attaque pour te les décrire de façon un peu comique.
Bref, pour une fois, je dirai du bien des gens et ne critiquerai rien ou pas grand-chose. Au contraire, dans un esprit de Noël aussi vif que celui des navets films programmés par TF1 pendant les vacances, je m'en vais célébrer la beauté de la famille et la chouetterie que c'est que de faire Noël avec des mouflets.

Il est vrai que jusqu'à présent, nous célébrions cette fête plutôt entre adultes puisqu' aucun d'entre nous n'avait d'enfant (sauf ma belle-sœur, donc, mais si tu as bien suivi, les Noël précédents, la Choute était trop jeune pour qu'on change quoique ce soit à notre façon de réveillonner). Cette année, c'était bien différent. Avec une choupinette de 3 ans, toute la mythologie du Père Noël, de ses rennes, de son traîneau, des petits lutins et des souliers au pied de la cheminée a fait sa réapparition, mélangée à une bonne couche d'histoires du petit Jésus qui va naître dans l'étable avec Marie, Joseph, l'âne et le bœuf et tout le tintouin. Je sais pas si c'est très clair dans la tête de cette petite que le Père Noël n'est pas le grand-père du petit Jésus et que non, y a pas de rennes dans la crèche, ni de cheminée dans l'étable mais que oui, quand même, on fête tout ça le même jour. Je crois que ça la dérange pas outre mesure ce doux mélange de païen et de Chrétien, de mythe nordique et de conte béthléhémien, à son âge, on ne relève pas encore les paradoxes (après tout, ne les bassinons-nous pas dès leur plus jeune âge de mensonges féeriques et autres élucubrations prince-charmesques qu'il leur incombera de démystifier quand viendra l'âge dit de raison?).

Tout ça pour dire, que avant la Choute:
- On ne faisait pas de crèche (trop compliqué, perdu les santons…)
- On faisait un sapin pour le fun mais on tirait au sort qui allait se taper la décoration
- On faisait notre shopping de Noël en se gaussant de ceux qui faisaient la queue chez Joué Club et ressortaient avec des paquets plus grands qu'eux, une goutte de sueur perlant sous leur bonnet.
- On faisait une liste des cadeaux qui nous feraient plaisir pour faciliter les courses des uns et des autres (on tentait les gros cadeaux genre Iphone ou Ecran plasma 120 pouces au cas où…).
- On buvait du champagne, prenait l'apéro puis ouvrait les cadeaux dès le 24 au soir.
- Le 25 midi, on faisait léger pour digérer les excès de la veille.

Aujourd'hui, Choute oblige:
- On fait une crèche et on laisse la place du petit Jésus vide jusqu'au 24 au soir pour que la Choute ait le plaisir de l'y mettre elle-même (nan on le met pas sur le dos du bœuf malheureuse! Tu veux que le petit Jésus développe des allergies aux acariens dès sa naissance?)
- On fait un sapin et on se bat pour le décorer avec la Choute. On apprend qu'une enfant de 3 ans manipule mal les boules et s'enroule dans les guirlandes. On se tape de bonnes rigolades quand même.
- On fait la queue chez Joué Club et on jette des regards noirs aux gens qui se foutent de notre gueule. On sue sous notre bonnet car même s'il fait 3°C dehors, les magasins insistent pour chauffer à 32°C. 
- On fait toujours nos listes d'adultes, mais celle de la Choute vaut son pesant d'or: "Cher Père Noël, cette année j'ai été à preu près sage (sic). Je voudrais de la pâte à modeler de toutes les couleurs, un vélo rose, une totinette (re-sic) rose, des barrettes et des chouchous roses, un jeu pour jouer à la marchande et un nordinateur (sic encore)."
- On boit du champagne, on prend l'apéro et on dîne le 24 et faut attendre jusqu'au petit déjeuner du 25 pour avoir le droit d'ouvrir les cadeaux (vers 6h donc, car une petite de 3 ans a beaucoup de mal à saisir les concepts de grasse matinée et de gueule de bois).
- Oui mais, on est tellement ému quand la petite découvre tous les cadeaux au pied du sapin et qu'elle s'écrie: "C'est tout pou' moi?" de sa petite voix de poupée.
- Le 25 midi on ressort le champagne et les huîtres pour que la Choute ait sa part des festivités (comment ça, ça mange pas d'huître une enfant de 3 ans?).

Conclusion: avec des nains, Noël prend une autre dimension. Tout est plus magique, moins cynique, plus innocent que le simple échange de cadeaux plus ou moins coûteux entre adultes consentants mais cédant néanmoins à cette fête si sacrée que, quand les routiers menacent de bloquer l'accès à la bouffe le 20 décembre, bizarrement, les négociations aboutissent. Espérons que pour Noël 2010, chéri et moi aurons notre propre mini-spécimen. En tous cas, il est sur ma liste…