travailler_tueA y est! C'est les vacances! Enfin, pour moi, la titcheur du foyer, paske pour mon doux époux, consultant à la Slaves & Associates, ça a pas l'air gagné.

Déjà, quand son charmant Sex (si tu sais pas ce que c'est qu'un Sex, c'est que t'as pas lu ce billet-là) a annulé notre semaine en Ecosse à la Toussaint, rapport que la compta d'une grosse banque allait pas se faire toute seule si mon mari abandonnait le navire plus de 5 minutes, j'ai couiné. Oui, comme une vieille porte qui grince et qu'on malmène pour ouvrir. Ou comme une souris qu'on écrase du talon. Ou comme la chaise d'un élève qui se balance et qui ne demande qu'à céder sous le poids du nain. J'ai couiné. Mais gentiment, hein! Pas question pour moi d'accabler mon chéri déjà harcelé par son boss. Alors j'ai fait le gros dos. Me disant que ce ne serait que partie remise, que du coup à Noël, il pourrait prendre 10 voire 15 jours (allez, soyons fous!).
Mouaahahahahahaha (rire sardonique)! Quelle naïveté!

Comme si, à la Slaves & Associates ils étaient du genre à se rappeler qu'un être humain a besoin de se reposer de temps à autre! Mais boudiou (oui, je jure comme une bouseuse si je veux), les enjeux de leurs missions dépassent largement les nécessités bassement terre-à-terre de ceux qui doivent les mener à bien. Il y va de la vie d'enfants unijambistes orphelins santé financière de gros groupes quand même! Alors prendre des vacances serait faire preuve d'un égoïsme absolu, déjà qu'ils tolèrent les pauses pipi, manquerait plus que les employés de cette belle entreprise aient le temps de déjeuner, dorment la nuit ou ne travaillent pas le week end… J'vous jure, les gens aujourd'hui, ils se croient tout permis!

Donc, avec mon optimisme légendaire, je pensais pouvoir profiter un peu de mon hubby chéri pendant mes 2 semaines de vacances à Noël. Ses parents aussi d'ailleurs, qui ont loué un super chalet en Haute-Savoie pour toute la famille pour Noël et que nous devions rejoindre dès vendredi. Sauf que… bah non. Là, on reste à Paris jusqu'à mardi soir parce que sinon le monde va s'écrouler, tu te rends pas compte toi, t'es prof, t'as pas de responsabilités.

Nan, effectivement, je me rends pas compte. J'ai dû mal à comprendre en quoi 2 jours de boulot en plus ou en moins vont changer la face du globe. J'ai beau vouer une admiration sans borne à mon cerveau de conjoint, je suppute qu'il n'est pas tout seul sur son projet et que la réussite ou l'échec d'une mission qui nous pourrit la vie dure depuis 3 mois ne dépend pas uniquement de lui. Faut croire que si. Et quand les RH lui rappellent qu'il a 40 jours de vacances à prendre avant le 30 novembre 2009 (si, si, c'est la bonne date…) sinon il les perdra car sa boîte ne paye pas les jours non pris, mon chouchou, légèrement lavé du cerveau, me répond que quand même, ça veut bien dire qu'ils ont trop de vacances dans sa boîte puisqu'il n'arrive pas à les prendre. C'est vrai que 5 semaines de congés payés, c'est littéralement indécent... Alors, oui, je sais bien que je n'y connais rien, moi la titcheur de service qui a perdu le sens des réalités avec ses 3 mois de vacances par an, mais c'est moi ou mon mari se fait un tout petit peu enfler? Pire, c'est moi ou il a l'air d'aimer ça en plus le cochon?

Qu'ont-ils fait à mon homme ces brutes-là? Lui que j'ai rencontré un bel été sur une plage de l'Atlantique, les cheveux délavés par le sel et le soleil, le teint bronzé, le corps athlétique et musclé par des séances de windsurf endiablées? Comment est-il devenu cet homme qui rentre sur le coup des 23h, les traits tirés, le costume trop grand pour son corps amaigri, qui ne dessert les dents que pour me dire qu'il a un dernier call à passer avant de pouvoir dîner mais qui clame à qui veut l'entendre qu'il s'éclate dans son job? Ça doit être la nouvelle branche "Brainwashing" de la Slaves & Associates qui parvient à conditionner son personnel de la façon la plus efficace qui soit. Nan franchement chapeau les gars! Arriver à faire en sorte que vos employés soient dégoûtés d'être obligés de s'arrêter pour Noël ça relève du génie en terme de management.

Si vous pouviez me donner la recette, j'ai quelques élèves récalcitrants à qui ça ferait du bien. Et je pense que les gars du RER A pourraient en prendre de la graine (je dis ça, je dis rien…).

Quoiqu'il en soit, youpi, c'est les vacances! La période des grasses matinées, des cadeaux et des bonnes bouffes en famille. Et sur ma liste au Père Noël, j'ai juste demandé un kalachnikov, paraît qu'ils cherchent une femme de ménage à la Slaves & Associates…